PAPE FRANÇOIS: "Mieux vaut vivre comme un athée que d'aller à l'église et haïr" - Africa Nouvelles

INTERNATIONAL

Les paroles du Pape François sont plus vraies que jamais et servent à exposer tous les faux hypocrites.

 

Le Pape François n'y va pas de main morte: "Combien de fois voyons-nous le scandale de ces gens qui vont à l'église et y restent toute la journée pour ensuite vivre en haïssant les autres ou en parlant mal des gens. Mieux vaut ne pas aller à l'église, vivre en athée. Si tu vas à l'église, tu dois vivre comme un fils, comme un frère. Tu n'as pas à donner une contre-preuve, mais un témoignage d'être chrétien. Nous devons prier Dieu comme un fils, pas comme un perroquet qui parle, parle, parle. Là où il y a l’Évangile, il y a révolution. L’Évangile ne nous ménage pas, il nous prône: il est révolutionnaire. Dans un point stratégique, au centre du discours de la montagne. Jésus couronne de bonheur une série de catégories de personnes qui en son temps (mais aussi en notre temps) n'ont pas été pris en compte. Heureux les pauvres, les doux, les miséricordieux, les gens humbles de cœur... Le grand secret qui est à la base de tout le discours de la montagne est ceci: soyez enfants de votre Père qui est aux cieux...",

Le Pape François explique que Jésus a introduit l'enseignement de la prière du Notre Père, en s'écartant de deux groupes de son temps, tout d'abord les hypocrites. "Ne soyez pas comme les hypocrites qui, dans les synagogues et dans les coins des places, aiment prier debout, être vus par les gens. Il y a des gens qui sont capables de tisser des prières athées, sans Dieu: elles le font pour être admirés par les hommes". 

L'autre catégorie dont Jésus se distancie est celle des païens, les invitant à ne pas gaspiller leurs paroles. "Les païens pensent que parler, c'est parler et prier, et je pense aussi à beaucoup de chrétiens qui pensent que prier, c'est parler à Dieu, excusez-moi, comme un perroquet. Non, la prière se fait du cœur, de l'intérieur. Au lieu de cela, quand tu pries, tourne-toi vers Dieu comme un fils vers son père, qui sait ce dont il a besoin avant même de le lui demander. Elle pourrait aussi être une prière silencieuse, le "Notre Père": il suffit, à la fin, de se mettre sous le regard de Dieu, de se souvenir de son amour de Père, et cela suffit pour s'accomplir". 

Et Pape Bergoglio de conclure: "C'est beau de penser que notre Dieu n'a pas besoin de sacrifice pour gagner Sa faveur! Notre Dieu n'a besoin de rien: dans la prière, il nous demande seulement de garder un canal de communication ouvert avec Lui pour que nous puissions toujours découvrir Ses enfants bien-aimés. Et Il nous aime tellement".