REVOLUTION HYST - Africa Nouvelles

COMMUNAUTÉS AFRICAINES

Un projet-pilote de la BioHyst est en réalisation au Sénégal

Votre journal Afri-Nous vous fait part des résultats extraordinaires de la technologie HYST (Hypercritical Separation Technology), fruit de 40 ans de recherches de l’Ingénieur Umberto Manola, système révolutionnaire de traitement des biomasses agricoles et industrielles, faisant l’objet d’un projet-pilote au Sénégal, dont les autorités diplomatiques étaient représentées par M. Christian Joseph Assogba, Conseiller chargé des Affaires Economiques et culturelles.

La technologie Hyst de l’Ingénieur Umberto Manola est la solution parfaite aux principaux problèmes économiques, humanitaires et de l’environnement actuels: de l’alimentation (humaine et zootechnique) aux secteurs de la chimie, de la transformations des produits agro-alimentaire jusqu’au secteur énergétique.

On obtient les produits suivants:
● farines alimentaires
● amidon, concentrés protéiques végétaux, fibres, pectines, hydrocolloïdes (industrie alimentaire)
● bases protéiques et énergétiques (zootechnie)
● fibres de cellulose pour le papeteries et l’industrie chimique
● cellulose et hémicellulose pour les industries de biocarburants (éthanol)
● combustibles solides (lignine) pour le secteur des bioénergies
● silice pour les industries chimique, électronique et photovoltaïque.

Les produits obtenus par désagrégation sont prêts pour la commercialisation, sans aucun besoin des traitements supplémentaires, pourtant la technologie HYST permet d’avoir, dans une seule installation, l’ensemble des procédés qui transforment la matière première en produits commercialisables.

Pensons-donc un peu quelle panacée ce serait pour les économies mondiales, ne serait-ce que  pour le simple fait d’éviter, par exemple, l’utilisation peu éthique des produits alimentaires, arrachés à la consommation humaine pour produire les biocarburants.
Ou bien encore, pour nos économies africaines, le fait incroyable de pouvoir récupérer nos produits normalement jetés parce qu’on ne sait pas quoi en faire (noyaux de maïs, coques de cocos, gerbes de riz, déchets résiduels de la moulure des céréales, etc.) et produire de la farine dont la qualité nutritionnelle est de surcroît plus riche et stable. 

La technologie Hyst fait actuellement l’objet d’un projet pilote au Sénégal, que la société BIOHYST entend, dans le cadre du filon parallèle de sa politique humanitaire d’aide au développement, étendre à d’autres réalités du continent.

Votre journal Afri-Nous invite tous les frères à approfondir  cette révolutionnaire opportunité de développement et est à disposition pour promouvoir des rencontres avec les experts de la société BIOHYST, auprès des communautés. N’hésitez donc pas à contacter notre rédaction.

Milton Kwami