La réflexion sur l'éducation islamique en Italie du pakistanais Daud Khan - Africa Nouvelles

ITALIE

Voici pourquoi nous devons fournir une éducation islamique de qualité en Italie.

 

Il y a environ 2,5 millions de musulmans en Italie. La plupart d'entre eux viennent du Maroc et de l'Albanie, suivis par une minorité du Bangladesh, de l'Égypte, du Pakistan et du Sénégal. La plupart d'entre eux vivent dans le nord de notre péninsule, et parmi les 2,5 millions de musulmans présents sur le sol italien, environ 40% possèdent la citoyenneté italienne; parmi ceux qui ne la possèdent pas, environ 100.000 demandent chaque année la nationalité italienne. 

Par conséquent, les musulmans d'Italie constituent une très petite communauté, qui représente 4% de la population. Malgré cela, un bon pourcentage d'Italiens vivent leur présence avec malaise, ce qui est dû à des malentendus envers cette minorité religieuse. Les enquêtes menées par le PEW Research Centre (prestigieux organisme de recherche sociale), fournissent des données alarmantes: en Italie, près de 70% des personnes interrogées expriment un "jugement négatif" contre les musulmans. Ces données sont alarmantes et ces pourcentages sont très élevés. En fait, l'Italie est l'un des pays européens où les musulmans sont les plus mal vus. Le seul pays européen où le niveau de malaise envers les musulmans dépasse celui perçu par les Italiens est la Hongrie, où vivent seulement 5,000 personnes.  

Malgré la faible présence des musulmans en Italie, ils constituent une minorité stable et de plus en plus italienne, au sens juridique du terme (40% ont déjà la nationalité italienne, et chaque année de nouvelles demandes sont émises). La grande majorité des musulmans d'Italie se considèrent extrêmement chanceux d'être dans ce pays. Elle est composée de personnes qui travaillent à temps plein, qui cherchent à améliorer les conditions de vie de leur famille et qui sont caractérisées par une forte volonté d'intégration harmonieuse avec la communauté italienne qui les entoure. La foi et les pratiques religieuses constituent un aspect important de la vie sociale, culturelle et morale des communautés musulmanes en Italie. Les naissances, les mariages et les funérailles sont célébrés selon les rites islamiques, et dans la joie et la tristesse, le confort est recherché dans la religion. En cela, les communautés musulmanes ne sont pas du tout différentes des autres communautés immigrées, et encore moins des communautés locales. 

Selon nous, il est important de comprendre la raison de ce "jugement négatif" exprimé vis-à-vis des communautés musulmanes, et il est encore plus important d'en comprendre les causes afin d'améliorer la situation et de dissiper les mythes négatifs qui entourent cette communauté religieuse. À notre avis, il y a plusieurs facteurs. 

Historiquement, les communautés islamiques se sont certainement heurtées à l'Europe: croisades, invasions mongoles ou conflits avec les Ottomans. Par conséquent, dans un certain sens, la peur de l'islamisme est présente dans l'ADN ou dans le patrimoine culturel des Européens - et des Italiens. Il est donc facile, pour certains politiciens et pas seulement, d'exploiter cet élément de peur, et il est encore plus facile pour la presse de dramatiser des événements liés au peuple musulman ou à des idéaux qui renforcent des préjugés négatifs. Il serait bon que les responsables politiques et les médias assument davantage de responsabilités et s'efforcent de préserver une communication constructive, voire informative, sur la diversité ethnique, culturelle et religieuse; malheureusement, le sensationnalisme des événements attire la visibilité médiatique et les votes au parlement, et il est naïf de penser que cela peut changer facilement. 

Un autre phénomène important à analyser est celui des attentats terroristes perpétrés par les fondamentalistes islamiques. Malheureusement, ils entendent souvent des déclarations malveillantes et ignorantes telles que: "tous les musulmans ne sont pas des terroristes, mais tous les terroristes sont musulmans". Si l'on fait abstraction du fait que ce type d'affirmation pourrait très facilement être contré par quiconque a une connaissance même superficielle de l'histoire de l'Italie, de l'Europe et du monde, nous pouvons également trouver un autre facteur qui ne contribue pas à surmonter cette ignorance. En fait, en Italie, il n'y a pas de dirigeants politiques, de leaders d'opinion accrédités ou de personnalités faisant autorité qui soient capables de contrer ces déclarations simplistes et erronées. Au contraire, dans des pays comme l'Angleterre, on trouve le maire de Londres, Sadiq Khan, ou le ministre de l'Intérieur, Sajid Javid, (immigrants de seconde génération du Pakistan), des personnalités qui ont des rôles institutionnels autoritaires et qui, en tant qu'immigrants de seconde génération du Pakistan, sont capables de contextualiser ces actes, les distançant de la religion islamique tout court et les mettant, pour la plupart, en relation avec l'aliénation et l'inadéquation sociale qui sont à l'origine du phénomène. L'absence de ces voix autoritaires signifie que l'Italie ne dispose pas d'une perspective analytique adéquate sur ces faits et que les communautés musulmanes en Italie sont accusées de ne pas prendre suffisamment de distance par rapport à ces actes terroristes. 

À notre avis, l'élément le plus important à prendre en considération et à remédier d'urgence est le manque et l'incapacité de dialogue, en particulier entre les jeunes musulmans et leurs pairs, les enfants de parents italiens. Les jeunes musulmans de la seconde ou troisième génération sont, dans la plupart des cas, nés et élevés en Italie, et la seule langue qu'ils parlent est, dans de nombreux cas, l'italien. Ils vivent souvent dans les quartiers les plus pauvres des grandes villes et les relations qu'elles entretiennent avec leurs pairs (qu'ils soient catholiques ou d'autres religions) sont complexes, confuses et difficiles, surtout pour les filles ou les jeunes femmes. En ce qui concerne les garçons, beaucoup d'entre eux sont impliqués, ou le deviennent, dans de petits actes de délinquance, et se retrouvent souvent aux prises avec les forces de l'ordre. 

Par conséquent, l'aliénation des jeunes membres des communautés musulmanes en Italie augmente, dans de nombreux cas, pour des raisons économiques et culturelles. En Italie, contrairement à des pays comme les États-Unis, le Canada ou la Grande-Bretagne, de nombreux immigrants n'obtiennent pas de qualifications universitaires ou professionnelles élevées et luttent pour obtenir une bonne situation sociale et économique. Cette disparité, si l'on peut la définir ainsi, est transmise aux générations suivantes: l'absence d'icônes, de repères ou de personnalités publiques à succès fait qu'en Italie, les jeunes musulmans ont du mal à trouver une inspiration positive à laquelle s'inspirer. Aux États-Unis, par contre, on trouve Zaha Hadid, originaire de Bagdad, l'une des architectes les mieux payées au monde; Iman Abdulmajid, une réfugiée somalienne qui est devenue une femme d'affaires modèle et prospère dans le secteur de la mode et des cosmétiques; en Angleterre on trouve des personnalités politiques importantes du Pakistan. D'autres exemples ne manquent pas. La première étape à franchir et, à notre avis, la plus importante, est d'aider les jeunes musulmans à comprendre leur religion et à apprendre à l'interpréter dans le contexte social dans lequel ils vivent. Malheureusement, cela n'arrive pas assez de nos jours. 

Un aspect central dans la vie des communautés musulmanes est d'offrir aux jeunes une éducation religieuse, dont l'aspect le plus important est l'étude du Coran. Les enfants musulmans sont censés apprendre à lire le Coran et à le réciter (du moins dans ses passages les plus importants). Les jeunes commencent à recevoir une instruction religieuse vers l'âge de 5 ou 6 ans, jusqu'à l'âge de 12 ou 13 ans. Pour suivre des cours de religion, ils sont généralement envoyés à la mosquée ou au centre islamique le plus proche. Seule une famille aisée peut se permettre d'envoyer ses enfants chez un imam ou un hafiz (qui connait les versets du Coran par cœur et est considérés comme un experts dans l'interprétation du texte sacré). 

Il y a un grand fossé entre les professeurs de religion et leurs élèves. Comme déjà mentionné, la plupart des jeunes musulmans en Italie parlent principalement, sinon exclusivement, l'italien; ils ont une situation sociale médiocre, souvent aliénée de la société environnante. Pour la plupart d'entre eux, la préoccupation principale est de s'intégrer dans la société par l'étude ou le travail, essayant ainsi de créer une identité et un sentiment d'appartenance. Au contraire, nombre des enseignants religieux affectés à ces enfants ont grandi dans leur pays d'origine et proviennent donc de communautés musulmanes pleinement intégrées (Maroc, Tunisie, Bangladesh ou Pakistan). Beaucoup d'entre eux ne parlent pas italien et sont complètement isolés du contexte social et culturel dans lequel leurs élèves sont placés. Par conséquent, pour les jeunes musulmans italiens, l'éducation religieuse prend surtout un aspect formel. Par exemple, la mécanicité de la lecture et de la récitation des versets du Coran n'est pas accompagnée d'une discussion critique et approfondie sur l'application de ces préceptes dans la vie quotidienne ou dans les relations avec les membres des différentes confessions religieuses. Récemment, nous avons également assisté à une forte croissance des cours de religion islamique sur des plateformes numériques, attrayantes par leur caractère pratique, leur flexibilité et leur coût beaucoup plus abordable. Il est clair, cependant, que les leçons disponibles sur Internet offrent une éducation religieuse encore plus détachée du contexte social dans lequel les élèves sont confrontés quotidiennement. 

En général, donc, la façon dont les jeunes musulmans d'Italie sont éduqués à la religion islamique n'a pas tendance à affaiblir leur aliénation sociale et culturelle. Ils se sentent musulmans, mais ils n'ont pas les outils pour appliquer les principes de la morale coranique et islamique dans leur vie quotidienne. C'est un phénomène qui a renforcé, et continue de renforcer, l'écart entre l'éducation religieuse et la vie quotidienne des musulmans italiens de seconde et troisième génération. 

Le risque de radicalisation découle précisément de ce climat d'aliénation et d'inadaptation sociale. Des écoles de pensée fanatiques, des imams ou des activistes radicalisés réussissent à s'insérer dans la vie de ces jeunes et d'avoir une forte emprise sur eux. Cela se produit dans les communautés non intégrées, dans les lieux de regroupement et dans les prisons, où de nombreux jeunes (surtout des hommes) finissent pour des crimes mineurs, souvent liés à des causes similaires à celles présentées dans cet article. Il n'y a pas beaucoup de supervision sur cet aspect de leur vie: les parents ont souvent peu de temps pour suivre avec attention l'éducation des enfants et la préparation des enseignants, ce qui arrive aussi à de nombreuses familles italiennes. Internet est un réservoir infini d'informations, où l'on peut trouver toutes sortes d'interprétations des écritures sacrées; le gouvernement italien et les communes ne sont pas conscients de l'impact que peut avoir, et à raison, l'éducation islamique dans la vie des jeunes et ne savent pas ce qui arrive dans les communautés, prisons et écoles religieuses. 

Le manque d'attention accordée à une éducation islamique de qualité est un gros problème en Italie, et cela se produit pour un certain nombre de raisons. Il est important de comprendre que le seul défaut des jeunes musulmans en Italie et, souvent, dans d'autres pays européens aussi, c'est qu'ils n'ont pas accès à une éducation complète qui les met en contact avec leur religion, mais qui la replace dans le contexte de la réalité sociale ambiante. 

par Daud Khan et Leila Yasmine Khan

DAUD KHAN (Biographie)

Daud Khan est né au Pakistan en 1954 et réside à Rome. Il a étudié Economie à la London School of Economics et à l'Université d'Oxford, et s'est spécialisé en Gestion environnementale à l'Imperial College of Science and Technology à Londres. Outre à travailler pour la FAO, il une expérience pluriannuelle dans la gestion du Développement stratégique, politique et de projets et dans la gestion des Crises et des situations d'urgence au niveau international, avec une référence particulière à la gestion des Politiques agricoles et commerciales, à moyenne et grande échelle. Il a une connaissance approfondie, avec une expérience dans le domaine, des Politiques agricoles et du développement rural dans des pays comme la Chine et le Vietnam. Il a travaillé pour des agences gouvernementales et des institutions caritatives, ainsi qu'en collaboration avec de grandes Institutions financières internationales (IFI). Il a dirigé des équipes de direction multidisciplinaires et multinationales dans de grandes institutions et sociétés commerciales du monde entier, opérant principalement en Asie, en Afrique et en Europe. Au Pakistan, il travaille depuis 25 ans sur des projets, programmes et politiques dans le domaine de l'agriculture et du développement rural.