«YES, WA...KAN!» Obama appelle Shakira pour promouvoir les latinos - Africa Nouvelles

INTERNATIONAL

La chanteuse de "Waka Waka" nommée par le président américain, consultante pour l'Excellence scolaire des hispaniques.

Shakira a été choisi par le président des Etats Unis afin d'être une véritable ambassadrice d'une cause qui tient déjà à coeur à la bomba latina la plus sensuelle du monde, l'éducation des enfants latinos défavorisés.


Les bancs des écoles publiques américaines comptent 11 millions d'enfants d'origine hispanique, qui représente plus des 1/5èmes du nombre total d'étudiants. Seulement la moitié d'entre eux parvient à se diplômer à temps et ceux qui finissent le lycée ont toutefois de mauvaises notes au lycée et moins de 50% de chances d'être admis au collège par rapport à leurs collègues.


L'administration Obama a lancé une série d'interventions visant à améliorer la situation et a créé une commission dédiée au problème, "Commission consultative du Président sur l'excellence pédagogique pour les Hispaniques", qui a un nouveau membre célèbre: Isabel Mebarak Ripoll, mieux connu comme "Shakira". 

Ce nouveau job semble tenir à cœur à la star qui souhaite faire bénéficier de sa popularité planétaire, à cette cause essentielle pour faire reculer la pauvreté. Responsable et engagée, Shakira n'en est pas à son coup d'essai en matière d'humanitaire et Barack Obama ne l'a donc pas choisie par hasard et pour son déhanché légendaire.

Selon un communiqué de la Maison Blanche, la jeune chanteuse colombienne de "Waka waka" a été choisie, pour ses activités philanthropiques, telles que la création d'une fondation qui aide des milliers d'enfants en Amérique du Sud et en Afrique du Sud.

"C'est un honneur incroyable pour moi; la seule façon de sortir de la pauvreté est l'éducation. Je suis reconnaissante d'avoir eu l'opportunité de soutenir un travail aussi important", a-t-elle commenté, après le choix d'Obama.

La nommination de Shakira n'est que le dernier acte explosif d'Obama envers les Latinos, courtisés en  vue de l'élection présidentielle de 2012. Le président américain a récemment expliqué ses idées sur le travail et la réforme de l'immigration aux médias américains, en espagnol.

Et peu après, le gouvernement a annoncé qu'il fera appel contre les sévères lois d'immigration des Etats de l'Arizona, Alabama, Utah, Géorgie, Indiana et Caroline du Sud, accusées d'être "cruelles et discriminatoires".

 

Elvio Pasca