SEPHORA IKALABA: Nigériane d'origine élue Miss Helsinki - Africa Nouvelles

COMMUNAUTÉS AFRICAINES

La beauté nordique? Elle est devenue une opinion. Ou plutôt une polémique, en ces temps de chamailleries et cherche-noises. Miss Helsinki par exemple, on se l'imagine conforme au stéréotype, mais aussi comme trait caractéristique d'un peuple, c'est-à-dire génériquement aux cheveux blonds et yeux bleus ou verts, peau blanche, allure adoucie. Sephora Ikalaba, beauté exotique d'origine, élue à l'occasion de l'édition 2017, le dément catégoriquement.

 

Traditionnellement, les finlandaises sont parmi les les plus belles du monde. L'actrice américaine Pamela Anderson par exemple, est d'origine finlandaise, tout comme sa collègue italienne Anna Falchi, des nanas très semblables aux suédoises, rêve érotique de l'Italien des années 70: blondes, libres et belles.

Mais ça semble ne plus en être ainsi. La faute? Une demoiselle de 19 ans, Sephora Ikalaba, élue Miss Helsinki, capitale de la beauté nordique. Oui, parce que Sephora est en réalité une jeune migrante nigériane de 165 cm de hauteur, peau noire et cheveux noirs. En somme, une typique beauté africaine plutôt que viking.

En vérité, beaucoup de finlandais ne la trouvent même pas belle et ont laissé libre cours à leur goujaterie!

Sur les réseaux sociaux, il y en a qui l'ont baptisée «la miss la plus laide des dernières années», lui ont trouvé une troublante ressemblance  même avec Barack Obama, ou  ont empiété sur le jugement raciste, genre celui du "léghiste" Calderoli proféra, sauf ensuite se repentir (espérons-le...), à l'endroit de l'ex ministre italo-congolaise Cécile Kyenge.

Mais ici, l'échauffourée esthétique passe en réalité au second plan par rapport à la polémique politique. Car le problème n'est pas tellement si la néo Miss Helsinki représente la Beauté mais si elle représente la Finlande.Le jury qui l'a élue a en effet été accusé d'avoir jugé selon idéologie pour «satisfaire la dictature tiers-mondialiste du politically correct».

Des sites hypernationalistes prétendent même des punitions exemplaires aux jurés traitres. Ce n'est pas la première fois que cela arrive.

Ariana Miyamoto (mère japonaise et père noir américain de l'Arkansas), fut contestée parce qu'elle «n'a pas les traits pour représenter la beauté nippone dans le monde», tout comme Denny Mendez, d'origine dominicaine et première Miss Italie noire. A l'algérienne Tartag Tinhinane, fut reproché d'avoir remercié en arabe et français plutôt qu'en berbère et à Miss Liban, Saly Greige, d'avoir fait un selfie avec la détestée (par les Libanais) Miss Israël, Doron Matalon.

 

Parce qu'il est peut-être relatif qu'une beauté doive forcément représenter une ethnie. Mais c'est certain que le monde est partout pareil.