Africains de la diaspora - Africa Nouvelles

Unique Consul d'un pays africain en Sardaigne!

COMMUNIQUE DE PRESSE

Par une disposition publiée dans le Journal Officiel n. 86/2013, le Ministre des Affaires Etrangères a concédé l’exequatur à l'avocate Gabriella Marogna, pour la désignation au titre de Consul Honoraire de la République du Sénégal.

altMadame Gabriella Marogna remercie le Président de la République du Sénégal, Son Excellence M. Macky Sall, qui, grace aux bons offices de Son Excellence l'Ambassadrice du Sénégal en Italie, Madame Seynabou Badiane, lui a permis de garder le role de Consul de la Ville de Sassari, soulignant ainsi de fait la haute considération que la République du Sénégal revet à l'endroit de l'Ile de la Sardaigne.

Une désignation qui est advenue en pleine harmonie avec ce qui se passe au Sénégal, où plusieurs femmes recouvrent des roles de dirigeantes et, en Italie également, ce sont elles qui représentent le Gouverenemernt Sénégalais.

Une charge qui honore le long chemin parcouru aux cotés de la Communauté sénégalaise car cela fait près de 10 ans qu'elle a canalisé sa profession, outre que vers les clients italiens, uniquement vers les immigrés sénégalais, s'engageant avec eux pour trouver une solution aux problèmes juridiques et sociaux mais surtout humains.

L’avocate Gabriella Marogna s'est rendue compte que quelque chose était en train de muter quand elle fut convoquée, pour la première fois, par le Ministre des Affaires Etrangères du Sénégal; ce fut la première d'une série de rewncontres institutionnelles; depuis lors, 4 années sont passées et sa désignation a traversé deux Presidents sénégalais, deux Ambassadeurs et deux Gouvernements italiens.

Au fil des années, son engagement a été exercé en harmonie avec la Convention de Vienne, pour ce qui est de la protection et l'assistance aux ressortissants de l'Etat d'envoi, ainsi que la promotion des investissements et paternariats, dans les rapports avec les Institutions italiennes, qui se sont d'ailleurs distinguées par une cordialité mutuelle.

Le Consul de la République du Sénégal estime qu'il s'agit d'une activité qui commence à partir du bas, géographiquement étendue et en mesure de créer des synergies dans divers domaines: politiques, économiques, culturels et sociaux.

Elle est consciente qu'il devrait y avoir une plus grande diffusion des idées, en partageant les cultures afin qu'on puisse arriver à la pleine intégration des peuples, à la redistribution progressive de la richesse et une augmentation souhaitable des investissements européens. L'avocate Gabriella Marogna retyient que c'est un remède possible pour freiner l'immigration clandestine et assurer le développement harmonieux des pays africains.

Le premier engagement a été une salutation amicale au Préfet de Sassari, le second, à la la réunion annuelle des Consuls en Italie, à laquelle a été invitée invitée Mme Gabriella Marogna et, à telle occasion, elle a rappelé les particularités d'être la seule consul d'un pays africain en Sardaigne.

La complexité, l'originalité et la nouveauté du Consulat nouvellement créé, mérite d'être approfondie lors d'une conférence qui sera prochainement réalisé et se tiendra à Sassari.

 

Le Consul Honoraire du Sénégal - S.E. Madame Gabriella Marogna

Consulat de la République du Sénégal - Siège de Sassari

Piazza del Rosario 9 - 07100 Sassari (SARDAIGNE) - Tél: 0792 3815679 - Fax: 0792 6093113


 

STATISTIQUES

- Sardaigne -

Résidents / Domiciliés Sénégalais en Sardaigne: 4000 dont 1/3 de seconde génération

Consulats africains en Sardaigne: 1 (Sénégal)

Consulats à Sassari: 1 (Sénégal)

Association des Sardes liées au Sénégal: plus de 25

En raison de la crise économique, les familles choisissent de retourner au Sénégal


- Sénégal -

Independence:  4 Avril 1960

Régime politique: République semi-présidentielle

Religion: Etat laïc avec liberté religieuse, en prédominance islamique soufi

Population: 12 millions d'habitants dont 42% des jeunes

Droits Humains: Egalité entre les femmes et les hommes depuis 1962

2012: Abolition du Sénat

Commerce extérieur: Droit d'importation française

Garantie constitutionnelle des investissements, des dépôts et de l'entreprise privée

Allégements fiscaux: suspension de la TVA et des crédits d'impôt

Produit Interne Brut (PIB):  22.000 USD 

Option adoption!

Daniel Spedicato, 53 ans de la ville de La Spezia n'a jamais eu de descendants légitimes ou légitimés. Juste une femme qui l'avait quitté pour retourner dans son pays d'origine en 2010, au moment de son arrestation. Et donc, de la prison de Castelfranco, il a décidé, il y a quelques années, d'adopter Emmanuel Osey Tutu, un Ghanéen de 31 années, son compagnon de cellule, compte tenu de ses problèmes de santé graves. Une histoire d'une grande humanité, d'affection et d'amitié. Des valeurs qu'on pense perdues, une fois en prison, mais il n'en est pas ainsi.

altL'histoire qui a été suivie par l'avocat Maria Pia Lamberti à qui le prisonnier s'adressa quand il fut transféré à travailler à la prison de Sulmona. Une histoire qui a provoqué des clameurs puisque c'est un cas unique en Italie. Un prisonnier qui adopte un autre détenu pour qu'il prenne soin de lui, étant paralysé et bloqué sur un fauteuil roulant, suite à un ictus.

Le verdict a été émis, il y a quelques semaines, par le juge de la Cour de Sulmona, Cyrus Marsella, qui a ainsi motivé sa décision: «La question de l'adoption semble bien fondée et doit donc être accueillie. On retient que les fins du cas en question sont toujours ceux traditionnels visant à perpétuer le nom, le titre et la propriété d'un patrimoine, en l'absence de descendants; d'ailleurs, il est possible que l'adoption acquière une ultérieure fonction d'assistance, un instrument utile à soulager la solitude dans le 3ème age ou en cas de difficultés particulières d'ordre personnel».

Bientot, on parle de quelques semaines, quand Daniel Spedicato franchira les portes de la prison de Castelfranco, où il est actuellement emprisonné, il trouvera à l'attendre son fils, celui qui, pour le Tribunal, est son fils légitime.

"De toutes la multitudes des procès suivis, c'est le seul qui ait eu des implications humaines. Ce verdict, unique en son genre, transmet un message d'affection, d'amitié, mais surtout d'humanité", a précisé l'avocate Maria Pia Lamberti.

Barbara Delle Monache

Bienvenue à Mme le Ministre!

Le ministre des Sénégalais de l'Extérieur, Seynabou Gaye Touré, a présidé ce dimanche 9 juin, la cérémonie d'inauguration d'une rue Léopold Sédar Senghor à Faenza, dans le nord de l'Italie. Elle a saisi cette occasion pour rappeler la dimension universelle et immortelle du Président poète Léopold Sédar Senghor.

altSeynabou Gaye Touré, ministre des Sénégalais de l'Extérieur a rappelé dimanche 9 juin, à Faenza en Italie, la dimension universelle de Léopold Sédar Senghor, en soutenant que «le premier Président du Sénégal vient encore de démontrer qu'il est immortel», rapporte un communiqué de son département.

Elle a assuré qu'à travers cet acte qui consiste à donner le nom du premier noir agrégé de grammaire à une place, «la commune de Faenza est bénie à jamais», avant de faire savoir aux centaines de Sénégalais qui vivent sur place que «la commune leur a envoyé l'ascenseur et qu'ils ont la lourde charge de continuer à se comporter comme de véritables ambassadeurs pour bénéficier davantage de la confiance des autorités locales de Faenza».

Le maire de Faenza, Giovanni Malpezzi, a pour sa part expliqué les raisons du choix de Léopold Sédar Senghor qui est, selon lui, «un des plus grands hommes de l'histoire du monde du siècle passé. Un baobab géant mais aussi comme celui qui est le symbole du Sénégal. Je suis très heureux de l'intitulé de ce lieu, une des premières en Italie, ici à Faenza, une ville où habite une vive et laborieuse communauté sénégalaise constitué de 566 résidents officiels. C'est la 4e sur la classification des communautés étrangères présentes sur le territoire et qui a tissé des rapports positifs avec les habitants de Faenza et les institutions».

En marge de la cérémonie, le ministre des Sénégalais de l'Extérieur a rencontré les responsables des Associations pour évoquer certains sujets, notamment la relance de la Commission mixte autour des problèmes des pensions des retraités; la confection, le renouvellement et le retrait des passeports; le choix des membres du prochain Haut Conseil des Sénégalais de l'Extérieur.

Des doléances que le ministre a écoutées avec une oreille attentive en promettant de s'atteler dès son retour au Sénégal à la recherche rapide de solutions. Seynabou Gaye Touré a aussi rencontré des hommes d'affaires qui veulent investir dans le domaine avicole au Sénégal.

Une artiste au service de son pays!

La talentueuse peintre sénégalaise s'est transférée en Italie, en 2005, où elle a obtenu le diplome de Maitre d'Art à l'Institut Bernardino di Betto de Perugia (Pérouse). En Italie, elle commence à travailler dans le domaine de l'art et de la culture, promouvant une série d'initiatives multiculturelles avec son pays natal, le Sénégal, avec lequel elle maintient des liens affectifs et où elle fit ses premiers pas dans la peinture, à l'Ecole Nationale des Arts.

alt

Parmi les nombreuses qu'elle a réalisées, à signaler l'exposition personnelle de 2005 “World Trade Center - Halte à la violence" réalisée à Dakar, avec la collaboration de l'Ambassade américaine au Sénégal et la Ville de Dakar.

Rentrée au Sénégal pour apporter sa pierre à l'édification du nouveau cours de son pays, Fatim Ndiaye est la présidente de la Commission Sports-Culture et Loisirs de la CCR (Convergence des Cadres Républicains) départementale de Pikine

Africa Nouvelles: Présentez-vous et dites-nous ce que vous représentez au sein de votre Mouvement APR-YAAKAAR?

Mme Fatim Ndiaye: Ce mouvement a réussi, en l'espace de 3 ans, à gagner la confiance du peuple Sénégalais et a pu, grace à la volonté populaire, sauver le pays des griffes de ceux qui l'ont spolié sans vergogne de ses deniers publics, au sein de ce mouvement, je suis une militante engagée. Je milite à Yeumbeul Sud et je suis la présidente de la Commission Sports-Culture et Loisirs de la CCR (Convergence des Cadres Républicains) départementale de Pikine.

Et ce mouvement APR-YAAKAAR, qui se structure encore, est un parti de masse, ouvert et basé sur les principes de la démocratie. L'Alliance pour la République a initié à sa naissance, le 1er Décembre 2008, un processus d'implantation, de massification et d'édification du parti. Elle regroupe en son sein plusieurs structures internes, parmi lesquelles la CCR qui est le creuset des intellectuels et cadres du parti .

Elle a en charge la réflexion qu'appelle la recherche ponctuelle de solutions aux problèmes qui se posent au pays et la prospective orientée vers la recherche d'innovations et a la vocation de s'investir de manière opérative dans l'activité socioéconomique du pays. La CCR nationale est dirigée par un Bureau national, le CEN, et elle compte 22 commissions thématiques dont la Commission Culture et Tourisme à laquelle j'appartiens et la Commission Veille et Marketing Politique dont je suis le Rapporteur général.

Africa Nouvelles: Il y a 1 ou 2 ans que vous étiez rentrée au pays; pourquoi étes vous retournée ici en Italie?

Mme Fatim Ndiaye: Certes j'ai décidé de retourner au pays pour apporter ma pierre à l'édifice national, mais j'ai une partie de ma famille dont ma fille qui vit en Italie; donc j'y reviens toujours pour des raisons d'ordre familiales.

Africa Nouvelles: On vous connaissait comme artiste peintre, mais maintenant, nous vous entendons sur la politique, pourquoi ce virement?

Mme Fatim Ndiaye: La politique c'est la gestion des choses de la Cité et, avant d'etre artiste peintre, je suis une citoyenne, et quand j'avais décidé de rentrer au Sénégal, j'ai trouvé sur place un pays pris en otage par un groupe de politiciens sans scrupules, qui faisait la pluie et le beau temps, alors là je me demandais s'il fallait rester et combattre cette injustice ou retourner en Europe et y vivre. Mais je ne pouvais pas et ne devais pas baisser les bras face à ces pilleurs de la République, il fallait faire quelque chose tant soit peu il fallait se battre pour rendre notre Sénégal une terre de justice et d'égalité. Si j'ai décidé à un certain moment de laisser mon activité autonome et les avantages que j'avais en Europe, ce n'est certainement pas pour les laisser faire du pays ce qu'il voulaient. Et là j'ai eu la chance de m'imprégner de l'APR et d'y retrouver, en la personne du Président Macky Sall et des militants, les valeurs qui m'ont fait virer en politique.

Africa Nouvelles: Vous soutenez le Président Macky Sall, quel bilan faites-vous de ces 1an de gouvernance?

Mme Fatim Ndiaye: Le bilan que je fais des 1 an du président Macky est positif, seulement il ne peut etre définitif car, c'est seulement le tout début. Entre autres, il y a des avancées dans la politique du Gouvernement et, pour ne citer que ceux-là, nous avons également la réduction des dépenses de l'Etat, la lutte contre la corruption, la maitrise du déficit budgétaire, la création de 5500 agents de la Fonction publique, le plan de soutien au monde rural, pour ne citer que ceux là.

Africa Nouvelles: Puisque vous étiez ici en Italie, vous connaissez les difficultés que vivent les immigrés. Qu'est-ce que, ces derniers peuvent attendre de vous et du gouvernement actuel?

Mme Fatim Ndiaye: Moi j'ai été une Fatou-Fatou,et je ne ménagerai aucun effort pour que la situation des immigrés soit améliorée, si c'était dans mes possibilités, mais  le Ministère des Sénégalais de l'Extérieur dispose de programmes capables d'apporter des solutions aux problèmes des immigrés; l'important c'est de faire en sorte que nos compatriotes vivant à l'étranger et voulant rentrer au pays puissent acceder à la bonne information.

Africa Nouvelles: Beaucoup de responsables de l'APR en Italie, dénoncent le fait qu'ils sont oubliés par les autorités. Ils disent méme que certains ne répondent meme pas au téléphone. Quel role pourrez-vous jouer pour faciliter les relations?

Mme Fatim Ndiaye: Je ne veux pas me prononcer sur des faits que je ne maitrise pas, mais je n'aime pas le terme "on a été oubliés" car vous savez il y a trois sortes de politiciens: il ya ceux qui font la politique pour se faire élire ou avoir des avantages, ceux qui cherchent à faire élire quelqu'un pour en tirer des avantages et ceux qui font la politique car ils sont épris de justice et veulent le progrès de leur pays. Malheureusement pour les deux premières catégories, aprés l'éléction d'un leader qu'ils ont soutenus, veulent tout de suite avoir leur part du gateau et, si ce n'est pas le cas, ils  font volte face et deviennent menaçants. Et je prie Dieu pour que ces lamentations ne soient pas des dérivantes de ces deux premières situations que je viens de définir.

Africa Nouvelles: Nous sommes à quelques mois des législatives, etes-vous partante pour une collectivité locale?

Mme Fatim Ndiaye: Je ne saurais vous dire mais je ne ménagerai aucun effort afin que le parti puisse gagner dans ma localité.

Africa Nouvelles: Le quotidien des "Modou Modou" est devenu plus difficile, quels sont les projets en cours que le gouvernement a mis sur pied, pour faciliter le retour de nos compatriotes au pays?

Mme Fatim Ndiaye: Je vous renvoie toujours au Ministère des Sénégalais de l'extérieur; en plus avec le programme de "yoonu -yokuté", nous avons besoin de tous les bras des fils du Sénégal, pour un Sénégal prospère.

(* Photo: Fatim Ndiaye en compagnie du président de la République sénégalaise Macky Sall)

Ndéye Fatou Seck

Une servante dévouée à la gloire du Seigneur!

Konian Solange Sergie (épouse Zogou Gnébélé) est la première femme pasteur ivoirienne en Italie. Elle dirigeait déjà en Côte d'Ivoire, à Abidjan Port-Bouët, l'Eglise évangélique "Miracle et Réveil Spirituel", créée en 2005. Elle vit à Attigliano, où le Seigneur l'a «envoyée pour une nouvelle mission».

altKonian Solange Sergie est la première femme pasteur ivoirienne en Italie où elle réside, depuis le 22 mai 2011, quand «le Seigneur a permis que je vienne en Italie», dit-elle dans toute la ferveur de sa foi.

Toutefois le début de son séjour n'a pas été facile car elle est tombée malade, à son arrivée.

«Mais je savais une chose: tout comme Dieu envoya Moise libérer son peuple, Dieu m'avait envoyée en mission et je sais qu'il ne pouvait pas me lâcher. Par sa grâce, je suis sortie de l'hôpital», s'illumine Maman Solange.

Aujourd'hui, elle remercie le Seigneur pour le parcours positivement fructueux qu'il lui a permis de faire depuis sa venue en Italie car, affirme-t-elle, tout comme Dieu l'a choisie, il a aussi choisi l'Italie, le pays de sa destination.

«Quand on parle des Romains dans la Bible, on parle de l'Italie. Il y a des enfants de Dieu qui ont besoin de la Parole de Dieu  et qui s'en sont éloignés».   

La destination Italie, elle tient à le souligner, n'a pas été une chose qu’elle avait décidée ni même envisagée. 

«Je n'ai pas cherché à venir en Italie mais Dieu m'a dit: Lève-toi et vas! C'est vrai que c'est par le mariage que tu vas mais je t'envoie pour me servir».

Maman Solange ne cesse de louer la démonstration des réalisations que «Dieu continue d'opérer dans ma vie et dans l'œuvre qu'Il m’a confiée».

Et de rappeler que Dieu déclare: «Je ne suis point un homme pour mentir, ni un fils de l'homme pour me repentir. Ce que je dis, je le fais». 

Le bilan de ces deux premières années en Italie est «positif grâce à la main de Dieu».

Et d’ajouter: «Ces  sont deux ans qui valent comme mille», dit-elle,  remerciant pour tous les instruments dont elle a été pourvue pour réaliser la mission qui lui a été confiée, tout en étant elle-même sans moyens, comme cela fut déjà à Port-Bouët, "une autre place minée".

Soulignons également que la Mission "Miracle et Réveil Spirituel" mène notamment une importante action ciblée sur les femmes, pour les sensibiliser sur l'œuvre de Dieu.

«Les femmes ont été importantes dans la vie de Jésus: sa mère la Sainte Vierge-Marie, la samaritaine, Marie Madeleine. Ce sont les femmes qui annoncèrent sa résurrection».

L'objectif de la Mission est de promouvoir, en Dieu, les capacités des femmes,  les aider à exploiter à bien leurs vertus, s'épanouir dans leur expression et être utiles les unes aux autres.

- SOUS L'ARBRE À PALABRES -

altZogou Gnébélé (Diacre)

Depuis 2006, j'ai commencé à chercher la face de Dieu dans ce village, et bien avant cela, je marchais avec d'autres groupes: "Deeper Life" du Nigeria et le congolais Malobi et bien d'autres que j'ai fréquentés à Rome.

Quand je suis venu à Attigliano, j'ai senti le besoin de créer une église francophone pouvant bien expliquer la Parole de Dieu. L'Esprit m'a donc conduit à chercher un pasteur. J'en ai d'abord fait venir un, mais il nous a quittés pour aller au Nord. Je me suis alors confié au Pasteur Séka Roger, mon Père spirituel, et, comme Dieu fait bien les choses et nous éclaire toujours, celui-ci m'a fait connaitre Konian Solange Sergie, la Servante de Dieu qui est aujourd'hui est aussi l'épouse qu'II m'a choisie.

Quand elle est venue, il y a eu une lumière sur l'œuvre de Dieu, qui a battu toutes les embuches. Nous avons décidé de changer l'appellation de la Mission Evangélique des Chrétiens de la Rédemption en Mission Evangélique "Miracle et Réveil Spirituel".

Je suis heureux d'être chrétien car je sais que Dieu est avec moi et Il me démontre chaque jour son soutien.

altFlorence Dago (Responsable des Femmes et Chantre)

Je suis la Responsable des Femmes de l'Eglise Mission Evangélique Miracle et Réveil Spirituel. Ça fait 8 ans que je connais le Seigneur et ça a été une marche pas facile, mais remplie de beaucoup d'expériences de ce que Dieu est capable de faire. Mon chemin n'a pas toujours été dans la vérité, mais «un pied dedans un pied dehors», comme on dit chez nous en Côte d'Ivoire. Il y a 2 ans que j'ai commencé à me poser des questions sur ma relation avec Dieu: avoir une relation sincère avec Lui ou faire les choses du monde?

 Quand je suis arrivée à Rome, il y a 4 ans, j'ai cherché une église et décidé de marcher avec le Seigneur. Malgré mes tâtonnements, j'ai toujours senti la grâce et l'amour de Dieu.

Il y a dans la Bible un homme que j'aime bien: David. C'était un pécheur mais un homme intègre qui aime vraiment Dieu et veut lui plaire. J'ai demandé à Dieu de m'aider à lui plaire et de là, est partie ma marche avec Lui et j'ai abandonné les choses du monde, me confiant totalement au dessein qu'il a pour moi, selon son temps.

Je suis arrivée à Attigliano, il y a 3 mois, et je suis dans le Ministère de Maman Solange et je sens vraiment bien, car je sens d'avoir progressé comme niveau de croissance spirituelle.

Mon message est que quand tu décides sincèrement de marcher avec Dieu, Il fait tout le reste! Il gère!

altMarcelle Tohouri (Chantre)

J'étais à Lecco mais là, je suis venue rendre visite à ma grande sœur Dago Florence à Attigliano, et c'est par elle que j'ai commencé à aller à l'Eglise de Maman Solange. C'est vrai que j'allais à l'église mais depuis que j'étais venue en Italie, je n'avais pas encore eu l'occasion d'aller dans une église évangélique. Je partais à l'église catholique pour au moins prier Dieu parce que je n'avais pas la possibilité d'aller ailleurs. C'est arrivée à Attigliano que j'ai commencé à m'intégrer dans l'église de Maman Solange et vraiment je me suis trouvée à l'aise.

Je vois que quand tu fais confiance en l'Eternel, il pourvoit à tes besoins. Je suis arrivée, ma sœur est tombée malade, elle a arrêté d'aller au boulot et moi non plus je ne travaille pas. Mais malgré ça, Il nous donne de quoi manger chaque jour. Il nous donne la santé malgré qu'on nous dise: «Vous êtes malades! Venez vous coucher à l'hôpital». Mais nous sommes à la maison et nous sommes avec Dieu. Ce qui veut dire que quand tu crois vraiment en Dieu, quand tu as la foi en Dieu, Il pourvoit! Y a rien à faire!

altMarco Kéhi 

Je n'avais jamais connu Dieu dans ma vie. C'est après 10 ans en Europe, surtout en Italie, qu'en ce moment que je traverse, je connais le Bon Dieu, grace à Papa Zogbo.
Depuis que j'ai connu Dieu, j'ai vu qu'il y a eu un changement en moi., parce que, dans ma vie, j'ai fait  des tas de betises: rien comme vol mais beaucoup de vilains trucs.
Aujourd'hui que je me suis confié au Seigneur, je prends mon courage à deux mains et, avec la foi, quel que soit où je me trouve, je remercierai Papa Zogou pour m'avoir fait connaitre le Seigneur, et je louerai Dieu pour ce qu'il a fait dans ma vie et pour toutes ses bénédictions.

altFlorine Lobé(Chantre)

Ça fait maintenant deux ans  que je suis à Rome. Tous les dimanches, je participe au culte à l'église de Maman Solange comme chantre. Je chante et je suis très honorée de faire l'œuvre de Dieu parce que, en toute chose, nous rendons grâce à l'Eternel. Je suis très fière d'être chrétienne dans la Mission Evangélique Miracle et Réveil Spirituel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Tchatchant du... Tchad!

Quelle orientation politique doit-on opérer pour se préoccuper de l'apport indéniable de la diaspora tchadienne dans le développement national? Quels types de rapports construire entre les instances dirigeantes du Tchad et la diaspora tchadienne? Faut-il amorcer une véritable rupture?

altL'analyse de la place et de l'apport de la diaspora tchadienne permet d'aborder ces questionnements et, ce faisant, contribue à mettre en lumière quelques pistes à explorer pour une meilleure prise en compte des apports potentiels et effectifs de la diaspora. L'importance de la diaspora tchadienne à travers le monde est aujourd'hui une réalité incontestable.

Alors que le Tchad compte plus de 11 millions d'habitants, sa diaspora serait aussi importante avec une forte présence en Afrique, en Arabie Saoudite, en Europe, au Canada et aux États-Unis d'Amérique. Ces 30 dernières années, le flux migratoire des tchadiens vers les différents continents ne cesse d'augmenter.

L'émigration des tchadiens dans d'autres pays s'explique entre autres par les événements malheureux qu'a connus le Tchad. Malgré tout, les tchadiens où qu'ils se trouvent gardent un attachement important à leur pays. Il est vrai que la progression rapide de la mobilité des tchadiens s'inscrit dans un cadre migratoire relativement récent.

Cependant, il faut reconnaître que cette diaspora, qui repose sur des tchadiens de toutes catégories socio- économiques et professionnelles, est l'un des principaux acteurs du rayonnement culturel, politique et économique du Tchad à l'étranger et pourrait servir de cas de figure pour le pays en vue d'accélérer le processus de son développement.

En dépit de son importance, la diaspora tchadienne a été pendant longtemps ignorée, voire piétinée et apparaissait dans le rôle de faire-valoir des intérêts, projets, ambitions ou discours des politiciens et de leurs manœuvres politiciennes. Elle apparaît le plus souvent comme incontournable dans les différents discours officiels ; néanmoins dans la pratique, elle est écartée des processus majeurs de (ré) construction du Tchad.

Pourtant, la diaspora tchadienne constitue un levier essentiel pour le développement, comme cela s'observe dans la plupart des pays les moins avancés dont le progrès a été significatif ces dernières années grâce, entre autres, aux apports multiples et variés de leurs diasporas. Son potentiel considérable en termes de savoir et de savoir-faire n'est pas suffisamment mis en valeur pour stimuler et entretenir le développement, la réconciliation et la paix au Tchad.

Cette absence de prise en compte et de mise en valeur de ce potentiel se reflète, entre autres, dans les relations de la diaspora avec les institutions de la République ou du moins avec les autorités ayant en charge la gestion de ces institutions qui, malheureusement perçoivent la réalité uniquement du point de vue exclusif de leur propre fenêtre. C'est pourquoi, il nous semble important que le dialogue, la communication, l'écoute, la nécessaire humilité sont des valeurs à promouvoir de part et d'autre pour bâtir une confiance mutuelle et travailler ensemble pour la promotion et la défense des intérêts du Tchad et des tchadiens.

Il faut substituer à l'image de la gestion personnelle et autoritaire des différentes institutions tchadiennes, celle d'une administration inclusive, responsable et soucieuse de l'intérêt général. Il importe tout simplement de rester conforme aux valeurs tchadiennes, garder l'indépendance d'esprit et agir avec lucidité, sincérité, transparence et bons sens, tout en développant une conscience solidaire et responsable.

Il convient de rappeler que la situation de notre pays interpelle chacun de nous en tant que citoyen. Les acteurs politiques, les opérateurs économiques, la société civile, la diaspora... , tout le monde s'accorde à reconnaître que notre pays a besoin de la synergie d'action de tous ses enfants pour son décollage socio-économique véritable. Le bon sens nous invite à l'éveil de la conscience citoyenne responsable.

D'autre part, les mécanismes organisationnels et institutionnels doivent être mis en place pour rationaliser l'implication de la diaspora dans la vie de notre pays, en capitalisant son potentiel et en le mettant au service du développement national, notamment à travers le transfert des connaissances, du savoir-faire, des investissements...

Par ailleurs, aujourd'hui plus qu'hier, le Tchad devrait s'appuyer véritablement sur sa diaspora pour rehausser son image et défendre ses intérêts à l'échelle locale, régionale et internationale. L'exemple de l'intégration et la valorisation des apports des diasporas chinoise et indienne par leurs États, qui sont au cœur des mutations profondes de leurs pays respectifs, doit nous rappeler en permanence cette évidence.

La diaspora constitue un capital humain considérable et d'une importance stratégique comme a su en prendre conscience le Premier Ministre indien Rajiv Gandhi à partir de 1984, qui la considère non pas comme une fuite des cerveaux, mais comme une banque de cerveaux qui accumule des intérêts et qui attend uniquement d'être retirée des pays d'accueil pour être à nouveau investie dans les pays d'origine.

A titre illustratif, l'importance de la diaspora des pays africains se reflète par exemple dans le volume de leurs apports. Les statistiques internationales confirment que les contributions des africains de l'étranger dépassent largement l'aide publique au développement (APD). Ce qui fait de la diaspora tchadienne un atout considérable dont il faut tenir compte pour le progrès du Tchad.

Ainsi, faire de la diaspora tchadienne un acteur majeur du développement, de la réconciliation et de la paix au Tchad constitue l'un des enjeux majeurs de ce siècle pour notre pays. Cela passe par le changement de la représentation souvent négative que la plupart de nos décideurs politiques ont de la diaspora. Il est nécessaire de rompre avec les discours qui la dévalorisent en l'assimilant à une bande de donneurs de leçon, d'assistés, d'agitateurs, de mercenaires, de profiteurs, d'opposants etc. comme si les membres de la diaspora étaient des éléments nuisibles à l'avenir de leur propre pays.

Au-delà de ce changement de mentalités, la volonté politique et sociale est vitale car cette transformation passera par celle de tous les tchadiens en général et de nos décideurs politiques en particulier ; il ne suffit pas de changer de discours pour que la situation change. Encore faut-il que les pratiques suivent, que la méthode soit adaptée et que les moyens soient à la hauteur !

Le Tchad n'est pas condamné au sous-développement ni à des embrasements tragiques, qui n'ont cessé de créer et de raviver des haines entre tchadiens, car il a des ressources naturelles et humaines propices à sa prospérité et à sa paix. Elles ne demandent qu'à être mobilisées et mises en valeur de manière efficace, efficiente, cohérente et responsable.

Couscous à la rescousse!

La Communauté Marocaine a présenté son plat record au Festival "Dialogando" (Dialogant).

altA Bassano del Grappa, a été préparé le plat “Dialogando”, un plat du Guinness des records, le couscous le plus grand d’Europe. Le Festival "Dialogando 2013", promu par la Commune pour stimuler la rencontre entre les diverses cultures sur présentes sur le territoire, s'est conclu à Place de la Liberté, par le Festival de la Culture. Organisé par l'Association Marocaine Amal, la manifestation a réuni toutes les communautés de la ville: Erythrée, Albanie, Kosovo, Pologne, Philippines et Pérou, toutes ensemble pour se connaitre et se faire connaitre.

Outre les autorités citadines, étaient présents également l’Ambassadeur du Maroc, Hassan Abouyoub et l’acteur bellunais  Marco Paolini.

C'est depuis longtemps que je revais de faire rencontrer ma culture d'origine et l'Italie qui m'a adopté. Nous y sommes parvenus sur la place de Bassano et je souhaite que cette initiative soit la première d'une longue série", a déclaré le président de "Amal", Aziz Wahbi.

C'est au milieu des danses traditionnelles du monde entier, des dégustations, artisanat, tatouages à l'henné, expositions photographiques et simulation du mariage marocain qu'a fait sa "solennelle" et très attendue entrée, le couscous le plus grand d'Europe. Il y a eu besoin de 7 cuisiniers et 2 jours de boulot pour préparer le plat record pour 2.500 personnes.