EDEA: Talentueuse chanteuse italo-malienne (Interview et vidéos) - Africa Nouvelles

ARTS & CULTURES

Beauté et talent! 

La belle Edea, de son vrai nom Antonietta Menegatti, est née à Milan de mère malienne et père milanais. Cette chanteuse pop qui, ces derniers temps, a fait parler d'elle au niveau national italien, est inéquivocable, dans toute la splendeur des boucles de sa crinière, se dégageant dans un élan triomphal au-dessus de son teint couleur café doré!

 

alt

Edea a participé avec succès à plusieurs concours: nationaux: en 2004; elle est une des 40 finalistes à l'Académie de la Chanson de Sanremo. En 2005, elle s'inscrit à Sanremo Rock et se classifie 4ème dans la catégorie cover et, en 2008, elle remporte Sanremolab avec Arisa et Simona Molinari, frolant le podium de l'Ariston.

En 2005, elle fait la présentatrice de plusieurs événements et concours comme le "Festival Nuovi Voci" (Festival Nouvelles Voix) de San Benedetto del Tronto (Prix Alex Baroni), qu'elle présente encore aujourd'hui.

En été 2007, elle formé aussi son propre groupe, qui l'accompagne en concert en Italie centrale et méridionale, et en février 2008, elle s'exhibe à l''Independant Music Day, événement organisé par Povia et Baccini, sur la place principale de Sanremo, durant le Festival.

Edea ouvre les concerts de Piero Pelù à Pescara, Gato Panceri dans la Province d'Ascoli Piceno, Piero Mazzocchetti dans la région de Teramo, et durant l'été 2010, elle est la supporter du tour "Caduta Massi" de Donatella Rettore.

En 2012, elle s'exhibe aussi à l'ambassade d'Allemagne à Rome, à l'occasion du Gala de Carnaval, pour l'ambassadeur allemand et les autorités romaines.

En 2011, sa chanson, "Le catene del cuore" (Les chaînes du cœur) a été sélectionnée dans la compilation "Oltre Sanremo" (Au-delà de Sanremo), distribuée dans tous les magasins et grandes surfaces d'Italie.

En 2012, est finaliste du concours national «Festival Show", qui lui permet de s'exhiber à Belluno, devant 26.000 personnes, et à Vicenza, qui comptera 15.000 spectateurs.

Sa chanson, "Non finisce con te" (ça ne finit pas avec toi) tourne tout l'été sur les principales radios vénitiennes, et est contenue dans la compilation "Festivalshow", et vendue sur iTunes.

Le 17 juin 2013, sort sur iTunes et tous les magasins numériques, le nouveau single "Io sono la neve" (Je suis la neige), produit par Vincenzo et Lorenzo Incenzo Sebastianelli, avec Tiziano oreille, pour Verba Manent.

Le projet, adopté également adopté par Fonopoli, vante des collaborateurs exceptionnels tels que le guitariste Phil Palmer.

Le 30 septembre 2013, sort le second single publié par Verba Manent, «Ho chiesto scusa al mondo" (J'ai présenté mes excuses au monde). En seulement 15 jours, le clip vidéo officiel de la chanson, a eu plus de 60.000 vues, entrant parmi les Plus Populaires de Youtube.

Le 26 janvier, 2014, sort dans les  magasins numériques le 3ème single d'Edea, "L'amore ci fa liberi" (L'amour nous rend libres),  précédé par le clip officiel.

Le 20 avril 2014, sort sur iTunes et tous les magasins numériques, le 4ème simple d'Edea "Yo Yo Ma". 

INTERVIEW 

Edea, tu as sûrement découvert ton talent de chanteuse très tôt. Plus ou moins à quel âge?

Edea: J'ai commencé très petite, à environ 3 ou 4 ans, et le plus normalement du monde, du moment que j'étais mordue de Cristina D'Avena! A 16 ans, j'ai commencé à faire mes premières soirées, à chanter lors des mariages et, au fur et à mesure que les demandes augmentaient, j'ai pensé à bosser dans ce domaine. ça s'est bien passé et, pas à pas, les contrats se sont multipliés et il m'a fallu comprendre comment  préserver la voix. Depuis 5 ans, je suis suivie par le maestro Pierpaolo Salvucci qui m'a enseigné l'utilisation indispensable du diaphragme, comment améliorer la respiration et surtout comment capitaliser ma musicalité. Outre les maestros, il y a aussi souvent les modèles. Surtout pendant l'adolescence, ils deviennent nos mythes et représentent notre idéal.

Quel artiste t'a le plus influencée?

Edea: Il y a plusieurs beaucoup de chanteuses qui me plaisent, mais une qui m'a vraiment influencée est Mia Martini, un véritable modèle pour moi en tant qu'artiste. Deuxièmement, je mettrais Giorgia, Anna Oxa, Anastacia, et aussi Gianna Nannini.

Le meilleur moment de ta jeune carrière?

Edea: La victoire à Sanremolab (2008), surement. Bien que, malheureusement, mon manager de l'époque ne sut pas surfer sur la vague de cet important résultat. Un autre beau moment a été mon concert à Barletta, l'été dernier. Une soirée parfaite à 100%: la musique, le public ... tout.

On ne t'a jamais demandé de "laisser tomber"?

Edea:  Mm ... une question plutôt insolite! Mais non: j'ai toujours été encouragée à aller de l'avant, surtout de la part de ma famille.

Récemment, tu as été au talent-show X-Factor; beaucoup de gens t'ont vue à l'audition...

Edea: Ça été une expérience importante; l'environnement et la situation était intéressants bien que je déteste les auditions. On te met toujours une grande anxiété et on a l'impression de faire des erreurs ou subir un tort. A la fin, on entre, on chante et on doit accepter le jugement de quelqu'un, sur deux pieds. C'est une question de chance. Et peut-être quelque chose d'autre.

Veux-tu parler de l'affaire du "cas Modà"?

Edea:  Je vais vous dire comment les choses se sont passées. Au Festival de Sanremolab, j'avais présenté la chanson "Anima nera" (Âme noire), protégée par la SIAE et en rotation sur les chaînes nationales. Le groupe Modà (deux ans après), a présenté comme morceau de pointe de leur album, une chanson beaucoup trop semblable à la mienne. Grosso modo il n'y avait que les strophes et les refrains qui étaient inversées. La chanson est "Sono già solo" (Je suis déjà seul): un cas évident de plagiat, également illustré par une vidéo sur youtube qui a montré les parties identiques. Inutile de dire que les fans de Modà se sont catapultés contre moi, en me calomniant dans tous les sens possibles. Puis, un jour sur le web, tout avait disparu, y compris la vidéo qui comparait les deux chansons. Mystère ... ou peut-être pas. Et croyez-moi, encore aujourd'hui, je ne sais toujours pas ce qui s'est passé. La vérité, je ne sais pas, malheureusement.