COTE D'IVOIRE: Ciné Droit libre Abidjan 2015 - 15 films pour la paix mondiale - Africa Nouvelles

CINÉMA

15 films pour la paix mondiale! 

Le 7ème Festival Ciné Droit Libre Abidjan 2015, qui bat son plein depuis le 15 septembre, a été officiellement ouvert, mercredi dernier, par la projection du film "Incorruptible" d'Elisabeth Chai Vasarhelyi, qui parle du Sénégal d'avant la chute du président Abdoulaye Wade, au Goethe Institut d'Abidjan-Cocody.

alt

Selon son directeur Sangaré Yacouba, le thème de cette édition "S'engager par la voix des urnes" a été choisi parce qu'il est question de sensibiliser les populations de Côte d'Ivoire sur la nécessité d'aller à des élections apaisées afin d'éviter de revivre les violences post-présidentielles de 2010.

«On a un film comme "Citizen four" de Laura Poitras sur la vie d'Edgard Snowden. Il y a aussi "L'homme qui répare les femmes" de Thierry Michel, "Une révolution africaine: les 10 jours qui ont vu la chute de Blaise Compaoré" de Gidéon Vink et Boubacar Sangaré, "Run" de Philippe Lacôte sur la crise ivoirienne et celui d'ouverture», a indiqué Sangaré Yacouba.

Le Village Sos d'Abobo, le Centre Don Bosco de Koumassi, le Centre Abel de Grand-Bassam, le Village du Festival à Yopougon, sont les espaces qui accueillent le Festival qui sera animé par "Le tribunal populaire du rire" de Kebey Mamadou, Marechal Zongo et Soum Bill.

Le réalisateur allemand Floren Schewe de "We were rebels", le rappeur Fou Malade, directeur artistique du Collectif sénégalais "Y en a marre", le réalisateur burkinabé Michel Zongo présent avec "La sirène de Faso Fani" et "Espoir voyage" et Ismaël Compaoré, un activiste du Balai Citoyen qui a fait le débat sur le film sur Blaise Compaoré, "Une révolution africaine" sont les invités du rendez-vous qui prend fin, samedi 26 septembre.

«Et étant donné que Ciné Droit libre contribue à l'apaisement du climat social, je me dois de soutenir les promoteurs», a dit A'Salfo de Magic system, parrain du Festival, ambassadeur de bonne volonté, ambassadeur des Droits de l'Homme et des Libertés publiques.

«Le cinéma est un vecteur important qui facilite le débat. Il fait avancer la réflexion et suscite un climat de tolérance et de compréhension mutuelle», s'est, quant à lui, réjoui Philippe Williaert, ministre-conseiller de l'Union Européenne.