Africulture - Africa Nouvelles

Présentation publique du «Nouveau dictionnaire Ewondo».

Publié aux éditions Terre Africaine, ce dernier compte environ 10.000 mots et plus de 150 proverbes étendus sur 444 pages.

La cérémonie de présentation du Dictionnaire Ewondo a été présidée par des personnalités telles le ministre de l'Enseignement supérieur camerounais, Jacques Fame Ndongo, «représentant personnel du chef de l'Etat», Jean Claude Ottou, directeur général de MTN Cameroun, de l'éditeur Bassek Ba Kobhio, par ailleurs réalisateur de cinéma de renommée internationale et Rose Zang Nguele (adjoint délégué du gouvernement) et ancien membre du gouvernement.

L'auteur Siméon Basile Atangana (70 ans) a prononcé son discours, d'abord en français puis en Ewondo. Les deux langues ont d'ailleurs été parlées pendant la cérémonie.


Ce septuagénaire a souligné que le Nouveau dictionnaire Ewondo a pour principal objectif la valorisation de la langue Ewondo, disant d'avoir fait un constat malheureux, celui d'une jeunesse Ewondo qui accorde de moins en moins un intérêt à sa langue maternelle.
«Le constat vient du fait que beaucoup d'enfants aujourd'hui ne s'expriment presque plus en langue Ewondo, ce dictionnaire a donc été mis sur pied pour promouvoir la culture ewondo. Si jamais une langue disparaît, ceci revient à dire que la culture a disparu».

Le livre a été diversement apprécié.

«L'extrait est très mal perçu sur le plan du fond. Ce livre va participer à la sauvegarde du patrimoine linguistique. Nous savons tous que dans les langues bantou, la prononciation et le ton sont des choses essentielles et le document fait abstraction de deux», a déploré Jean Marie Essono, intervenant et promoteur du dictionnaire de la langue "douala".

Par ailleurs d'autres apprécient l'initiative: «Le dictionnaire véhicule la culture, la coutume. Donc c'est une très bonne chose d'avoir cet ouvrage pour des lectures faciles et qui est également complété par des proverbes», a soutenu le professeur Joseph Owona.

Norbert Ngouma




 

FESMAN III: Célébrations du 3e Festival Mondial des Arts Nègres prévues en décembre 2010.


La 3e édition du FESMAN (Festival Mondial des Arts Nègres) se tiendra  au Sénégal, du 10 au 31décembre 2010, selon la direction de la communication de la manifestation, qui a indiqué: «Le FESMAN se tiendra en cette année où le monde se tournera vers l’Afrique avec la Coupe du monde de football et des fêtes du cinquantenaire de l’indépendance de l’Afrique francophone».

 

La 1ère édition du FESMAN eut lieu à Dakar, en 1966, à l’initiative du président Léopold Sédar Senghor et la 2ème édition, en 1977 au Nigeria.
Cette 3ème édition, qui aura pour invité d’honneur le Brésil, se veut porteuse d’une «vision nouvelle d’une Afrique libérée, fière, créative et optimiste tout en étant le symbole de la fécondité du dialogue entre les peuples et les cultures».

 

Le FESMAN, marqué par l’organisation d’un «Forum sur la Renaissance Africaine, sera animé par des artistes de toute l’Afrique et des diasporas noires (Amériques, Caraïbes, Europe, Asie), à travers plusieurs initiatives culturelles:
■ expositions d’arts, artisanat, photographie, design;
■ concerts des meilleurs musiciens et exposition sur l’histoire des Musiques noires, mettant en scène les nouvelles cultures urbaines (rap, R&B, graffitis);
■ défilés de mode;
■ Salon du livre;
■ rétrospective cinématographique des grands réalisateurs  africains et de la diaspora;
■ spectacles de danse et théâtre;
■ exposition sur les sciences et la technologie des peuples noirs;
■ Festival de gastronomie;
■ match de football;
■ course à pied jalonnée.

 

Ndèye Fatou Seck