RWANDA - FRANCE: Visite de Kagame à Paris en septembre - Africa Nouvelles

INTERNATIONAL

La première visite depuis le génocide de 1994 au Rwanda, qui fit 800.000 morts.

Le président Kagame fera une visite officielle en France les 12 et 13 septembre 2011 à l'invitation du président Nicolas Sarkozy. Les relations entre les deux capitales ont souvent été tendues depuis le génocide. les autorités rwandaises accusant la France d'avoir soutenu les auteurs des massacres- avant de progressivement se normaliser. Ce rapport rwandais de 2008, qui accuse la France de participation au génocide, vise nommément Alain Juppé et d'autres personnalités politiques et militaires françaises.

 

Ce sera la première visite d'un président rwandais en France depuis le génocide de 1994, qui a fait quelque 800.000 morts, selon les Nations unies.

Depuis cette date, les relations entre Paris et Kigali ont souvent été tendues, le régime rwandais accusant la France d'avoir soutenu les auteurs des massacres. Elles ont même été rompues en 2006, l'année précédant l'élection de Nicolas Sarkozy puis se sont progressivement normalisées avant d'être rétablies en 2009.

Le chef de l'Etat français s'est même rendu au Rwanda l'année dernière, en février 2010. Cette visite avait alors marqué un grand pas en avant dans les relations diplomatiques avec la France, renouées fin 2009, après une rupture de trois ans.

Nicolas Sarkozy avait alors reconnu «une forme d'aveuglement» de Paris, pour n'avoir pas «vu la dimension génocidaire» du régime de Juvénal Habyarimana.

 

L'actuel chef de la diplomatie française est hostile à ce rapprochement entre Paris et Kigali. Lors de sa prise de fonction au Quai d'Orsay en mars dernier, Alain Juppé, qui était au même poste à l'époque du génocide rwandais, a dit n'avoir aucune intention «ni de serrer la main» de Paul Kagame ni de se rendre au Rwanda tant qu'y circulerait un rapport accusant la France de complicité avec les génocidaires.

En juillet, Paris avait proposé au président Kagame d'effectuer début septembre une visite officielle à Paris, un déplacement à haute dimension symbolique mais délicat en raison d'un très vif contentieux entre le chef de l'Etat rwandais et le chef de la diplomatie française Alain Juppé. La date du lundi 12 septembre avait été avancée mais elle n'était pas définitive et restait toujours en attente d'une réponse officielle des Rwandais.

Le 19 juillet, la ministre rwandaise des Affaires étrangères, Louise Mushikiwabo, s'était rendue à Paris pour la préparer. Elle s'était entretenue avec le ministre de la Coopération, Henri de Raincourt, mais pas avec Alain Juppé, le Quai d'Orsay ayant prétexté un agenda chargé du ministre pour expliquer cette non-rencontre, sans confirmer un refus de voir son homologue.

La visite du président rwandais en France constitue "une étape importante dans des relations plus étroites entre nos deux pays", a souligné la ministre rwandaise des Affaires étrangères.

Les deux pays pourront mettre cette visite à contribution afin de surmonter toutes les divergences de manière à relancer la coopération bilatérale sur de nouvelles bases.

S. Mabiala