Africains de la diaspora - Africa Nouvelles

Le jeune "héros" roumain avait assisté  à l'accident.

Une femme a été blessée après avoir été tamponée par une fourgonette à Mestrino, dans la Province de Padova. La police municipale est intervenue sur les lieux et a bloqué le chauffard, grace à l'aide d'un jeune roumain qui avait assisté à la scène.

 

Selon la reconstruction des agents municipaux, l'homme au volant de la fourgonette avait perdu le controle du véhicule et a terminé sa course sur le trottoir, renversant une femme.

Tout de suite après l'accident, le chauffard a pris la fuite mais il a été bloqué par le jeune romain, qui a ainsi aidé les agents de la police municipale d'appréhender le fuyard. Nul ne pourra nier que la police a été, pour une fois aidée par le décisif coup de main d'un... roumain!

Elvio Pasca

Du sable du désert de Herat au sable de la plage de Rome.

Amir, jeune immigré afghan de 22 ans, immigré en Italie avec ses parents et ses frères, grâce au micro-crédit de PerMicro, il a ouvert sa propre pizzeria, sur le littoral romain.


Tu nous parles de toi?

Je m'appelle Amir et je viens de l'Afghanistan, plus précisément de Herat, une ville dans la région occidentale du pays que les Italiens connaissent bien parce que c'est la région où se trouvent les soldats italiens. C'est là que j'ai commencé à connaître l'Italie. J'ai 22 ans et je suis arrivé à Rome, il y a près de 3 ans avec ma famille: mes parents et mes deux frères.

Comment t'es-tu arrangé une fois arrivé en Italie?

Mes parents ont fait tant de sacrifices pour réussir à arriver en italie. Les premiers temps nous avons été aidés par une association et nous fait un tas de boulots: mes frères ont commencé comme maçons tandis que mon père et moi vendions des boissons et des sandwichs sur les plages. On avait peu de sous mais nous avons toujours réussi à rester ensemble et trouver un petit logement, sur le littoral romain.

Quels projets avais-tu?


J'en avais plusieurs et une envie folle de les réaliser, mais je craignais de pas y réussir et je ne savais pas comment faire les premiers pas. J'avais appris le métier de mon père à Herat: il avait une petite cuisine ambulante de pain et gâteaux. J'ai ainsi trouvé un travail saisonnier comme garçon dans une pizzeria sur le littoral romain et j'ai commencé comme "pizzaiolo". Actuellement je suis avec mon père, depuis quelques mois; il a pris un petit local qui est devenu ma  pizzeria. Mais je n'aurais pas pu y réussir tout seul.

Qui t'a aidé et comment?


Je n'avais pas de sous pour prendre le local. C'est ainsi que l'association m'a suggéré de m'adresser à PerMicro: je les connaissais depuis longtemps et ils ont aidé pas mal de jeunes comme moi. Grâce à l'Association qui a garanti pour moi, PerMicro m'a prêté les sous pour les travaux de restructuration, pour acheter un nouveau comptoir et un nouveau four électrique. Depuis quelques semaines, j'ai même inauguré le service "pizza à emporter". Actuellement je suis plus serein, l'activité marche et je peux finalement aider ma famille.

PERMICRO

■ Première société italienne spécialisée dans les micro-crédits.
■ Membre de RITMI (Réseau Italien de Microfiance) et de l’EMN (European Microfinance Network).
■ Inspirée au modèle de micro crédit inventé par Muhammad Yunus: Prix Nobel pour la Paix 2006.

C.so Massimo D’Azeglio 74  10126 Torino
Tel 011 658778 - Fax 011 0960546 Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - www.permicro.it



Baptiser la station du mètro en son nom? "La décision revient à la commune".

Une plaque commémorative sur la Place Anagnina, en souvenir de Maricica HaHaianu, tué le 8 octobre 2010 par un coup de poing asséné par Alessio Burtone, à la station Anagnina du métro De Rome et décédée, après quelques jours à l'hopital.


La 10ème circonscription de la Commune de Rome a commémoré l'infirmière roumaine: une initiative pour rappeler la pauvre femme mais aussi «pour réfléchir contre une rancoeur sociale diffusée. La plaque sert à commémorer une personne qui a eu une fin tragique que la ville a quelque peu "oubliée". C'est une femme qui travaillait ici à Rome et que beaucoup appréciaient».

Quelques jours après la mort de Maricica, est passée au Conseil municipal, sous les polémiques de l'opposition, la motion du PD (Parti Démocratique) pour lui dédier une plaque. La motion engageait également le maire à et l'Hotel de ville à intituler la Place Anagnina à l'infirmière roumaine: «Nous pouvons seulement proposer le bapteme du non, la décision appartient à la Ville».

Son cas fut objet d'une mobilisation internationale.

Bien que n'ayant pas obtenu l’asile politique, la soeur nigériane Kate Omoregbe peut toutefois rester en Italie.

 

Kate Omoregbe dit avoir quitté le Nigeria pour échapper à un mariage arrangé avec un vieil homme et une conversion du christianisme à l'Islam. Elle avait ainsi demandé l'asile, soutenant que, si elle retournait au Nigeria, elle risquait la lapidation ou du moins les violentes rétorsions des proches de son promis d'époux.

La Commission territoriale pour la reconnaissance de la protection internationale de Rome a examiné la  demande de Kate Omoregbe et elle n'a relevé aucun motif d'accorder le statut de réfugié ou la protection subsidiaire.

Mais reconnaissant cependant des raisons humanitaires sérieuses pour justifier son séjour en Italie, il lui a été accordé un "permis de séjour pour protection humanitaire".

Le permis de séjour pour motif humanitaire est valable un an et peut être converti en un permis de travail. Cela signifie que si Kate trouvera un emploi, elle pourra continuer à vivre légalement en Italie.


La solution du cas de Kate Omoregbe a été salué poitivement par les ministres des Affaires étrangères, Franco Frattini, et des Chances égales, Mara Carfagna, qui avaient assuré le soutien du gouvernement pour éviter le rapatriement.

"Une fois encore, l'Italie s'est avéré être un pays à la pointe dans la lutte pour le respect des droits fondamentaux, notamment la protection de la vie et le respect de la femme", écrivent les ministres dans une déclaration conjointe.

 

Elvio Pasca

L'occasion était la Journée sur la sécurité alimentaire durable.

Les données des études effectuées par le Département des Sciences Animales de l'Université de Milano sur le traitement  HYST de son et paille, ont été présentées, à la journée dédiée à la sécurité alimentaire, dans le cadre du SUMMILK (Sommet mondial de la Fédération du Lait), tenu à Parma.

La conférence a été organisée, avec le patronat de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation) et du FIL (Fédération Internationale de l'Industrie Laitière).
Représenté dans 57 pays, le FIL est aujourd'hui responsable d'environ 85% de la production mondiale de lait.
Plus de 1500 invités ont assisté à 10 conférences  d'approfondissements, qui ont vu les interventions de plus de 160 conférenciers du monde entier.
En particulier, cinq conférences conjointes FIL / FAO, ont  discuté des questions clés concernant la «sécurité alimentaire durable».

Les relateurs ont montré comment la science et la technologie peuvent apporter une contribution importante à la durabilité écologique de la production laitière et fromagère.
La conférence a été l'occasion pour les experts du secteur, industriels, éleveurs, agriculteurs, chercheurs et représentants de gouvernements, d'explorer et de discuter des défis et opportunités liés à ces thèmes.
Les résultats des tests de produits HYST ont été présentés par le Professeur Luca Malagutti (Université de Milan) et la D.ssa Francesca Luciani de l'Institut Supérieur de la Santé, dans le cadre de la journée dédiée à l'alimentation animale.

Parmi les experts de la table d'honneur, il y avait le Professeur Harinder Makki, directeur de nutrition animale à la FAO (Division de la Production Animale et de la Santé), qui suit depuis longtemps et avec intérêt le développement des études sur la technologie HYST.

Milton Kwami

Quand le développement soutenable se conjugue avec l'énergie renouvelable...

Un important nouveau pas du projet de développement soutenable en Afrique, à travers la diffusion gratuite de la technologie Hyst en Afrique, pour la sécurité alimentaire.

A la manifestation "FOREVER YOUNG ENERGY" (organisée dans le cadre de "Zéro Emission", événement dédié aux énergies renouvelables, à la soutenabilité de l’environnement, à la lutte aux changements climatiques et à l'emission trading,) le projet "BITS OF FUTURE: FOOD FOR ALL" (Un peu de Futur: Nourriture Pour Tous) a fait un nouveau pas vers la sécurité alimentaire en Afrique, à travers l'application et la diffusion gratuite de la technologie HYST, sur le continent.
La manifestation "FOREVER YOUNG ENERGY" a été organisée dans le cadre de "Zéro Emission", événement dédié aux énergies renouvelables, à la soutenabilité de l’environnement, à la lutte aux changements climatiques et à l'emission trading, qui s'est tenue à la Foire de Rome, en septembre 2011.
L'idée d'une énergie toujours jeune qui s'enrichit des nouvelles idées et des nouvelles expériences a donné le titre à la manifestation du 16 septembre, au cours de laquelle le concert du grand blueman italien Roberto Ciotti a été une des dernières soirées de l'été romain... une explosion, un improviste éclat impétueux d'énergie, dont l’étincelle s'est allumée à 20h, avec les musiques et danses traditionnelles africaines du groupe sénégalais "Sunu Africa", qui a ouvert le programme de la soirée.
Le concert de Roberto Ciotti a été précédé par les performances d'autres talentueux musiciens: Silvana Scarabello, Luciano Gargiulo & Mick Brill, Lucy Campeti et "Voci in transito".

L'Association "Science pour l'Amour" (Science pour l'Amour) était présente, à la manifestation "FOREVER YOUNG ENERGY", avec le projet humanitaire "BITS OF FUTURE: FOOD FOR ALL" (Food and Green Energy For Africa), qui cible le développement soutenable en Afrique: sûreté alimentaire et énergies renouvelables pour les Pays en voie de développement, dans le plein respect de l’environnement.  (http://www.scienzaperlamore.it/contStd.asp?lang=it&idPag=454).

L'instrument pour réaliser ces objectifs est la technologie HYST, invention révolutionnaire de l'Ingénieur italien Umberto Manola, apte à optimiser l’utilisation des biomasses, ainsi que des sous-produits et déchets, à des fins alimentaires et énergétiques. Le tout à impact zéro pour l’environnement.
C'est à l’Auditorium del Massimo de Rome que l'Association "Scienza per l’Amore" a marqué un autre pas important du projet "BITS OF FUTURE: FOOD FOR ALL".

Dans l’espace dedié à l'Association "Science pour l'Amour", des espaces ont été réservés à diverses activités culturelles, notamment:
■ une exposition de peinture et de photographies (réalisée par l'Association "VersOltre");
■ une exposition de motos d'époque (soignée par l'Association Amime);
■ des stands dédiés au vintage et à l'artisanat africain.

Plusieurs pays africains ont adhéré au projet "BITS OF FUTURE: FOOD FOR ALL" et à l'application du système  HYST dans leurs pays. La présence des ambassades africaines  s'est donc faite sentir: Ghana, Lesotho, Liberia, Sénégal, Somalie, Ouganda, Ukraine, Cameroun, Rwanda...

"Scienza per l'Amore" remercie  les Ambassadeurs:
S.E. Nur Hassan Hussein:  Ambassadeur de la Somalie et Chef de la Mission somalienne auprès de l'Union Européenne
S.E. Barzanji Abucar Ahmed Suldan: Ambassadeur plénipotentiaire de la Somalie
Mme Celestine Zanga:  épouse de S.E. M. l'Ambassadeur du Cameroun près le Saint-Siège, Fondatrice de PCA REFACMIC
S.E. Evelyn Anita Stokes Ayford:  Ambassadrice du Ghana
S.E. Mumtaz Kassam:  Ambassadrice de l'Ouganda
Ibrahima Diao: Réprésentant de l'Ambassade du Sénégal
Dott. Francesco Alicicco:  Consul honoraire du Rwanda
Mrs. Malikopo P. Rakootje:  Premier secrétaire de l'Ambassade du Lesotho près le Quirinal et Représentante permanente auprès de la  FAO, il WFP e l'IFAD
Mohammed Sheriff: Représentant l'Ambassade du Libéria
Yaroslov Moshkola: Premier secrétaire de l'Ambassade de l'Ukraine.

Milton Kwami

Le camerounais JEAN-PAUL POUGALA est le lauréat de la 3ème édition du Prix "Entrepreneur Immigré de l'Italie".

De l'organisateur des campagnes électorales à l'exportatrice de produits recyclés, voilà les excellences des immigrés qui se lancent dans l'entrepreneuriat. Et c'est le frère camerounais Jean Paul Pougala (qui, de Torino signe les campagnes électorales en Afrique), l'"Entrepreneur Immigré de l'Année".


L'objectif de MoneyGram International, colosse du Money Transfer, est de promouvoir l'excellence de milliers de sociétés gérées par les entrepreneurs étrangers et récompenser ceux qui ont démontré de posséder des capacités de leadership et de savoir adapter avec succès leurs vison et méthode de travail à la réalité italienne. Les prix ont été assignés par un jury composé d'éminentes personnalités du monde économique, financier et académique, et présidé par Vincenzo Boccia, le Président de la Petite Industrie de Confindustria (Confédération de l'Industrie Italienne).

Le continent africain a été le protagoniste absolu de cette 3ème edition du "MoneyGram Award: le Prix de l'Entrepreneuriat Immigré en Italie. L'Afrique est en effet la terre d'origine de 6 des 15 finalistes, un signal positif pour une des principales zones du globe.

Et pour finir en apothéose, c'est le frère camerounais Jean-Paul Pougala qui a décroché le trophée le plus important et prestigieux, le Prix absolu d'Entrepreneur Immigré de l’Année, représentant d'excellence de toutes les 5 catégories récompensées.


Au podium, le lauréat Jean-Paul Pougala était accompagné des vainqueurs des 5 prix de catégories qui sont les suivants:

Croissance: Nelu Mega (Roumanie),

Emploi: Hussan Lal (Inde),

Innovation: Kahindo Katirisa (Congo),

Jeune entreprise: Maria Angelica Echeverria Muñoz (Colombie)

Responsabilité Sociale: Thomas Myladoor (Inde).

JEAN-PAUL POUGALA (Cameroun)

PRIX ABSOLU "ENTREPRENEUR IMMIGRÉ D'ITALIE" 2011

Jean-Paul Pougala est né au Cameroun, à Bafang, en  1962. Il vient d'une famille  patriarcale polygame, avec  30 autres demi-frères.  Arrivé en Italie en 1985 pour étudier Economie et Commerce, il réside aujourd'hui à Torino et se rend souvent à Genève où il est Professeur de Sociologie et Géopolitique, à l'Ecole de Diplomatie.

C'est en 1994 que le frère camerounais Jean-Paul Pougala  a fondé, dans la Province de Torino, la “Election Campaign Store”, une société opérant dans la production et commercialisation d'articles promotionnels pour campagnes électorales.
La société "Election Campaign Store”, est en mesure de fournir des consultations sur l'organisation des campagnes électorales, outre les principaux matériels de promotion (affiches et gadgets) y liés.
Son marché principal est l'Afrique.
En 2011, la société a fourni les matériels pour 8 des 11 campagnes électorales en Afrique, outre à être présente dans les présidentielles du Pérou et les élections locales de Berlin, en Allemagne.
Pour 2012, la société a déjà été interpellée en vue de la campagne présidentielle en France.
Elle emploie aujourd'hui 20 personnes et a une prévision de croissance de 11%, en 2011.

 

NELU MEGA (Roumanie)

PRIX CROISSANCE

Né à Focsani (Roumanie) en 1973, Nelu Mega, en Italie depuis 1995, a fondé à Aprilia (Latina) son entreprise du bâtiment, “Edilmega di Mega Nelu”. Malgré la crise, son entreprise a grandi en 2011 encore, grâce aux travaux de restructuration d'immeubles de prestige qui n'ont pas diminué dans la capitale Rome et, en général, dans la Région Lazio.

Cette dernière année, Nelu Mega a étendu son champ de spécialisation dans les aménagements pour la Grande distribution organisée.

L'entrepreneur roumain prévoit de terminer l'année avec un taux de croissance de 33%.


HUSSAN LAL (Inde)

PRIX EMPLOI

Né en 1966, à Para Srampor en Inde, Hussan Lal, gère à Castellucchio (Province de Mantova) une activité agricole dans le secteur des ortages et fruits. Les légumes et fruits qu'il cultive et produit sont destinés tant à la vente qu'à la coopérative.

Entre 2008 et 2010, le nombre de ses employés a augmenté de 24 à 34, tandis que le chiffre d'affaires a plus que doublé, de 2008 à 2010.


KAHINDO KATRISA (Congo)

PRIX INNOVATION

Née au Congo, en 1965, Kahindo Katirisa, arrivée en Italie comme réfugiée politique (en 1997), a fondé, à Rome, fin 2010, la "Barazavenir".

C'est une société qui opére dans la distribution et la commercialisation à l'étranger de produits italiens recyclés (par exemple: produits informatiques, machines et objets hi-tech abandonnés, habillement).

Ses principaux marchés sont les pays de l'Afrique sub-saharienne, et en particulier, le Congo.

La société de Kahindo Katirisa s'occupe de la collecte en Italie, ainsi que du triage, de l'expédition et de la commercialisation de ces produits en Afrique.


MARIA ANGELICA ECHEVERRIA MUNOZ (Colombie)

PRIX JEUNE ENTREPRISE

Née à Bogotà (Colombie) en 1983, Maria Angelica Echeverria Muñoz réside en Italie, depuis 1996. Elle a entrepris fondant, à Casarile (Province de Milano), sa propre maison de disques, la “Blue Sound Estudios”, qui est spécialisée en musique sud-américaine.

Actuellement la société compte 12 employés et elle vante certains des principaux tubes de la musique Bachata.

La “Blue Sound Estudios” s'occupe des projets, de la formulation et de la production des produits musicaux, même pour le compte de diverses discographies aussi bien nationales que internationales.


THOMAS MYLADOOR (Inde)

PRIX RESPONSABILITÉ SOCIALE

Né en Inde en 1950 et, en Italie depuis 1975, Thomas Myladoor gère, à Rome, un des meilleurs restaurants indiens de la capitale italienne, selon "World food and Ethnic Cuisine".

En 3 ans seulement (en 1995) son entreprise lui a permis de fonder “Mother and Child”, une Onlus (Organisation sans but de lucre) qu'il gère à Kerala (Sud de l'Inde), une maison famille hébergeant environ 200 enfants et 70 demoiselles-mères.

En plus, il organise directement en Italie, avec son restaurant, un service réfectoire pour les personnes les plus nécessiteuses.

Aujourd'hui l'Onlus "Mother and Child" enseigne aux jeunes adultes le projet et la production de meubles de design italien en Inde, une activité dont les bénéfices sont réinvestis dans la fondation, créant ainsi du travail pour les jeunes indiens et italiens. 


Milton Kwami

 

Plus d'articles...