ITALIE: Révocation de l'interdiction de demeure de l'ancien maire Mimmo Lucano à Riace - Africa Nouvelles

ITALIE

Mimmo Lucano a été soulevé de son interdiction de séjour et il est rentré chez lui: «la première pensée est de serrer mon père dans mes bras», avait-il dit triomphant, à l'annonce du verdict.

 

Le tribunal de Locri a révoqué l'interdiction de résidence dans la municipalité de résidence à laquelle a été soumis l'ancien maire de Riace, Domenico Lucano, connu pour le modèle de l'accueil des migrants construit dans la petite ville de Reggino. 

«Je me sens comme quelqu'un qui retrouve enfin sa liberté après avoir été perdu. Je ne pouvais pas me résigner à être loin de mon pays, car je n'ai rien fait de grave. Je n'ai aucun ressentiment et je ne me sens aucune vengeance sur personne. La justice suivra son cours. La première chose que je ferai quand je rentrerai à la maison sera d'aller voir mon père et d'accueillir les immigrants», a déclaré Mimmo Lucano. 

La mesure contre Lucano a été prise à la suite de l'opération "Xenia" qui, le 2 octobre 2018, avait assigné à résidence l'ancien premier citoyen, puis révoqué. La police financière du groupe Locri avait exécuté une ordonnance de détention provisoire rendue par le GIP (juge des enquêtes préliminaires) du tribunal de la ville de Calabre avec laquelle ils avaient également ordonné l'interdiction de résidence de son partenaire, Tesfahun Lemlem.

Les enquêtes, coordonnées et dirigées par le ministère public de Locri, ont été ouvertes en ce qui concerne la gestion des fonds fournis par le Ministère de l'intérieur et la préfecture de Reggio de Calabre à la municipalité de Riace pour l'accueil des réfugiés et demandeurs d'asile.

Déjà en octobre 2017, Lucano a été inscrit au registre des suspects. Selon les enquêteurs, des irrégularités ont été constatées que le premier citoyen aurait commis en organisant des "mariages de complaisance" entre citoyens locaux et femmes étrangères, afin de faciliter illégalement le séjour de ces dernières sur le territoire italien. Lucano et son partenaire auraient conçu des expédients visant à contourner la discipline requise par les règles nationales pour obtenir l'entrée en Italie. Des interceptions des financiers, il aurait émergé, en particulier, le rôle de Lucano dans l'organisation du mariage d'un citoyen étranger qui s'était déjà vu refuser trois fois un permis de séjour.

La Police financière aurait alors collecté des éléments concernant le mandatement direct, défini comme "frauduleux", du service de collecte et de transport des déchets, sans les procédures d'appel d'offres prévues par le Code des marchés publics.

Deux coopératives sociales, l'Ecoriace et l'Aquilone, que, selon l'accusation, le maire a favorisées, ne remplissaient pas les conditions légales pour obtenir le service public, car elles n'étaient pas inscrites au Registre régional prévu par la législation du secteur. À cet égard, Lucano a été accusé d'avoir tenté en vain d'obtenir l'enregistrement des coopératives, puis il aurait établi un Registre municipal des coopératives sociales auxquelles pouvoir confier directement la prestation des services publics.

En ce qui concerne la gestion des flux de fonds publics destinés à la gestion de l'accueil des migrants, le Gip, tout en notant une "gestion loin d'être transparente, par la municipalité de Riace et les différents organismes d'exécution", des ressources prévues pour la réalisation des projets Sprar et Cas, et parlant de "superficialité extrême", et de "faute professionnelle généralisée", a démenti l'accusation de crimes spécifiques.

Avec le prononcé du Réexamen, Lucano avait été révoqué du domicile, mais avait été frappé d'une interdiction de résidence à Riace. À la suite de l'arrestation, la préfecture de Reggio de Calabre avait décidé de ses fonctions. 

"Ma première pensée est d'embrasser à nouveau mon père", dit Lucano. Ces dernières semaines, le "Comité 11 juin" et de nombreux politiciens et associations avaient lancé un appel, adressé entre autres au Président de la République Mattarella, pour permettre à Lucano de retourner dans son pays pour voir et assister son père âgé de 93 ans, aux prises avec de graves problèmes de santé: le 23 août dernier, Lucano a pu rencontrer son père à l'hôpital à Catanzaro, où il a passé quelques jours en hôpital. 

«Il y a deux jours, mon père est retourné à Catanzaro et m'a demandé. C'est ma pensée, ma première pensée, c'est d'aller vers lui, parce qu'il a résisté, il a résisté. Il est revenu de l'hôpital de Catanzaro et c'est bien que je puisse aussi retourner à Riace. "D'un côté, la joie prévaut d'avoir redécouvert la liberté, mais de l'autre, il y a une amertume parce que j'ai dû subir ce fardeau avant le processus. Je veux affronter le processus en tant que personne libre, sans ce poids dans mon âme. J'ai toujours essayé seulement d'être le maire dans le but de racheter mon pays et la Calabre, donnant de l'espoir à beaucoup de gens, qui se sont arrêtés à Riace pour moi, et cela me rend très fier», a conclu Mimmo Lucano.