Nationalités fortes et nationalités faibles, quand le passeport fait la différence - Africa Nouvelles

INTERNATIONAL

Les Italiens entrent sans visa dans 175 pays du monde, les Pakistanais dans 29. Le "Visa Restrictions Index 2016" indique pour qui les frontières sont ouvertes et pour qui elles sont fermées.

La nationalité "appropriée" peut ouvrir les frontières, parce que les passeports ne sont pas tous pareils. Demandez-en confirmation à un jeune Berlinois ennuyé qui veut faire un tour du monde: il n'aura qu'à faire sa valise et voyager librement dans la bagatelle de 175 pays. Toute autre chose pour un jeune de Kaboul, qui ne pourra au contraire visiter que 25 autres pays sans devoir demander avant un visa d'entrée, avec entre autre très peu de chances de l'obtenir. Huit à un!

Les nationalités allemande et afghane sont aux antipodes de l'Index Restrictions Visa 2016, un classement établi par Henley & Partners, multinationale fortement intéressée par la question. Elle est en effet spécialisée dans le «Residence and Citizen Planning» (Planification de la Résidence et de la Nationalité), gérant, au nom du gouvernement de La Valette, la vente de la nationalité maltaise (et donc de l'Union Européenne) à des riches investisseurs étrangers.
Le podium des nationalités les "plus fortes" est dominé par l'Allemagne (177 pays), suivi de la Norvège (176 pays), devant 5 autres pays: Italie, France, Espagne, Royaume-Uni et Finlande (175 pays).

Parmi les nationalités les "plus faibles", juste avant l'Afghanistan en 104ème position, on trouve les pays souvent marqués par les guerres et les dictatures, comme par exemple l'Érythrée, 98ème place (37 pays), suivi de la Libye (36 pays), la Syrie (32 pays), la Somalie (31 pays), l'Irak (30 pays) et le Pakistan (29 pays).

Elvio Pasca