Africains de la diaspora - Africa Nouvelles

Le commerce s'exerce... au net!

Vaste ambition. En embuscade derrière son écran d'ordinateur, ce jeune étudiant de l'université de Maurice scrute le Net la nuit, à la recherche de bonnes affaires en matière de produits informatiques.

altEnregistrée comme grossiste auprès de ses fournisseurs européen, américain, chinois et hongkongais, sa start-up winshayeltd.com offre à ses clients à travers le monde, un service exceptionnel de livraison à domicile. Ses partenaires s'appellent China Post et Hong-Kong Post.

«Quand cela me revient moins cher, je fais appel aux multinationales de la livraison rapide», lâche-t-il avec une facilité déconcertante. Comme s'il suffisait d'un seul clic de souris pour marquer son existence sur le marché du travail. Les clics, c'est par millions que cet habitant de 16ème Mile, Forest-Side, en a fait pour mettre en œuvre son projet. En effet, tout son temps libre, il le passe sur l'ordinateur... depuis qu'il a 14 ans. Mais il n'en livrera pas plus sur les opportunités commerciales de la fibre optique.

Passionné de l'électronique, son père, technicien chez AML, a toujours entretenu l'électroménager à la maison sous le regard de son fils. «C'est peut-être héréditaire». Vishwanee Ransoo, qui suit discrètement la conversation, explique que son mari, Kreshan, est un diplômé en ingénierie électrique et que c'est un passionné de l'électronique.

«Nous l'avons toujours encouragé et nous l'avons laissé apprendre de ses erreurs», ajoute-t-elle. Par exemple, explique Winshaye, «je me suis fait arnaquer à plusieurs reprises. Il y a des commandes qui n'ont pas été livrées et j'ai perdu une partie de mon argent».

Le jeune homme a vite compris que pour se faire une réputation, il fallait satisfaire le client qui communique beaucoup à travers les réseaux sociaux. «Je ne vends pas de produits contrefaits. Uniquement des originaux». C'est sur ebay que le jeune homme se lance dans un premier temps dans le commerce international. C'est grâce à sa tablette à $ 52 avec livraison gratuite aux quatre coins de la planète qu'il va se bâtir une réputation.

«Je touchais un ou deux dollars sur chaque transaction. Des fois quand les destinations étaient éloignées, je ne touchais rien du tout», explique-t-il. Mais il livre quand même. Jusqu'au Venezuela, en Argentine ou encore en Bolivie, des internautes lui font désormais confiance. Mais il ne compte pas s'attaquer au marché sud-américain tout de suite. Ce sont les States qui l'intéressent. 60 % de ses clients y habitent. Winshaye Ransoo veut un site Web conçu pour eux.

Et c'est à une compagnie américaine qu'il a confié la conception et la réalisation. Winshayeltd.com a déjà réalisé un rebranding américanisant avec le soutien du Mauritius Growth Business Scheme et sous la houlette d'un conseiller de la Banque mondiale, Henri Stetter.

Objectif déclaré: passer la barre des Rs 9 millions de chiffre d'affaires d'ici à la fin de l'année. Outre les tablettes, les caméras de surveillance CCTV font aussi un tabac actuellement en Occident. En attendant la mise en service de son nouveau site, le jeune entrepreneur a déjà négocié un nouveau système de livraison à partir d'entrepôts aux Etats-Unis et à Portsmouth pour le marché européen. Winshaye ne vise pas moins que les cieux de la gloire. Il faut dire que le temps joue en sa faveur. De temps à autre, il tente même de le devancer.

Hapsatou, une qui... "Sy" connait!

Hapsatou Sy est est la fondatrice d’Ethnicia. Elle règne sur une vingtaine de salons de beauté. Son parcours montre aux jeunes Africains qu’on peut réussir avec de l’ambition, sans moyens. C’était en 2008 avec juste un BTS de Commerce International.

altFille d’immigrés sénégalais et mauritaniens, elle a démarré avec ses économies en poche. Elle ne supportait plus le pessimisme ambiant de la banlieue française où elle a grandi avec ses sept frères et soeurs. Elle a pris son destin en main.

«J’avais une richesse supplémentaire. L’image de mon père ramenant son SMIC, travaillant comme un acharné pour nous élever, image qui m’a toujours bercée et portée. Aussi, être entrepreneur et créer ma boîte était un challenge que je voulais réussir. Je n’avais rien, je me suis construit seule et la vie a mis quelques rencontres importantes sur mon chemin. J’ai grandi dans un environnement où je n’avais pas d’autre choix que de me battre. J’avais des petits frères et sœurs à qui je voulais montrer que tout était possible. On avait accès à l’école gratuite à des dispositifs gratuits et c’était vraiment une grande chance en France. Je trouvais malvenu de me plaindre pour ces raisons».

Hapsatou Sy s’intéresse à tous les types de peaux et de cheveux, qui ont chacun des spécificités selon l’origine ethnique, d’où le choix du concept «Ethnicia».

Sa notoriété et son dynamisme lui ont permis aussi de se faire remarquer sur les réseaux et de devenir animatrice pour plusieurs chaines françaises : elle a fait partie du jury de «L’inventeur 2012″ sur M6. Elle est aussi chroniqueuse dans l’émission « Le Grand 8″ aux côtés de Laurence Ferrari, Roselyne Bachelot et Audrey Pulvar.

Elle reconnait qu’elle est «une perfectionniste qui aime les imperfections». Sa devise: «En visant les étoiles je suis certaine d’atteindre au moins la Lune».

Après avoir réussi en France, elle s’intéresse maintenant au marché africain et elle a choisi l’Angola comme premier pays. D’autres suivront très vite.

Doe très... doué! 

On n’a pas fini d’entendre parler de lui ! A 15 ans, ce jeune Sierra-léonais est présenté comme un génie. Dans son petit village très rarement alimenté en électricité, il bricole dès l’âge de 13 ans des appareils et faute d’électricité, il se met à vouloir créer des batteries!

altA force d’étudier, de démonter des vieilles batteries, il observe leur fonctionnement, puis récupère des éléments dont il a besoin dans les poubelles. Et quand on parle de génie, le mot n’est pas usurpé. Avec du soda, de l’acide et du métal, le tout maintenu par du scotch, il arrive à fabriquer un générateur électrique!

Le jeune Kelvin devient vite un héros dans son village. Grâce à ses inventions, il permet à ses voisins de recharger leurs téléphones. Il crée même une radio FM qu’il anime lui même!

Il profite de son antenne pour passer de la musique, mais aussi pour «donner la parole aux jeunes». La moyenne d’âge de l’équipe ne dépasse pas les 12 ans. «Avoir une radio dans notre communauté, cela nous permet de débattre des problèmes affectant notre village, mais aussi le Sierra Leone dans son ensemble».  

Son nom d’artiste? DJ Focus! Sa devise: «Si vous vous concentrez vraiment, vous êtes parfaitement capable d’inventer».

David Sengeh, un étudiant Sierra-Léonais du MIT repère Kelvin et se lie d’une véritable amitié avec lui. David Sengeh l’introduit au MIT, et ne cesse de le couvrir d’éloges. Il fait un vrai cadeau à Kelvin en lui organisant un voyage surprise à New-York où il a même la chance de rencontrer le président de Harvard!

David, son mentor, se souvient:  «Il a aussi eu du mal à s’habituer à la nourriture!»

De ce voyage, Kelvin Doe, est rentré avec encore plus de projets en tête! «Tout ce que je veux, c’est aider ma famille, rendre la vie de mes proches plus facile. Je veux construire une éolienne, pour fournir de l’électricité à tout mon village!»

Mais il sait que l’avenir lui appartient! Un petit génie dont l’Afrique et le monde n’ont pas fini d’entendre parler!

Puisse... le Suisse? 

C’est désormais officiel, Innocent Emeghara va évoluer sous les couleurs de Livorno, cette saison. Le club italien vient d’annoncer via son site officiel l’arrivée de l’attaquant de Siena.

altAnnoncé depuis un moment sur le départ, Livorno a bouclé la venue de l’attaquant international suisse d’origine nigériane. Il débarque chez le promu sous la forme d’un prêt, avec option d’achat en fin de saison.

Auteur de 7 buts la saison passée en Serie A avec Siena, l’ancien Lorientais a été racheté par les Toscans à Lorient au terme de son prêt la saison passée. Le Suisse de 24 ans poursuivra donc son aventure en Italie. 

Le Celtic Glasgow était aussi sur le coup, mais les Toscans ont su trouver les arguments nécessaires pour finaliser l’opération.

J'eus des jus!

«Africaine, jeune, belle, intelligente et pleine d’énergie»  un participant au New York Forum for Africa ne peut pas faire un portrait plus élogieux!

altMagatte Wade, 36 ans, figure dans le classement des vingt jeunes Africaines les plus influentes. Elle est une africaine pure souche née au Sénégal à Dakar. Elle appartient à la confrérie mouride. Magatte a étudié en Allemagne, puis en  France avant d’aller vivre aux Etats-Unis, où elle a appris tous les codes de la culture d’outre-Atlantique

Magatte Wade aime la vie et les affaires. Elle est devenue célèbre avec sa première entreprise Adina World Beat, qui vend des boissons africaines aux Etats-Unis. Le bissap bio, un breuvage à base de fleur d’hibiscus, a séduit très vite les consommateurs américains. On le trouve même dans des supermarchés outre-Atlantique !

«Quand j’allais au Sénégal, je me désolais de voir que les jeunes se détournaient du bissap. Ils voulaient boire des sodas américains. Alors que la culture des feuilles d’hibiscus fait vraiment partie du mode de vie du Sénégal. La culture du bissap fait vivre les femmes des villages. Ces cultures permettent de lutter contre l’exode rural», raconte-t-elle.

Adina réalise un chiffre d’affaires de 3 millions USD et emploie 25 personnes. Elle est très fière d’avoir su imposer cette boisson dans le monde, mais la défendre aussi en Afrique: «Bien sûr, en Afrique, il y a toujours l’attrait très fort des marques. Comme ailleurs dans le monde, les jeunes veulent des Nike ou du Coca Cola. L’Africain pense toujours que ce qui est produit ailleurs est meilleur que ce qui vient de chez lui. Alors qu’aux Etats-Unis, il y a des gens heureux de consommer africain. Des Américains qui refusent les produits chinois et se jettent sur ce qui est produit en Afrique. Et ils veulent connaître la culture africaine dans sa globalité. Le plus dur a été de changer la perception qu’ont les américains de l’Afrique. Pour eux, on ne peut créer de business avec l’Afrique que si c’est dans un cadre associatif. Malheureusement, les médias et les ONG favorisent cette image. Le fait que les africains peuvent être capables, travailleurs et avoir du succès en créant des produits et des services (made in Africa) est presque inenvisageable pour eux».

Magatte Wade ne s’est pas contentée de premier succès dans les liquides. Elle a lancé une nouvelle société Tiossan, spécialisée dans les cosmétiques et la mode. Comme pour son business de la boisson, elle travaille surtout pour l’international : «Au départ, les produits seront fabriqués et commercialisés aux Etats-Unis. Mais très rapidement, ils seront produits au Sénégal. C’est plus difficile à mettre en place au Sénégal, mais c’est le but»

Malgré ses nombreuses activités professionnelles, elle n’oublie pas pour autant l’humanitaire. Elle est aussi une femme d’action sur le terrain. Elle veut créer au Sénégal une école à voccation culturelle. «Le Sénégal a perdu une grande partie de sa créativité culturelle. Il faut aider les jeunes à retrouver cette créativité. 10% des profits de Tiossan seront consacrés à cette mission. Pourquoi pas une formation au design au Sénégal, comme cela existe aux Etats-Unis?»

De son parcours, elle a confié au site Drapomoter.com: «Ma philosophie de vie? Rester vraie, dire ce que je pense, être ferme dans mes idées, même si ça implique des sacrifices. Il y’a pleins de raccourcis qui s’offriront à vous, mais je ne veux pas détruire ma mission dans la vie à cause d’un raccourci».

Elle n’a qu’un défaut: son manque de ponctualité dans la vie. Mais pas dans les affaires, elle a toujours un coup d’avance.

Bons Baisers de Russie!

Les choses se sont accélérées ces dernières heures. C'était dans les cordes depuis une semaine. Samuel Eto'o va s'engager avec le club de Chelsea après avoir quitté l'Anzhi Makhchakala.

S'il ne devrait passer la visite médicale que ce jeudi à Londres et parapher son contrat dans la foulée, l'attaquant camerounais est déjà un Blue.alt

A l'image de plusieurs sites d'infos qui annoncent le transfert, son frère Emmanuel Eto'o a officialisé la nouvelle sur son profil Facebook. "Félicitations grand frère pour ton nouveau club. Go Chelsea" , peut-on lire.

Le désormais ex-capitaine de l'Anzhi Makachkala devrait signer pour deux ans contre un salaire de 8 millions d'euros et retrouver son ancien mentor à l'Inter, Jose Mourinho, avec qui il a tout gagné en 2010: championnat, champions league et coupe d'Italie. Une épopée qui a pesé dans le choix du goléador camerounais puisque ce même Inter le voulait, mais l'homme de Nkon voulait jouer plutôt avec son ancien protégé.

En signant pour ce nouveau club, le pichichi 2006 va découvrir son 4ème championnat après l'Espagne, l'Italie et le Russie et s'offre un nouveau challenge.

Fortune à la une!

Sa fortune est estimée à 2 milliards USD par le magazine Forbes. Elle est la fille aînée du président de l’Angola, José Eduardo dos Santos – il est au pouvoir depuis 1979- et de sa première épouse Tatiana Kukanova.

altIsabel dos Santos est  née en avril 1973 à Bakou (RSS Azerbaïdjan, URSS). Son père y faisait alors des études d’ingénieur. Elle a été élevé à Londres après le divorce de sa mère où elle a fait de brillantes études d’ingénierie mécanique et électronique au King’s College, ainsi que de génie électrique et de gestion des affaires au Royal Collège de la capitale britannique.

Elle y a aussi rencontré son mari Sindika Dokolo, un collectionneur d’art qui vient de la République démocratique du Congo – Il est le fils du fondateur de la banque de Kinshasa- Ils se sont mariés en 2002 à Luanda. Le couple a trois enfants.

Elle partage son temps entre Luanda, Londres, Lisbonne et Johannesburg, notamment.

Isabel Dos Santos a ouvert sa première entreprise en 1997 quand elle n’avait que 24 ans. C’était un restaurant - night-club, le Miami Beach, à Luanda, la capitale angolaise. Elle possède aujourd’hui l’établissement Oon.dah

Elle détient  une participation de 25% dans Unitel – une participation estimée à un milliard selon Forbes - l’un des deux réseaux de téléphonie mobile de l’Angola. Elle détient également une participation de 25% de la Banco BIC de l’Angola pour 160 millions USD. 

Au Portugal, elle détient près de 15% des ZON Multimedia, une société de télévision par câble dans la liste, et un peu moins de 20% de Banco BPI, l’une des plus grandes banques cotées du Portugal. Isabel dos Santos possède également des participations dans la société de ciment angolaise Nova Cimangola16 société dont son mari est membre du conseil d’administration

Pour le journal portugais Público, «elle est une femme de bonnes affaires, extrêmement intelligente et dynamique, qui est aussi professionnelle et sympathique»

Isabel dos Santos est présidente de la Croix-Rouge angolaise.