Africulture - Africa Nouvelles

Afro Fiction est un collectif d'Afro-français qui fédère des professionnels du cinéma. Ils agissent pour identifier et révéler des talents, développer des compétences, agrandir le réseau qu'ils ont créé et valoriser des projets portés par la communauté afro descendante. Le collectif travaille à une rééducation visuelle nécessaire, le but étant de s'élever. La fiction a le pouvoir d’être un miroir de la réalité mais également une proposition de ce qu’elle pourrait être. Elle a la responsabilité d’offrir artistiquement, des points de vue différents sur le monde passé, actuel et futur. Or le constat encore aujourd’hui, est que cette fiction française qu’on aime tant, peine à illustrer le pluralisme culturel et entretient de nombreux clichés. Cela, par méconnaissance et par manque de diversité de points de vue dans la création. C’est dans ce contexte peu évolutif qu’à été créé le "COLLECTIF AFRO FICTION". Son ambition est de permettre aux Afro descendants de s’unir pour créer du contenu cinématographique et audiovisuel dans lesquels ils seraient représentés dans des rôles de qualité avec plus de nuance et de propositions. a volonté du collectif basé en France est d'aller à contre courant d'un système étant encore trop souvent frileux à soutenir des œuvres trop colorées.

Veronica Rocha est native du Grand-Duché de Luxembourg et originaire des îles du Cap-Vert, de l'Afrique de l'ouest est la cadette de 7 enfants, polyglotte, arrive à Bruxelles en 1997 pour suivre des études supérieures, elle se définit comme citoyenne du monde. Un master en communication avec une spécialisation en journalisme en poche, Veronica s’orientera très vite vers le monde des médias. Après une longue expérience auprès de médias généralistes et diverses organisations, elle décide de mettre son expérience, son amour pour les gens, au profit d'un projet audiovisuel avec passion, une nouvelle façon de communiquer au profit de l'intérêt généralNaîtra alors V'RO TV: «la web Tv qui vous inspire et vous fait du bien» et le projet «et à part ça, ça va?». 

Sans faute aux photos! 

Survie, solitude, violence, paradis artificiels, jeux... Dotés d'appareils photo jetables, une trentaine d'enfants des rues de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Bukavu ont immortalisé des scènes qui les ont interpellés. Leurs clichés sont exposés jusqu'au 8 novembre dans la capitale congolaise (RDC). 

alt

«C'est deux filles. L'éducateur n'était pas là, et elles se sont battues». Clarisse, 13 ans, décrit l'une des photos qu'elle a prises pour l'exposition «A travers le regard d'un enfant dit de la rue», qui fermera ses portes le 8 novembre à Kinshasa. A quelques clichés de là, sa deuxième photo: des jeunes qui fument du chanvre et jouent aux dames sur un carton, avec pour pions des capsules de bière et de boissons sucrées. «Cela me faisait mal de voir qu'ils jouent à ça au lieu d'aller à l'école», justifie l'adolescente.

Le concept de l'exposition est une idée de Celina Jensen, chargée du projet «Soins appropriés pour les familles et les enfants» de l'ONG américaine "Save the Children". Elle a payé de sa poche des appareils photos jetables, les a remis aux enfants, les a briefés, et a laissé la magie opérer.

Le terrible quotidien des enfants

A Kinshasa, Mbuji-Mayi (centre) et Bukavu (est), les enfants (une dizaine dans chaque ville) ont pris quelque 700 photos, essentiellement de jour et, pour certaines, dans les centres de transit qui les accueillent provisoirement. Au final, 56 clichés sont affichés sur les murs de l'espace culturel Bilembo, proche de l'ambassade de France, dans le nord de la capitale congolaise. Une vingtaine d'autres, de moins bonne qualité, sont présentés sur des tables, en petit format.

Une étendue de sable, recroquevillée, une enfant dort. «C'est mon amie, elle était avec moi dans la rue», raconte Sarah, 12 ans, qui ne sait pas ce que la fillette est devenue. Christian, 12 ans, a pour sa part immortalisé les outils d'un enfant cireur de chaussures, un travail qu'il a lui-même exercé pour survivre. «Cet enfant fait ça parce que sa vie n'est pas bien. On a abandonné cet enfant, et du coup, il fait ça», lâche-t-il.

L'exposition montre le terrible quotidien des enfants (dormant à même le sol ou sur un matelas d'ordures, fumant du chanvre ou se saoulant à l'alcool bon marché), mais elle dévoile aussi des lueurs d'espoir dans la noirceur de leur existence. Comme ce bébé qui sourit toutes quenottes dehors en se tenant à un bidon jaune à peine plus petit que lui. Ou ces jeunes qui étudient, jouent aux dames, dans l'eau, au football, rappelant que, bien que forcés de grandir plus vite que prévu, ils ne sont pas encore adultes.

«Plus de compassion pour les enfants des rues»

Survie, solitude, violence, paradis artificiels, jeux... Un cycle que des mineurs connaissent pour certains depuis des mois, voire des années. «J'ai voulu que tout le monde comprenne un peu la vie des enfants», commente Celina Jensen. «J'espère que les gens vont avoir plus de compassion pour les enfants de la rue parce que les enfants sont vraiment agressifs et c'est facile d'être un peu fâché contre eux, mais ces enfants ne connaissent pas l'amour, ils ne connaissent que l'abus pour la plupart». 

Des abus parfois extrêmes. «Les autres enfants te frappent pour te rendre fort», raconte Evodie, adolescente de 13 ans. Comme Evodie et Clarisse, Sarah, 16 ans, a été accusée de sorcellerie et jetée dehors. Elle avait alors 6 ans. «Avec d'autres enfants, on volait beaucoup, on ramassait des choses à manger. Tu dors au marché, il pleut, la pluie tombe sur toi...» Elle a ensuite trouvé refuge dans une église. «Mais le prophète m'a violée. J'ai été au tribunal pour enfants, et il a été condamné», narre l'apprentie esthéticienne.

Trouver des solutions pour appuyer les familles

Save the Children espère sensibiliser à une approche différente du problème. «La plupart des enfants qui habitent la rue ont encore un ou les deux parents, mais on les a abandonnés à cause de la pauvreté ou à cause des accusations de sorcellerie. La solution n'est pas de tous les mettre dans les orphelinats, mais de trouver des solutions pour appuyer leurs familles», estime Celina Jensen, qui annonce que quelques enfants-photographes ont retrouvé leur foyer.

Une trentaine de photos ont été vendues, à 50 dollars pièce, et la somme collectée sera en principe reversée aux trois centres de transit de Kinshasa, Mbuji-Mayi et Bukavu, qui manquent de moyens. Alors que sa mission en RDC touche à sa fin, Celina Jensen songe à reconduire cette expérience photographique avec les jeunes de la rue de Vancouver, dans son Canada natal. D'ores et déjà, elle prédit que les réalités des deux pays ne sont pas si différentes.

Madagasc'art! 

Redécouvrir la capitale malgache par l'art contemporain: c'est ce que proposent deux artistes: le Sénégalais Omar Victor Diop, et le Malgache Joël Andrianomearisoa ont créé un parcours dans la capitale. Une série d'installations, d'expositions, d'événements accueillis par l'Institut français, mais aussi dans des lieux insolites de la ville comme une pharmacie, un karaoké, ou un salon de beauté.

alt

Coiffure, maquillage, manucure, le Salon des miracles ouvre ses portes, dans un petit local attenant au bain douche public du quartier d'Antohomadinika. Le décor a été réalisé par l'artiste Joël Andrianomearisoa: «L'idée voulue au départ était de parler de beauté. Donc j'ai construit un salon de beauté qui s'appelle "Miracle". C'était réellement de construire un salon de beauté, de coiffure, d'esthétique qui fonctionne vraiment et qui va devenir une œuvre permanente, car le salon va résister dans le temps ».

Le salon de beauté sera géré par une association de quartier. «Je dis merci beaucoup, car il y a ici des gens, des femmes, des filles qui veulent faire de la coiffure, de l'esthétique», se réjouit Albertine Ravaosolo, présidente de l'association.

Sur les murs du salon, des photos signées Omar Victor Diop. Le photographe sénégalais a sélectionné des portraits de femmes issus de séries qu'il a réalisées en studio à Dakar: «L'idée est d'accompagner ce qui se créera ici en terme de beauté et d'installer des œuvres qui vont rester et vivre dans et pour la communauté».

Le parcours proposé par les deux artistes se poursuit avec une installation dans une pharmacie. Puis une exposition de photographies dans la caserne des pompiers.

Le musée africain de Lyon menacé de disparition Manque de financement, le musée africain des cultures de l'Afrique de l'Ouest à Lyon est aujourd'hui menacé de fermeture et cherche des donateurs. L'institution est visitée chaque année par 10 000 personnes. Il recèle une importante collection d'objets de rituels, mais aussi du quotidien.

Du 7 au 15 novembre 2015!

La ville de Dakar va abriter, du 7 au 15 novembre prochain, l'exposition collective «Wave». Prévu au Musée Monod d'art africain, ce projet sur l'ingéniosité est imaginé et produit par Bnp Paribas et regroupe 20 projets permanents à travers le monde. 

alt

Dans un contexte où l'ensemble de la planète est confronté à «de vastes défis sociaux et environnementaux, une multitude d'initiatives portées par des femmes et des hommes venant des quatre coins du monde prouve que de solutions existent pour faire mieux avec moins». C'est tout le sens de l'exposition sur l'ingéniosité collective qui sera présentée du 7 au 15 novembre prochain au Musée Monod d'art africain de Dakar.

Intitulée «Wave», cette exposition inspirante à l'initiative de la Bnp Paribas et de la Bicis est, selon les organisateurs, un lieu d'échanges et de partage qui accueille une programmation d'événements variés, gratuits et ouverts à tous. Selon Agnès Zevacio, chargée de l'organisation, après une première édition à Paris en 2014, l'exposition « Wave » est passée en 2015 par Lille, Marseille, Nantes, Grenoble et Toulouse ainsi que Milan, Istanbul, San Francisco et Mumbai. Elle va poursuivre sa route en 2016. Et ce sera donc pour la première fois qu'elle sera présentée en Afrique, au Sénégal. Il s'agira ainsi d'exposer 20 projets réalisés par des personnes ingénieuses.

«"Wave" relaie le brouillement créatif de l'ingéniosité collective sur tous les continents. Cette dernière se définit par la simplicité et la flexibilité, une autre manière de penser et de tirer avantage des circonstances pour transformer ensemble les contraintes en opportunités», déclarent les organisateurs du projet, qui se veut également explorer les principaux courants de l'ingéniosité collective dont l'économie inclusive, la co-création, le mouvement makers et l'économie du partage.

«L'exposition "Wave" de Dakar sera également l'occasion, pendant plus d'une semaine, de diverses rencontres sur des thèmes variés comme l'innovation, l'entreprenariat social et le mouvement des makers. Aussi, une carte sur «l'ingéniosité collective dans la région de Dakar» sera présentée», a fait comprendre Mme Zevacio.

A Dakar, ont été retenus pour prendre part à cette exposition, les projets:

♦ "Bio essence" (produits bio made in Africa); 

♦ "Kër Thiossane" (un espace partagé pour redynamiser un quartier); 

♦ et "Louma" (la plateforme qui connecte le monde agricole). 

Cela, conformément au principe de «Wave» présentant à chacune de ses éditions trois projets illustrant l'ingéniosité collective à l'échelle locale.

 

Logique écologique!

Hussein Malla, un garçon âgé de 9 ans, a été déclaré vainqueur de régional Afrique du concours international de peinture pour enfants, organisé par le PNUE (Programme des Nations Unies pour l'Environnement) et la FGPE (Fondation pour la Paix Mondiale et la Protection de l'Environnement). 

alt

L'œuvre primée d'Hussein, met en parallèle le monde d'aujourd'hui avec celui auquel nous aspirons. En arrière-plan, un arc-en-ciel lumineux alimenté par des sources d'énergies renouvelables s'étend au-dessus d'un monde gris pollué, doté de technologies inefficaces. Au premier plan, un sablier symbolise le peu de temps qu'il reste pour que l'humanité adopte une transition vers les énergies vertes.

Le thème de la compétition cette année, "Nous avons le pouvoir" appuie la Décennie des Nations Unies pour des énergies durables pour tous et vise à promouvoir l'usage d'énergies renouvelables ainsi qu'à attirer l'attention sur l'importance de l'efficacité énergétique.

En 2014, les perspectives pour l'Afrique en matière d'énergie ont démontré que plus de 620 millions de personnes en Afrique n'ont pas accès à l'électricité et que 730 millions de personnes dépendent de méthodes de cuisson dangereuses et inefficaces. Des initiatives telles qu'Accès aux énergies renouvelables Afrique 2020 et African Rift Valley Geothermal Development Facility (ARGeo) oeuvrent à rendre le rêve d'Hussein réalité en offrant des services énergétiques propres à un coût abordable à des millions de personnes.

L'accès à des services énergétiques propres, fiables et abordables est crucial pour le bien-être en Afrique afin de pouvoir aspirer à un futur durable pour tous, aux multiples bénéfices pour le développement économique et social, la santé humaine, l'environnement et le climat.

Plus de 2200 peintures de 8 pays d'Afrique ont été reçues pour l'édition du concours international de peinture pour enfants de cette année, ouvert aux enfants âgés de 9 à 14 ans. Chaque bureau régional du PNUE (Afrique, Amérique du Nord, Amérique latine et Caraïbes, Asie de l'Ouest, Asie-Pacifique et Europe) ont choisi leur vainqueur régional. La sélection du gagnant de la région Afrique a été coordonnée par le bureau régional Afrique du PNUE, à Nairobi. Un jury composé de graphistes ainsi que d'experts dans le domaine de l'énergie ont sélectionné les vainqueurs.

Depuis 1991, le concours a vu la participation chaque année de plus de 3 millions d'enfants de 190 pays. Les deux autres finalistes, Bhavini Varsini et Aadil Shah, tous deux 14 ans, viennent également du Kenya.

Le concours international de peinture environnemental fait partie de la stratégie TUNZA du PNUE pour les enfants et les jeunes. TUNZA est un mot kiswahili qui signifie «traiter avec soin». L'objectif de l'initiative TUNZA est de susciter un mouvement international pour encourager la participation active des jeunes et des enfants aux activités mondiales relatives à l'environnement ainsi que faciliter l'émergence d'une nouvelle génération de jeunes leaders engagés. qui influenceront le processus de décision environnementales et agiront de façon responsable pour promouvoir le développement durable.