Religion - Africa Nouvelles

Allo Stato costerebbe poco! Puliscono e tengono in ordine le case, cucinano, accudiscono ad anziani, bambini e malati. Sono 1,6 milioni i lavoratori domestici in Italia, tra colf, badanti e babysitter. Dall’altro lato ci sono 2,1 milioni di famiglie che in mancanza di un welfare efficiente non possono più fare a meno di loro e per loro spendono 19,3 miliardi di euro ogni anno. Cosa vorrebbe dire permettere a queste famiglie di dedurre fiscalmente i costi dei lavori domestici dal loro reddito?

Agitant (la conscience) des Gitans?     

"ll est temps d'éradiquer les préjugés séculaires, les préconcepts et la méfiance mutuelle qui sont souvent à la base de la discrimination, du racisme et de la xénophobie". 

alt

Tel est l'appel de Pape François, qui a reçu en audience au Vatican les participants au pèlerinage mondial des Gitans.

"Je souhaite qu'une nouvelle histoire commence pour votre peuple. Que la page soit tournée!" a-t-il dit aux Roms, Sinths et nomades. «Personne ne doit se sentir isolé et nul n'est autorisé à piétiner la dignité et les droits d'autrui. Je vous exhorte, vous en premiers, dans les villes d'aujourd'hui qui respirent tellement l'individualisme, à vous engager à batir des banlieues plus humaines, des liens de fraternité et de partage; vous avez cette responsabilité, c'est votre devoir à vous aussi. Et vous pouvez le faire si vous êtes avant tout de bons chrétiens, en évitant tout ce qui n'est pas digne de ce nom: faux, escroqueries, fraudes, querelles".

"Chers amis", a ajouté le Pape, "ne fournissez pas aux médias et à l'opinion publique des occasions de parler mal de vous. Vous-mêmes êtes les protagonistes de votre présent et de votre futur. Comme tous les citoyens, vous pouvez contribuer au bien-être et au progrès social en respectant les lois, en accomplissant vos tâches et en vous intégrant meme à travers l'émancipation des nouvelles générations". 

Pape François a en particulier parlé des enfants et des jeunes qui "sont le futur de votre peuple, mais aussi de la société dans laquelle ils vivent", rappelant que "l'éducation est certainement la base pour un développement sain de la personne. Tout le monde sait qu'un le bas niveau d'éducation de plusieurs de vos jeunes est aujourd'hui le principal obstacle à l'emploi. Vos enfants ont le droit d'aller à l'école, ne les empechez pas!". 

alt

- A la gloire de l'Eternel! -

La MISSION EVANGELIQUE MIRACLES ET REVEIL SPIRITUEL

(de Pasteur Solange KONIAN

Organise 

Un séminaire de réflexion de la durée de 3 jours 

■ THEME 

"Formation des Leaders" 

Orateur 

Pasteur SANDE (Londres) 

■ LIEU ET DATES 

à ATTIGLIANO 

Du Vendredi 20 au Dimanche 22 février 2015 

PROGRAMME 

● Vendredi 20 février

17h00 à 19h00 

● Samedi 21 février

14h00 à 18h00 

● Dimanche 22 février

10h30 à 13h00 

CONTACTS 

328 8191909 / 324 0964240 / 327 4467794 

alt

NOUS VOUS INVITONS À MASSIVEMENT PARTICIPER A CE PROGRAMME !!! 

 

Messe record! 

Le pape François a célébré la messe dimanche à Manille devant six millions de Philippins enthousiastes qui se sont reconnus dans son exaltation d'une foi populaire et ses dénonciations de la corruption et de la pauvreté. 

alt

Au 4ème jour de sa visite dans ce bastion catholique d'Asie, les fidèles avaient afflué très tôt de toute l'agglomération de Manille et certains, de régions reculées, pour assister à la messe au parc Rizal, en bord de mer. Une tempête tropicale était arrivée du sud, provoquant de fortes pluies. Fidèles, prêtres, soeurs et quelque 40.000 policiers s'étaient enveloppés de ponchos de plastique colorés pour écouter le pape argentin.

Jorge Bergoglio a fait son entrée en papamobile jeepney. Il a été follement acclamé par la foule très pieuse, chez qui trouve une résonance toute particulière la dénonciation par le pape du dévoiement des richesses, des inégalités sociales et des catastrophes climatiques. Certains brandissaient des statuettes de la Vierge ou du "Nino" (" petit Jésus") à bout de bras. 

Le pape François, dont les prières étaient prononcées en anglais et en tagalog, a exhorté les Philippins à être des " missionnaires" dans toute l'Asie". "C'est un don de Dieu, une bénédiction! Mais c'est aussi une vocation!"

Plus de 80% des 100 millions de Philippins pratiquent un catholicisme extrêmement fervent mais l'Eglise ne représente que 3,2% de la population de la région dans son ensemble.

Le cardinal de Manille, Luis Antonio Tagle lui a répondu: "oui, s'il vous plait, envoyez-nous! Tous les Philippins voudraient partir demain avec vous, mais pas pour Rome! Pour aller dans les périphéries, les bidonvilles, les prisons, les hôpitaux, le monde de la politique, des finances, des arts, des sciences, de la culture, de l'éducation et des communications", a ajouté l'archevêque charismatique de Manille, étoile montante du christianisme asiatique. 

Prêt à tomber malade pour lui 

"Nous sommes dévoués au pape. Le pape est l'instrument du Seigneur et si l'on peut communiquer avec lui, c'est comme parler à Dieu lui-même!", a expliqué Bernie Nacario, venu avec sa femme et ses deux enfants. .

"Je suis prêt à être trempé pour François, à tomber malade pour lui. J'espère que ma foi va être renforcée après son message aux familles philippines", a témoigné de son côté May Dupaya.

Mafe Vival, qui était à la messe de Jean Paul II en 1995, au même endroit, estime qu'aujourd'hui "les Philippins sont plus religieux maintenant" et qu'"il y a une ferveur plus grande. Ce pape nous touche au coeur. Dans ces moments on ne sent plus la faim".

Alors qu'il quittait le parc en papamobile, ayant endossé lui aussi un poncho de plastique, la foule scandait "Mabuhay (Longue vie), pape François". 

Aucune estimation officielle du nombre de fidèles présents n'était disponible dans l'immédiat. L'Eglise philippine avait espéré que la messe réunisse davantage de monde qu'en 1995, lorsque Jean-Paul II avait rassemblé 5 millions de personnes.

Lors son séjour entamé jeudi et qui s'achève lundi matin, il a conquis les coeurs des Philippins en dénonçant les inégalités criantes et la corruption, et en rendant visite samedi aux victimes du cyclone de Tacloban (7.300 morts et disparus en novembre 2013). Il a aussi lancé de nombreux appels pour la famille traditionnelle, dénonçant le "relativisme", les "menaces insidieuses" et la "confusion" sur le mariage.

Pleurer pour les enfants des rues 

Dans la matinée, devant 30.000 jeunes, François avait appelé à la "compassion" pour la souffrance des enfants des rues victimes de la prostitution et de la drogue.

Glyzelle Aries Palomar, 12 ans, secourue par une association, avait éclaté en larmes quand elle avait demandé au pape pourquoi il y avait "si peu de gens qui aident ces enfants qui vivent des choses terribles comme la drogue et la prostitution '" "Pourquoi Dieu permet-il ces choses, quand les enfants n'ont commis aucune faute '", avait-elle lancé.

Lui caressant la tête, ainsi qu'à un autre adolescent venu de la rue, le pape avait appelé le monde à "pleurer pour les enfants qui se droguent, qui endurent la prostitution". "Si nous n'apprenons pas à pleurer, nous ne pouvons pas être bons chrétiens", avait-il martelé, dans un des moments les plus forts du voyage.

La ville de Martinsicuro (Marches) est pionnière en Italie.

C'est en des mots simples que le Consul Honoraire du Sénégal pour les Marches, Abruzzes et Ombrie, Tullio Galluzzi, avait annoncé l'ouverture de l'école coranique, à Martinsicuro, en présence des administrateurs qui ont accordé cette opportunité: «C'est avec grande satisfaction que nous avons le plaisir d'inaugurer la première école coranique en Italie. J'aimerais remercier publiquement l'administration de Martinsicuro qui, encore une fois, s'est montrée sensible aux problèmes de notre communauté».

alt

Et d'expliquer que «ce premier centre de culte coranique d'Italie accueillera les enfants sénégalais de 3 à 6 ans, avec des éducateurs de langue mère. Un service pour les 700 familles de la communauté présente dans la ville et une manière importante d'aider l'intégration de notre communauté. Souvent les mineurs étrangers nés en Italie perdent la maitrise de leurs langue, culture et traditions».

Telles sont les motivations qui ont poussé l'administration à accueillir la demande du Consul mettant à disposition des locaux.

Les enfants musulmans y vont  samedis et dimanches, de 16h à 19h, pour apprendre le Coran.

L'administration a concédé, à titre gratuit et temporaire, l'utilisation de certains locaux de via Cesare Battisti où se trouve le centre pour adolescents, dénommé "Le Village de l'Amitié". L'Assesseur aux Services sociaux, Marecllo Monti de l'UDC (Union Du Centre) a déclaré:

«Si on nous demande de pouvoir utiliser temporairement des locaux pour professer sa propre religion, nous devons  exaucer ce désir, pour le respect de la dignité de ces gens. Tout comme ce serait opportun que ça se passe ainsi également pour nos compatriotes, dans le monde. Nous avons respecté notre Constitution, qui prévoit le droit à la religion. Une fermeture dans ce sens ne ferait que durcir les rapports avec la la communauté islamique, qui sont excellents. Cela facilite au contraire l'intégration de la vaste communauté islamique. L'administration n'a donné aucune contribution mais seulement l'utilisation temporaire de  certains locaux, car l'intolérance ne paie certainement pas».

Il existait déjà dans la ville un centre de culte islamique pour adultes, très fréquenté surtout par les immigrés nord-africains, qui arrivent aussi des villes limitrophes.

L'école coranique a fait discuter le monde politique de Martinsicuro. Tandis que la gauche a maintenu le silence, le centre-droite s'est divisé en plusieurs courants, notamment les ex AN (Alléance Nationale):

«Sans être racistes, nous déclarons fermenent qu'il ne faut pas baisser l'attention. Pour nous l'ouverture d'un centre coranique dans la ville est exagérée». C'est la dure prise de position des ex AN de Martinsicuro qui expliquaient que leurs doutes viennent de ce qui se passe dans les centres de culte des autres parties de l'Italie.

«D'autres groupes politiques revendiquent majeure sécurité mais, dans certaines occasions, ils ne s'expriment pas pour ne pas être traités de racisme. Nous voulons demander au Consul du Sénégal si dans le pays qu'il représente, les chrétiens jouissent du même traitement. Nous sommes déconcertés pour les décisions scélérates de cette administration,  pour le comportement du représentant de la Lega dans la junte, qui a soutenu cette décision. L'administration a nié les locaux aux scouts et aux comités de quartier et prend des décisions que nous ne pouvons pas partager. Nous voulons savoir s'il y aura des controles sur le fonctionnement de cette école».

Il y a eu aussi le virevolte de l'Assesseur au Sport, le léghiste Alberto Tuccini qui, après avoir  voté en faveur de la concession des locaux à l'école coranique, avait ensuite expliqué avoir levé la main à contre-coeur.

«Mon adversité politique contre  l'école coranique n'est pas pas une question de mérite mais de méthode, c'est-à-dire dans l'impossibilité concrète d'effectuer les contrôles pour s'assurer que l'initiative ne dégénère pas dans des cellules d'instigation, meme involontaire, à l'affrontement ou pire la haine des hotes contre la culture et lareligion de ceux qui les hébergent».

Le Maire de la ville, Abramo Di Salvatore, s'est défendu, parlant d'une décison votée pour favoriser l'intégration entre diverses ethnies et partie d'une requete du Consul du Sénégal.

Afri-Nous

 

Oui à la cohabitation interreligieuse!  

Des experts islamistes se joindront à la Commune de Milan pour faire le choix des associations attributaires de la construction de mosquées dans la ville. Ils agiront à titre de consultants à la Commission d'examen des demandes présentées après la publication de l'appel d'offres qui a alloué deux zones et un bâtiment à autant de nouveaux lieux de culte. 

alt

L'administration Pisapia répond ainsi aux alarmes d'infiltration extrémiste parmi la cinquantaine d'acronymes inscrites dans le registre des associations religieuses qui seront en compétition pour l'appel d'offres. 

Le cas était arrivé au Parlement avec l'interrogation soulevée par le député de "Scelta Civica", Stefano Dambruoso, ex magistrat engagé dans la lutte contre le terrorisme international, selon lequel, certaines de ces associations sont enregistrées dans la liste noire de gouvernements étrangers. 

Parmi les noms des experts devraient être impliquées, circule celui de Luigi Paolo Branca, professeur d'études islamiques, langue littérature arabe, à l'Université catholique. 

"Nous voulons que Milan soit un modèle et, pour cela, nous demandons de l'aide à toute personne experte sur l'islam", a déclaré l'Assesseur aux Politiques sociales, Pierfrancesco Majorino. «Nous sommes intéressés à travailler avec le maximum de précautions nécessaires pour respecter les droits de tous".  

Outre le même Dambruoso, l'administration veut discuter avec la préfecture, la Questura (Police centrale) et la magistrature. "Toute contribution est la bienvenue" a réaffirmé Majorino. 

Entre-temps cependant, sur l'appel d'offres pèse également l'incertitude du nouveau projet de loi régionale, signé Lega Nord (Ligue du Nord), sur la planification des lieux de culte. Entre autre, le texte prévoit que les résidents puissent s'exprimer sur la construction et il fixe de plus strictes restrictions de planification urbanistique. 

Jeudi 15 janvier, se sont conclues les audiences à la Commissione du Territoire, chargée d'émaner le texte, avant le vote final en séance plénière, prévue pour le 27 Janvier. 

Accueil océanique!

Le pape François s'est posé, vendredi 16 janvier, aux Philippines en pourfendeur de la corruption, appelant les autorités à lutter contre des inégalités sociales "scandaleuses" et le dévoiement des ressources dans ce bastion catholique asiatique miné par la pauvreté.

altIl faut que chacun proclame son "refus ferme de toute forme de corruption qui détourne les ressources destinées aux pauvres", a lancé le souverain pontife à l'occasion de son premier discours officiel dans l'archipel où il est arrivé jeudi. Il faut "briser les chaînes de l'injustice et de l'oppression qui donnent lieu à d'évidentes - et vraiment scandaleuses - inégalités sociales".

Le pape s'adressait aux autorités politiques et au corps diplomatique réunis au palais présidentiel, où il est arrivé dans une minuscule voiture banalisée, acclamé sur les trottoirs par une foule immense et enthousiaste. Aux Philippines, 80% des 100 millions d'habitants pratiquent un catholicisme extrêmement fervent.

Le souverain pontife, âgé de 78 ans, fait face à un programme chargé pendant son séjour dans l'archipel, et semblait fatigué et pâle. Mais cela ne l'a pas empêché de faire montre d'une grande énergie pour défendre les pauvres.

Environ un quart de la population de l'archipel vit avec moins de 60 cents américains par jour, selon les dernières estimations officielles.

Il faut changer les choses, a dit le souverain pontife, appelant les autorités à "réformer les structures sociales qui entretiennent la pauvreté et l'exclusion des pauvres. Il est maintenant plus que jamais nécessaire que les dirigeants politiques se distinguent par leur honnêteté, leur intégrité et leur responsabilité envers le bien commun", a également dit le pape. Depuis son arrivée au pouvoir, voici 4 ans, le président Benigno Aquino a lancé une vaste campagne anti-corruption qui a vu le placement en détention de sa prédecesseure Gloria Arroyo et de trois sénateurs pour des chefs de corruption. 

Affluence record 

Il a également orchestré la destitution du président de la Cour suprême pour les mêmes motifs et ses efforts ont été salués sur la scène internationale, même si les détracteurs du président l'accusent de concentrer ses attaques sur ses opposants et d'épargner ses alliés.

L'Eglise, toute puissante aux Philippines, a également son rôle à by Lollipop">jouer dans le combat contre la pauvreté, d'après le souverain pontife. Celle-ci "est appelée à reconnaître et combattre les causes de l'inégalité et de l'injustice, profondément enracinées, qui salissent le visage de la société philippine", a dit le pape lors d'une messe célébrée en la cathédrale de Manille, un monument érigé au XVIe, au moment où la religion catholique faisait son apparition dans l'archipel colonisé par l'Espagne.

Le pape devait ensuite rencontrer des milliers de fidèles dans un stade qui a vu défiler ces dernières années des stars de la pop comme Bruno Mars, Lady Gaga ou Taylor Swift.

Ce second périple du pape argentin en Asie après son voyage en Corée du Sud est destiné à encourager une région perçue par le Vatican comme une terre d'avenir pour le catholicisme. Le point fort du séjour devrait être la messe finale au Rizal Park de Manille dimanche, en dépit de prévisions météorologiques maussades, où un nombre record de fidèles pourrait affluer. D'après les organisateurs, jusqu'à 6 millions de fidèles y sont attendus, soit davantage que les cinq millions de personnes réunies par Jean Paul II en 1995, lors des Journées mondiales de la jeunesse qui avaient déjà eu lieu dans la capitale philippine.

Le pape est également attendu samedi à Tacloban, sur l'île de Leyte, à 650 km de Manille. En 2013, le super typhon Haiyan y avait fait 7.350 morts ou disparus. Plus de 40.000 soldats et policiers seront déployés dans l'archipel où deux souverains pontife, Paul VI et Jean Paul II, ont été l'objet de tentatives d'assassinats.

La veille, dans l'avion qui l'emmenait de Colombo au Sri Lanka à Manille, le pape s'était immiscé dans le débat sur la liberté d'expression qui fait rage depuis l'attentat meurtrier contre l'hebdomadaire Charlie Hebdo en France la semaine dernière, en jugeant que ce "droit fondamental" n'autorisait pas à "insulter" ou moquer la foi d'autrui.