CPI: Un mandat d’arrêt contre Luis Moreno Ocampo? - Africa Nouvelles

INTERNATIONAL

Luis Moreno Ocampo doit répondre devant la Cour Pénal International.
Le procureur de la Cour Pénale Internationale depuis sa nomination a fermé les yeux sur de nombreux crimes contre l’humanité orchestré par des occidentaux. En plus, Ocampo accompagne ces mêmes occidentaux dans leurs mensonges pour justifier des attaques comme ce fut le cas de la Libye.

 

Le 27 juin 2011 la cour pénale internationale a lancé un mandat d’arrêt international contre le Guide de la révolution libyenne Mouammar Kadhafi pour crime contre l’humanité depuis l’insurrection des rebelles, de Benghazi sans preuve. En délivrant ce mandat, la CPI participe au tissu de mensonges montés par les dirigeants occidentaux avec en tête Nicolas Sarkozy, pour chasser Kadhafi.

Pour arriver à cela, Sarkozy après sa mauvaise gestion dans la révolution tunisienne a voulu se rattraper en Libye. Comme alibi, Kadhafi est accusé de bombarde les insurgés de Benghazi en plus avec des armes lourdes. Le rapport Centre International de recherche sur le terrorisme (CIRET-AVT) a infirmé tous les mensonges construits pour chasser Kadhafi du pouvoir.

Dès les premières lignes de ce rapport, on peut lire:  «l’étude des faits conduit qu’affirmer que la "révolution" libyenne n’est ni démocratique, ni spontanée. Il s’agit d’un soulèvement armé de la partie orientale du pays, dans un esprit de revanche et de dissidence, qui tente de s’inscrire dans la dynamique du "printemps" arabe, dont il ne relève cependant pas. Le mouvement libyen ne peut donc être comparé avec les révoltes populaires tunisienne et égyptienne».

En plus, les chaines arabes et occidentales ont grandement contribué à la désinformation. Ce que relève le rapport CIRET-AVT

«La couverture des événements de Libye par les chaînes satellitaires arabes appelle quelques observations critiques. Jusqu’en fin février, les villes de l’ouest libyen ont connu de fortes tensions et des affrontements (lesquels ont été moindres qu’à l’est) mais leur relation a fait l’objet d’exagérations, voire de désinformation pure et simple. A titre d’exemple, l’information reprise par les médias occidentaux selon laquelle l’aviation du régime aurait bombardé Tripoli est parfaitement inexacte: aucune bombe libyenne n’est tombée sur la capitale, même si des affrontements sanglants semblent avoir eu lieu dans certains quartiers».

La résolution 1793 adoptée par le Conseil de Sécurité de l’ONU, le 17 mars 2011, a décidé d’interdire tous vols dans l’espace aérien de la Jamahiriya arabe libyenne afin d’aider à protéger les civils. Pourtant, le constat aujourd’hui est que l’OTAN a largement dépassé cette résolution en bombardant des cibles libyennes et bien sûr, faisant de nombreuses victimes civiles que l’organisation européenne refuse de reconnaitre.

Luis Moreno Ocampo a été coupable de participer à ce complot en délivrant un mandat d’arrêt contre le colonel Mouammar Kadhafi. Toutes les tentatives de négociations du guide Libyen et aussi de l’Union Africaine ont été balayées du revers de la main par le Comité Nationale de Transition (CNT), qui n’écoute que les ordres venus des pays occidentaux avec en tête, la France.

En Syrie, l’armée de Bachar Al Assad tue chaque jour des manifestants. Luis Moreno Ocampo fait mine de ne rien voir et de ne rien entendre.  Aucune résolution pour sortir les syriens du bourbier dans lequel ils sont empêtrés et empêcher Bachar Al Assad de les massacrer.

Ce n’est pas la première fois que cette institution reste sans réaction devant des injustices. Rien n’est dit sur la "Bush-erie" en Irak ou encore les bombardements en Afghanistan, supposés lutter contre le terrorisme. Il s’agit là de non assistance à personne en danger.

Pour toutes ces raisons, un mandat d’arrêt doit être délivré contre Luis Moreno Ocampo.

 

Lucien T.