Musique - Africa Nouvelles

Madajazzcar!

La 24e édition du festival international de jazz, Madajazzcar, se tient du 1er au 12 octobre. Elle propose une programmation s'articulant autour de la femme, de l'Afrique et de la coopération régionale et internationale. Le concert d'ouverture s'est tenu au Palais des Sports Mahamasina.

altC'est le rendez-vous que les amateurs de jazz attendent chaque mois d'octobre. L'ouverture de cet événement majeur de l'année culturelle, au palais des sports, a comblé le public de mélomanes présents.

Pour les afficionados, ce spectacle d'ouverture du festival international de jazz n'a pas manqué à la règle des années précédentes. Ce fut une soirée de gala avec des artistes de grand talent qui ont justifié le label international de cette grande manifestation.

Le «big band» indonésien Krakatau fut la grande révélation de ce spectacle. Pour les amateurs de jazz, il s'est agi d'une révélation car les 7 musiciens de ce groupe ont montré une autre facette de ce genre musical.

L'hommage à Andy Razaf rendu par les voix d'or du jazz malgache, vocalistes masculins et féminins accompagnés par de grosses pointures comme Datita Rabeson, Seta Ramaroson, Sammy Andriamanoro, Do Andriambelo et Tahiry Andriamanoro a donné la mesure du niveau de ce festival.

Mais le meilleur aura été la prestation du groupe de Paco Sery, l'un des plus grands batteurs de jazz du monde qui a accueilli à ses côtés, Silo, Nicolas Vatomanga, Volahasina et le quatuor Anaa.

La fête continue dans différents endroits de la ville. Un podium jazz est programmé au jardin d'Antaninarenina avec les groupes Three Play et Maela Trio et le Krakatau jazz band. On y retrouvera Paco Sery et ses camarades à 16 h à l'IFM.

A l'AFT, se déroule la finale du Tremplin Madagascar. Hanna Paulsberg Quartet de Norvège et Fabien Degryse trio de Belgique suivent. L'entrée à ces concerts est payante.

Sammy Andriamanoro group donne rendez vous au Kudeta au Carlton.

Madajazzcar a également lieu en dehors de la capitale. A l'alliance française d'Ambositra, se produiront Didier Labbé et Jazz Ravel duo.

Pendant une dizaine de jours, les amateurs de jazz auront droit à un programme très riche.

Revers de... maestro?

Sûr de lui... "partageux", Stromae dévoile ses recettes de musique comme on partage une recette de cuisine sans arrière pensée ; deux ustensiles ne le quittent jamais: un mini-clavier et un ordinateur portable comme autant d'outils ordinaires, outils du quotidien de toute une génération.

altCréativité, humour, dérision et prise de risque... Tintin privé de Milou... artiste confirmé à la croisée du rap, du slam et de la variété façon "chanson réaliste", de la bande dessinée aussi, plus belge que Stromae... tu meurs ! Car, chez Stromae c'est toute la Belgique qui raisonne et chante...

Brel, Arno, Geluck, Hergé... le surréalisme d'un Magritte... nul doute, parmi les pays francophones, seule la Belgique (avec le Québec des années 70), était capable d'accoucher d'une telle individualité depuis qu'en France, plus aucune ambition artistique n'est réellement envisageable en dehors du Rap, underground de surcroît (1).

Homme et femme, mi-homme mi-femme... allez savoir ! (les fées des genders studies se seraient-elles penchées sur le berceau d'un Stromae androgyne ?) Enfant-adulte-ado venu au monde très jeune, à la fois trop tôt et trop tard, dans un monde déjà très vieux, un monde trop grand pour un Stromae en clown triste, enfant de la balle dans le cirque d'une vie infernale, celle des adultes... - inceste, pédophilie, viol, divorce, brutalité conjugale, familles re-décomposées, abandon, absence du père -, Stromae a pris un jour le parti d'en hurler toute la désolation.

Stromae, c'est l’arbre qui ne cache plus la forêt - l'arbre d’une réussite qui serait sans profit ni enseignement pour personne sinon pour les intéressés et leurs producteurs -, car Stromae porte avec lui la mise en échec de toute une génération : avenir bouché, petits boulots sans âme, salaires obscènes, ascension en panne, les ailes coupées nettes en vol... comas éthyliques (plus rarement idylliques)...

De cette impasse, voie sans issue, c'est bien toute une génération qui prend le parti non pas d'en rire mais d'en danser toute l'amertume avec Stromae ; une génération qui ne vieillira sans doute plus faute de pouvoir mettre ne serait-ce qu'un pied à l'étrier d'une vie dans laquelle on se forge comme jadis les forgerons la matière brûlante et incandescente -, un destin inattendu, insoupçonnable encore, un destin plus grand que soi, à la fois individuel et collectif.

Mais alors... post-houellebecquien Stromae? Qu'à cela ne tienne... en attendant... bonne route et bonne chance à lui.

VIDEOS

(Les leçons c'est tous les memes) - http://www.youtube.com/watch?v=zeHWMnHrH3s

(Papaoutai) - http://www.youtube.com/watch?v=oiKj0Z_Xnjc

(Formidable) - http://www.youtube.com/watch?v=S_xH7noaqTA

(Alors on danse) - http://www.youtube.com/watch?v=7pKrVB5f2W0

Serge U.

Amazighe... sans zig-zag!

"Mon rêve est de faire passer la chanson amazighe du stade de la chanson locale ou nationale à une échelle plus grande, voire la porter à l'universalité", a affirmé la jeune star de la chanson rifaine Imane Bousnan, alias "Tifyur", qui a enchanté le public d'Al Hoceima venu assister à son concert organisé dernièrement dans le cadre du festival méditerranéen de la musique d'Al Hoceima.

altAvec déjà à son actif trois albums "Moulay Mouhand", "Tafuyt" (Lumière) et "Thounguint" (Mémoire), sortis respectivement en 2007, 2008, et 2013, Tifyur, en rifain "plus belle que la lune", sait très bien ce qu'elle veut.

"De même qu'on peut très bien écouter et apprécier des chansons orientales ou occidentales, parfois sans en comprendre le sens, je veux contribuer au rayonnement de la chanson amazighe et la faire entendre partout dans le monde", a-t-elle souligné.

L'objectif étant fixé, Tifyur n'entend pas s'y atteler n'importe comment.

"Le groupe de Tifyur est très ambitieux et veut aller de l'avant en s'ouvrant sur différents genres musicaux, mais il est essentiel de garder toujours le contact avec ses origines et ses racines; il ne faut jamais oublier qu'on a hérité d'un patrimoine riche et millénaire dont il faut puiser notre inspiration", a précisé cette star en herbe.

En signant une très belle prestation sur la scène de la place Mohammed VI à Al Hoceima, la jeune révélation de la chanson rifaine a entièrement conquis son public. Avec sa démarche confiante, sa posture affable, ses gestes subtils, Tifyur a pu créer une véritable complicité avec son public. Elle est aujourd'hui officiellement entrée dans la cour des grandes stars de la chanson rifaine.

Passionnée depuis son enfance par la musique et la chanson, Imane a gravi toutes les échelles depuis ses premières apparitions dans les fêtes scolaires, en passant par les manifestations artistiques organisées par les associations locales et régionales. Mais la première fois qu'elle a rencontré un grand public, c'était il y a quelques années à Oujda, lors d'une soirée musicale organisée par les étudiants de l'Université Mohammed Ier.

Orée du jazz à Gorée!

Le projet de «Festival Jazz à Gorée» est né sous l'inspiration de trois musiciens sénégalais: Hervé Samb, Alioune Wade et Cheikh Lô Diallo.

altHervé Samb, Alioune Wade et Cheikh Lô Diallo sont trois musiciens sénégalais installés en France. A leur actif, une quinzaine d'années dans le circuit international. Ils comptent organiser sur l'île de Gorée, un événement musical dénommé «Festival Jazz à Gorée», du 4 au 8 décembre 2013.

La programmation prévoit deux concerts organisés chaque soirée sur une scène unique. A l'affiche, des grands noms de la musique: Archi Shepp, Baaba Maal, Stanley Clarke, Richard Bona, Oumou Sangharé, Oxmo Puccino, Julia Sarr, Cheikh Tidiane Seck, Hugh Massekela... Les premières parties seront programmées entre 19h et 20h30, les concerts principaux entre 21h et 22h30.

«L'idée de ce festival est née après avoir capitalisé une expérience en France, dans le circuit des musiques du monde et jazz depuis une quinzaine d'année», a expliqué Alioune Wade, lors d'un récent séjour à Dakar. L'association «Crescendo», créée à leur initiative, est la structure organisatrice du festival.

Les organisateurs misent sur une capacité d'accueil maximale comprise entre 2.000 et 3.000 personnes. Alioune Wade résume le concept de ce festival en deux mots: échange et mélange. Sous ce rapport, le festival sera organisé sur 5 jours avec une programmation alternant performances d'artistes locaux en première partie et productions d'artistes internationaux en tête d'affiche, pour un total de 10 concerts.

Et pour mieux booster les échanges interculturels et les transferts d'expérience, les artistes internationaux et sénégalais participant au festival proposeront des ateliers de perfectionnement en faveur des musiciens locaux. Ainsi, au cours des cinq jours de festival, une création musicale originale sera élaborée par des artistes invités, en collaboration avec certains artistes programmés. Cette création sera restituée au public lors de la dernière soirée du festival, en 1ère partie (concert d'1h à 1h30).

En parallèle des ateliers / Master-Classes, des rencontres avec le public du festival seront organisées tous les après-midis en présence des artistes programmés, sous forme de talks, selon des horaires à déterminer. Ces rencontres constitueront une occasion pour le public de découvrir le travail des artistes, leur personnalité, engagement et sensibilité musicale.

Les organisateurs assurent que toutes les mesures inhérentes à l'intégrité du site, à la préservation de son environnement, de son patrimoine architectural et de son identité culturelle seront mises en œuvre, dans le respect des politiques locales. Aussi, ils entendent maintenir la politique de régulation touristique en vigueur basée sur un accès traditionnel en chaloupe sur l'île de Gorée.

C'est bête qu'on ait des analphabètes!

«Construire une école, c’est fermer une prison!»

altLe groupe Magic System est composé d’une dizaine de stars de la zic de l’Afrique de l’Ouest, dont la Congolaise Pierrette Adams, le Ghanéen  Kodjo Antwi, le rappeur sénégalais Didier Awadi. Le leader est A’Salfo.

Depuis plusieurs années, le groupe connait un réel succès en Afrique, mais aussi en Europe et notamment en France. Ils se sont imposés avec de nombreux tubes: Bouger Bouger, Zouglou Dance (Joie de vivre), Ambiance à l’africaine, Même pas fatigué!!!

Magic System revient avec un album qui est sorti le 9 septembre et qui a pour but de lutter pour l’alphabétisation sur le continent africain qui compte toujours, malgré sont développement, un grand nombre d’enfants non scolarisés.

A’Salfo, qui a été nommé en août 2012 ambassadeur de l’Unesco pour l’Alphabétisation et la culture de la paix, parle de ce nouveau projet: «Le disque réalisé dans un studio d’Abidjan, est sorti officiellement  le 9 septembre prochain, lors de la journée de l’alphabétisation à l’Unesco à Paris. Les revenus de la vente du disque iront directement  à l’Unesco pour construire des écoles et financer des programmes d’alphabétisation».

Didier Awadi ajoute: «L’éducation doit être la base de notre développement en Afrique. Il est de notre devoir d’être au service de notre continent».

En 20 ans, la population analphabète a été réduite de plus de 100 millions dans le monde, selon un rapport de l’UNESCO. La plupart de ses enfants vivent en Afrique subsaharienne et en Asie du Sud et de l’Ouest.

Le groupe a connu le succès dès leur premier album Papitou (1997). En 15 ans de carrière il a à son actif 12 Disques d’or et 2 de platine.

A’Salfo livre la recette de succès du groupe:  «Il y a 850 groupes de zouglou en Côte d’Ivoire, dont on entend à peine parler ici et qui ne sortent pas de la communauté. Pour connaître de gros succès, il n’y a pas deux façons de faire: c’est la méthode Magic System. Mondialiser. Il faut apporter un son nouveau avec une base que les gens connaissent déjà.  On donne à entendre ce que nos fans attendent, de la joie, du soleil, des messages d’espoir».

Le groupe n’oublie jamais aussi qu’il chante pour aider les Africains: «Peu d’artistes africains sont autant écoutés que nous. On devient des messagers pour toute la communauté au sens large, donc on essaye de faire passer des messages de façons très positive… »

Discographie :
1997 : Papitou
2000 : Premier Gaou
2001 : Poisson d’avril
2003 : Un Gaou à Paris
2005 : Petit Pompier
2005 : Cessa kié la vérité
2007 : Ki Dit Mié
2008 : Zouglou Dance
2011 : Toutè Kalé
2012 : D’Abidjan à Paris

Bénie au Bénin!

Angélique Kidjo est née le 14 juillet 1960 à Cotonou, au Bénin. Son père est un Fon de Ouidah, receveur des Postes et sa mère, Yorouba, a deux passions: les affaires et le théâtre. Le couple a 10 enfants. Elle est la 7ème de la tribu.

altA l’âge de 6 ans, Angélique Kidjo intègre la troupe de théâtre de sa mère. Elle se fait connaitre au Bénin avec son adaptation pour la Radio nationale de la chanson de Miriam Makeba "Les Trois Z". Elle sort assez vite son premier album, «Pretty», avec l’aide de son frère et du producteur camerounais Ekambi Brilliant. Le succès de cet album lui permet d’acquérir très vite une notoriété en Afrique de l’Ouest.

En 1983, elle s’installe à Paris, où naît sa fille en 1993. Elle y rencontre son mari Jean Hebrail, musicien et compositeur, avec qui elle écrit la majeure partie de sa musique. D’abord choriste de groupes africains de Paris, elle devient en 1985 la chanteuse du groupe de Jazz africain "Pili Pili", formé par le pianiste néerlandais Jasper van ‘t Hof. Elle collabore à 3 albums de Pili Pili: "Jakko" (1987), "Be In Two Minds" (1988, produit par Marlon Klein) et "Hôtel Babo" (1990).

Mais elle tente aussi sa chance en solo. Elle sort son 2ème album "Parakou", pour le label de Jazz Open.

La suite de sa carrière va aller très vite: elle est repérée à Paris par Chris Blackwell, le fondateur jamaïcain de Island Records, la maison de disques de Bob Marley et U2. En 1991, elle signe pour le label Mango. Elle enregistre quatre albums chez Island, jusqu’au départ de Chris Blackwell. En 1998, elle traverse l’Atlantique et en 2000, elle signe un contrat à New York avec le label Columbia Records, pour lequel elle enregistre deux albums.

Angélique Kidjo est aussi une chanteuse très engagée: en novembre 2003, Angélique Kidjo chante à Cape Town, en Afrique Du Sud, avec Peter Gabriel et Youssou N’Dour au grand concert pour la fondation de Nelson Mandela, 46664.

En mai 2004 elle participe au concert « We Are The Future » produit par Quincy Jones à Rome devant 400 000 personnes. Le spectacle a lieu au cirque Maxime avec la participation d’Oprah Winfrey, Alicia Keys, Andrea Bocelli, Herbie Hancock, Angelina Jolie et d’autres stars internationales.

En mars 2005, elle chante devant 50 000 personnes lors du concert "Africa Live" de Dakar, organisé par Youssou N’Dour pour lutter contre le paludisme avec la participation d’un grand nombre de stars africaines.

En juin 2005, elle participe au concert "Live 8" présenté par Angelina Jolie et Peter Gabriel à Cornwall au Royaume-Uni.

En 2007, elle fait une reprise de la chanson "Happy Christmas (War Is Over)" de John Lennon avec sa fille pour la compilation "Instant Karma: The Amnesty International Campaign to Save Darfur".

Elle se produit aussi pour "Live Earth" et participe à la chanson "SING" pour la lutte contre la transmission du VIH de la mère au nouveau-né en Afrique.

Elle soutient en 2008 Barack Obama, et elle participe le 20 janvier 2009 à l’African Diaspora Inaugural Ball, un des bals organisés à Washington lors de l’investiture présidentielle.

Elle participe le 10 juin 2010 au concert de lancement de la Coupe du monde de football en Afrique du Sud aux côtés de Shakira, Alicia Keys et Black Eyed Peas.

Angélique Kidjo est partout! Elle chante, se produit mais s’engage aussi très activement sur le terrain : elle a fondé l’association Batonga qu’elle a créée pour soutenir l’éducation des jeunes filles sur le continent. Elle est aussi ambassadrice de bonne volonté de l'UNICEF (Fonds des Nations Unies pour l’Enfancef) depuis 2002. Elle fait aussi campagne pour le commerce équitable.

Elle parle couramment le fon, le français, le yoruba et l’anglais. Elle chante dans ses quatre langues.

Le Bénin est fier d’elle, et on comprend pourquoi…

Orée du jazz à Gorée!

Le projet de «Festival Jazz à Gorée» est né sous l'inspiration de trois musiciens sénégalais: Hervé Samb, Alioune Wade et Cheikh Lô Diallo.

altHervé Samb, Alioune Wade et Cheikh Lô Diallo sont trois musiciens sénégalais installés en France. A leur actif, une quinzaine d'années dans le circuit international. Ils comptent organiser sur l'île de Gorée, un événement musical dénommé «Festival Jazz à Gorée», du 4 au 8 décembre 2013.

La programmation prévoit deux concerts organisés chaque soirée sur une scène unique. A l'affiche, des grands noms de la musique: Archi Shepp, Baaba Maal, Stanley Clarke, Richard Bona, Oumou Sangharé, Oxmo Puccino, Julia Sarr, Cheikh Tidiane Seck, Hugh Massekela... Les premières parties seront programmées entre 19h et 20h30, les concerts principaux entre 21h et 22h30.

«L'idée de ce festival est née après avoir capitalisé une expérience en France, dans le circuit des musiques du monde et jazz depuis une quinzaine d'année», a expliqué Alioune Wade, lors d'un récent séjour à Dakar. L'association «Crescendo», créée à leur initiative, est la structure organisatrice du festival.

Les organisateurs misent sur une capacité d'accueil maximale comprise entre 2.000 et 3.000 personnes. Alioune Wade résume le concept de ce festival en deux mots: échange et mélange. Sous ce rapport, le festival sera organisé sur 5 jours avec une programmation alternant performances d'artistes locaux en première partie et productions d'artistes internationaux en tête d'affiche, pour un total de 10 concerts.

Et pour mieux booster les échanges interculturels et les transferts d'expérience, les artistes internationaux et sénégalais participant au festival proposeront des ateliers de perfectionnement en faveur des musiciens locaux. Ainsi, au cours des cinq jours de festival, une création musicale originale sera élaborée par des artistes invités, en collaboration avec certains artistes programmés. Cette création sera restituée au public lors de la dernière soirée du festival, en 1ère partie (concert d'1h à 1h30).

En parallèle des ateliers / Master-Classes, des rencontres avec le public du festival seront organisées tous les après-midis en présence des artistes programmés, sous forme de talks, selon des horaires à déterminer. Ces rencontres constitueront une occasion pour le public de découvrir le travail des artistes, leur personnalité, engagement et sensibilité musicale.

Les organisateurs assurent que toutes les mesures inhérentes à l'intégrité du site, à la préservation de son environnement, de son patrimoine architectural et de son identité culturelle seront mises en œuvre, dans le respect des politiques locales. Aussi, ils entendent maintenir la politique de régulation touristique en vigueur basée sur un accès traditionnel en chaloupe sur l'île de Gorée.