PRESIDENTIELLE IVOIRIENNE: Charles Konan Banny se retire de la course - Africa Nouvelles

LETTRES DES LECTEURS

Banny se... bannit!

Le candidat indépendant à l'élection présidentielle ivoirienne, l'ancien Premier ministre, Charles Konan Banny, a annoncé, le vendredi 23 octobre 2015, le retrait de sa candidature, au motif que le processus électoral est «inique».

alt

Après les deux candidats démissionnaires de l'élection présidentielle ivoirienne du 25 octobre prochain, Amara Essy et Mamadou Coulibaly, c'est au tour de l'ancien Premier ministre, Charles Konan Banny de jeter l'éponge. A quelques heures de la fermeture de la campagne présidentielle, vendredi 23 octobre, le candidat indépendant, issu du PDCI (Parti Démocratique de Côte d'Ivoire), a publié une déclaration, relayée par la presse ivoirienne, pour annoncer la nouvelle.

«Après avoir mené jusqu'au bout le combat pour amener nos responsables à épargner à la Côte d'Ivoire de nouvelles souffrances et de nouvelles frustrations, j'ai donc décidé de me retirer du processus inique imposé aux Ivoiriens.Je reste cependant disponible pour le peuple de Côte d'Ivoire et pour les militants du PDCI-RDA. Le moment venu, je retrouverai le peuple ivoirien pour bâtir avec lui, dans la paix et la concorde, une Côte d'Ivoire unie et prospère», a-t-il soutenu pour motiver sa décision.

Pour Charles Konan Banny, le processus électoral n'est pas crédible, et cela tient au «refus» du dialogue des autorités avec l'opposition et de la non fiabilité du fichier électoral. «Dès le mois de mai, l'opposition a sollicité du chef de l'Etat un rendez-vous pour nouer le dialogue sur l'organisation des élections et toutes les questions litigieuses qui ont trait au futur scrutin présidentiel.Malheureusement, à trois jours des consultations, aucune rencontre avec lui n'a été acceptée. Et il occupe quasiment seul tout l'espace politique. Ses adversaires sont marginalisés», a regretté le désormais ex-candidat à la présidentielle 2015. Aussi a-t-il décrié le fichier électoral actuel. «La liste électorale qui a été remise aux candidats quatre semaines seulement avant l'échéance électorale contient des doublons et des erreurs qui sont des indices de manipulations significatives des fichiers électroniques», a-t-il fait observer.

 

A ce sujet, Charles Konan Banny avait, avant son retrait du scrutin, prétendu avoir découvert plus de 700 doublons sur le fichier électoral de 6 300 142 inscrits. La Commission électorale indépendante (CEI) avait démenti cette information, relevant qu'avec la biométrie, une telle irrégularité était impensable.