Musique - Africa Nouvelles

Une contribution au processus de réconciliation et de paix par la musique.

Rome: 01/06/2011 - Les moyens d’apporter une contribution au processus de paix en Côte d’Ivoire, passent aussi par la musique, notamment religieuse. Ainsi, l’Ensemble vocal pour la paix a fait une tournée de sensibilisation à travers les chants.

 

La Mission de l’Ensemble, étant d’évangéliser par la musique religieuse, sur tout le territoire ivoirien, l’Ensemble vocal pour la paix a tourné le pays dans l'objectif d'une sensibilisation à travers la musique et les chants religieux.

«Nous sommes disposés à chanter pour toutes les cérémonies profanes comme religieuses qui concernent le processus de paix en Côte d’Ivoire», a dit la présidente, Mme Angèle Akpenan.

 

Le maître de choeur et compositeur, Evariste N’Ponon, a énuméré les différents titres qui vont constituer leur prochain album.

Il s’agit de "Debout peuple de Côte d’Ivoire", "Cessez la haine, cessez la guerre", "Oh Dieu, nous voulons la paix", "Ah! Qu’il est bon de nous aimer les frères", etc.

 

L’Ensemble, qui a été créé en juillet 2000 et est composé d’une trentaine de choristes, a composé entre autre "L’Hymne du cinquantenaire".

 

B. Kouassi

 

Normal 0 14 false false false IT X-NONE X-NONE MicrosoftInternetExplorer4 /* Style Definitions */ table.MsoNormalTable {mso-style-name:"Tabella normale"; mso-tstyle-rowband-size:0; mso-tstyle-colband-size:0; mso-style-noshow:yes; mso-style-priority:99; mso-style-qformat:yes; mso-style-parent:""; mso-padding-alt:0cm 5.4pt 0cm 5.4pt; mso-para-margin-top:0cm; mso-para-margin-right:0cm; mso-para-margin-bottom:10.0pt; mso-para-margin-left:0cm; line-height:115%; mso-pagination:widow-orphan; font-size:11.0pt; font-family:"Calibri","sans-serif"; mso-ascii-font-family:Calibri; mso-ascii-theme-font:minor-latin; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-fareast-theme-font:minor-fareast; mso-hansi-font-family:Calibri; mso-hansi-theme-font:minor-latin; mso-bidi-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-theme-font:minor-bidi;}

Triomphe du duo nigerian «P-Square», sacré “Meilleur groupe africain”, sous le signe d’un hommage à Jacko.

 

Un million USD (plus de 450 millions CFA!), c’est la somme qu’a décrochée le vainqueur du trophée de «Meilleur artiste africain de l’année» des Kora Awards 2010, le groupe nigérian "P-Square". Ce duo de R&B composé des jumeaux Peter et Paul Okoye, a également remporté la catégorie Meilleur clip vidéo de la manifestation.

 

La cérémonie d’ouverture de la 10ème édition des «Kora Awards», placée sous la très suggestive thématique: «Hommage africain à Michael Jackson»s’est tenue le dimanche 4 avril, au Palais des sports de Ouagadougou, du quartier Ouaga 2000.


La cérémonie était retransmise en direct par 100 chaînes de télévision dans 22 pays.

Parmi les invités présents dans la salle, il y avait le président du Burkina Faso, Blaise Compaoré, et son épouse, les Premiers ministres burkinabès, Tertius Zongo et ivoirien Guillaume Soro.


Après une chorégraphie alliant tenues et danses africaines et spectacles de feux d’artifices et de fumigène, un hommage posthume a été rendu à Michael Jackson, "Roi de la pop", décédé en juin 2009 à l’âge de 50 ans.


La soirée a effectivement débuté sur le «moon walk» (célèbre pas de danse inventé par Michael Jackson) et un ballet avec des dizaines d’enfants en hommage à la star décédée en juin 2009.

La soirée a été marquée par des prestations du groupe Dikakapa (Botswana), Paul G (Angola), Extra Musica (Congo Brazzaville) et Kandet Kanté (Guinée), qui ont gratifié les 3000 spectateurs de la salle ainsi que les téléspectateurs des 82 pays bénéficiant de la retransmission en direct de leurs prestations.


La fausse note de la soirée a été, sans conteste, l’absence de la star sénégalo-américaine Akon, «porté disparu» malgré l’affrètement d’un jet privé et le paiement de son cachet de 150.000 USD, comme l’a expliqué le président exécutif des Kora, Ernest Adjovi, qui a présenté ses excuses aux 15 millions de Burkinabè et au milliard d’africains pour cette défection.


Originaires de 24 pays d’Afrique, les artistes qui étaient en compétition ont été départagés par des votes du public et d’un jury. C’est la première fois que les Koras Awards - lancés en 1996 par le promoteur béninois Ernest Adjovi - se déroulaient hors d’Afrique du Sud.


Le duo nigérian P-Square (les jumeaux Paul et Peter) a triomphé en remportant le trophée de la «Meilleur artiste africain» (empochant un million USD soit 500 millions CFA) ainsi que le prix de la «Meilleure vidéo».


Absents justifiés de la cérémonie parce qu’en concert à Londres au même moment, les jumeaux Peter et Paul Okoye de P-Square ont reçu leur trophée des mains de Blaise Compaoré, le lundi 5 avril, au Palais de Kosyam.

Les Black Diamonds, nominés dans la catégorie “Meilleur artiste d’Afrique et de la diaspora”, se sont classés deuxièmes (100.000 USD soit 50 millions CFA).

L’artiste de R&B, Paul G (Angola) et Amity Meria (Burkina) ont été respectivement 3ème (50.000 USD) et 4ème (25.000 USD).


Le rappeur burkinabè Smokey, Meilleur artiste Hip-Hop, a dédié son prix aux combattants pour l’indépendance de l’Afrique: Patrice Lumumba et Thomas Sankara, «exemples à suivre pour les dirigeants africains actuels».

Le Ghanéen Becca a remporté le trophée du meilleur espoir africain, Alicia Keys celui de meilleure artiste africaine-américaine de la diaspora. Smockey (Burkina Faso), Sasha Marley (Ghana) et King Wadada ont été sacrés dans les catégories hip-hop et reggae.


Le Malien Bassekou Kouyaté et son groupe Ngoniba ont eu le Kora de musique traditionnelle.


Deux Kora d’honneur ont été décernés pour «l’ensemble de leur carrière» à la Diva capverdienne Cesaria Evora et au doyen gabonais Pierre Akendengue.

Ce dernier, après avoir reçu son trophée des mains du président Blaise Compaoré, a appelé les dirigeants politiques du continent à «oeuvrer pour une Afrique unie».


La 10ème édition des Kora a pris fin avec un concert gratuit au stade du 4 août.


Ndèye Fatou Seck