BRUNA NDIAYE: Miss Muretto 2010 - Africa Nouvelles

COMMUNAUTÉS AFRICAINES

Elue “Miss Muretto 2010”: sera-t-elle la nouvelle Naomi Campbell?


Déjà élue «Miss Piacenza Night 2009», Bruna Ndiaye est la première noire à décrocher le sceptre du concours de beauté «Miss Muretto» de la Ville d’Alassio. Elle est aussi la protagoniste de l’imminent livre publié par le photographe Nicola bellotti, pour la célébration du décennal du web magazine "Piacenza Night".


Un autre tabou est tombé en Italie! En effet pour la première fois, après 57 ans, la reine de beauté du concours «Miss Muretto» de la ville d’Alassio est une noire: notre soeur sénégalaise Bruna Ndiaye (19 ans), élue par un jury présidé par le chanteur et show-man Cristiano Malgioglio, qui a fait ses compliments à la splendide Venus noire.

«J’ai toujours désiré faire la mannequin, depuis que j’étais petite», a déclaré Bruna dont les routes se sont ouvertes pour couronner un rêve.


Qu’aurait dit le mythique Nobel écrivain américain, Ernest Hemingway, (auteur de "Autant en emporte le vent"), si non l’inventeur mais du moins le souffleur de l’idée du "Muretto" (Muret)?

Ce fut en effet lui qui conseilla à Mario Berrino, à l’époque jeune patron du "Caffè Roma", de tapisser le petit mur en face du local, de carreaux colorés avec les signatures des personnages célèbres qui passaient par Alessio, jusqu’à en faire le "Muretto", la plus fameuse collection d’autographes du monde, et où depuis 57 ans, les aspirantes Miss Muretto défient Miss Italia pour élire la plus belle de l’été.


Bruna Ndiaye, qui a aussi eu la prestigieuse écharpe du sponsor “LoveMyTime”, rejoint ainsi la galerie d’autres célèbres "Miss Muretto" du passé comme Marisia Allasio, Maria Teresa Ruta, Simona Ventura, Melissa Satta, Elisabetta Mandraccio et autres encore.


«Je suis née à Genova parce que c’est là que mes parents se sont mariés, mais après, mon père nous quittées pour rentrer au Sénégal. Maman a donc décidé de se transférer à Brescia, où il y avait du boulot, faisant tant de sacrifices pour m’élever et me faire étudier», raconte, émue mais fière, dans un parfait italien, Bruna Ndiaye, qui étudie médecine pour devenir pédiatre.
Elle est arrivée seule à Alassio, en train, avec un ami «parce que maman est ouvrière, elle ne pouvait pas venir, elle devait travailler».

Fan de danse moderne, elle adore Ryhanna et Beyoncé, se défonce avec Laura Pausini et Alexia et... n’est pas fiancée!!!


«J’adore le monde de la mode, Ma plus grande aspiration est de pouvoir remplacer Naomi Campbell. C’est naturellement un rêve même si, dans le futur, j’aimerais faire la mannequin», confie Bruna Ndiaye.

Mais de préciser: «Je garde les pieds sur terre bien sûr. Mais je travaillerai pour cela et si je deviendrai célèbre, j’aiderai ma mère qui pourra ainsi cesser de travailler en usine et avoir tout ce que nous n’avons jamais pu nous permettre».


Après une semaine intense de marathons, dégustations, photographies et célébrités, elle devra, un an durant, honorer les multiples engagements de "Miss Muretto".


Dans un monde toujours de plus en plus globalisé et multiethnique, le fait qu’il ait fallu 57 ans pour voir la première miss non blanche, est peut-être plus à blâmer qu’à louer.

Mais Bruna, baptisée comme la “Balotelli Girl” (car comme lui, elle est d’origine africaine mais italienne), portera le message d’intégration, durant toute cette année où elle portera l'écharpe de la plus belle.


«La victoire de Bruna est un signe des nouveaux temps: l’Italie est de plus en plus multiethnique et la victoire de cette demoiselle en est une démonstration», souligne le jeune patron du concours, Francesco Di Biase, à qui a critiqué le sceptre d’une «belle mais "noire"», qui n’a rien à voir avec le "Muretto".

Des polémiques immédiatement suffoquées par le maire d’Alassio, Giovanni Aicardi et l’Assesseur au Tourisme et à la Culture, Monica Zioni, qui coupent court: «Elle est noire, et puis quoi? A part le fait qu’elle soit belle, comme par hasard, elle est née à Genova; de quoi fêter la victoire d’une ligure». Quelle réponse meilleure!  


Ndèye Fatou Seck