Religion - Africa Nouvelles

Paix à son âme!

Monseigneur Mathias Ngarteri s'est éteint, le 19 novembre, dans l'avion médicalisé qui assurait son évacuation à Lyon, en France. Âgé de 71 ans, le prélat avait été victime, le 12 novembre, d'un accident vasculaire cérébral.

altLa nouvelle de sa mort a surpris la population tchadienne: elle se demande si son décès a été précipité par une évacuation tardive ou s'il est lié à la lenteur administrative de la procédure.

Né en 1942, Mathias Ngarteri Mayadi assurait depuis 2003 la charge d'archevêque de l'Église catholique romaine de l'archidiocèse de N'Djamena.

Ordonné prêtre le 30 décembre 1978, il avait été nommé évêque de Sarh en 1987.

De 1990 à 2003, il a assumé les fonctions d'évêque de Moundou.

Le 31 juillet 2003, il succédait à Charles Louis Joseph Vandame comme archevêque de N'Djamena.

Cadeau de tout... coeur!

On peut le prendre sans ordonnance, le pape François l'a recommandé, le remède s'appelle "Misericordina", le traitement est indolore et peut se poursuivre à vie, contre toute sorte de maux: pour "répandre partout l'amour, le pardon et la fraternité". Il n'y a pas danger de dépasser la dose prescrite, mais il faut lire attentivement la notice.

altLe pape a en effet réservé cette surprise aux visiteurs présents place Saint-Pierre pour l'angélus de midi, dimanche 17 novembre.

Après l'angélus, le pape a offert des milliers ce qu'il appelle un "médicament": "Certains vont penser: Le pape se fait le pharmacien maintenant? C'est un médicament spécial pour concrétiser les fruits de l'Année de la foi qui s'achève".

Il s'est expliqué en annonçant le cadeau-surprise: "C'est un médicament de 59 grains, "entre coeurs". Il s'agit d'un médicament "spirituel" appelé "Misericordina". Une petite boîte de 59 grains "entre coeurs". Cette petite boîte renferme le médicament et des bénévoles vont vous la distribuer pendant que vous quittez la place. Penez-la! C'est un chapelet avec lequel on peut aussi prier le "chapelet de la miséricorde": une aide spirituelle pour notre âme et pour répandre partout l'amour, le pardon et la fraternité."

altCette petite boîte, qui porte l'indication thérapeutique "pour le coeur" - avec un coeur de chair représenté sur la confection - contient un chapelet, une image de Jésus miséricordieux - héritage spirituel de sainte Faustine Kowalska - ainsi qu’une notice explicative pour apprendre à prier, en 4 langues: anglais, italien, espagnol et polonais.

De sa fenêtre, le pape François a montré la boîte du remède, vantant ses effets thérapeutiques "pour le coeur et pour l'âme: N'oubliez pas de la prendre! Parce qu'elle fait du bien au coeur, à l'âme et à toute la vie!".

Cette initiative est due à Mgr Konrad Krajewski, aumônier du pape François, a expliqué le porte-parole du Saint-Siège, le père Federico Lombardi.

Le chapelet de la Miséricorde divine a été enseigné à sainte Faustine Kowalska, alors qu'elle se trouvait à Vilinus (Lituanie), dans les années trente, par le Christ lui-même. Il est très rapide, et correspond bien en cela au rythme de vie des sociétés industrialisées.

Elle raconte, dans son "Petit Journal", à la date du 13 septembre 1935: "J’ai commencé à supplier Dieu pour le monde, par des paroles entendues intérieurement. Alors que je priais ainsi, j’ai vu l’impuissance de l’ange qui ne pouvait accomplir la juste punition qui revient de plein droit aux péchés. Je n’avais jamais encore prié avec tant de force intérieure. Voilà les paroles par lesquelles je suppliais Dieu: "Père Éternel, je t’offre le Corps et le Sang, l’Âme et la Divinité de ton Fils bien-aimé, Notre-Seigneur Jésus-Christ, en réparation de nos péchés et de ceux du monde entier; par Sa douloureuse passion, sois miséricordieux pour nous".

Le lendemain matin, en entrant dans la chapelle, j’ai entendu intérieurement ces paroles: Chaque fois que tu entres dans la chapelle, récite tout de suite la prière que je t’ai apprise hier. Lorsque j’ai récité cette prière, j’entendis ces paroles dans mon âme: Cette prière sert à apaiser Ma colère, tu vas la réciter pendant 9 jours, sur un chapelet, de la manière suivante: d’abord tu diras un «Notre Père», un «Je vous salue Marie» et le » Je crois en Dieu» puis sur les grains du «Notre Père», tu vas dire les mots suivants: "Père Eternel, je T’offre le Corps et le Sang, l’Ame et la Divinité de Ton Fils bien-aimé, Notre Seigneur Jésus-Christ. En réparation de nos péchés et de ceux du monde entier"; sur les grains du «Je vous salue Marie», tu diras les mots suivants: "Par Sa douloureuse Passion, sois miséricordieux pour nous et pour le monde entier". A la fin, tu réciteras trois fois ces paroles: "Dieu Saint, Dieu Fort, Dieu Éternel, prends pitié de nous et du monde entier" (PJ, 474-476)."

Le "remède" a été préconisé par le Christ en particulier pour les agonisants: "Si l’on récite ce chapelet auprès d’un agonisant, Je me tiendrai entre le Père et l’âme agonisante, non pas en tant que Juge juste, mais comme Sauveur miséricordieux » (PJ 1541)."

Akwaba!

Le pape François a nommé Mgr Joseph Spiteri (54 ans) nouveau nonce apostolique en Côte d'Ivoire. Le nouveau nonce apostolique a succédé ainsi à Mgr Ambrose Madtha, nonce apostolique accrédité en Côte d'Ivoire, décédé dans un tragique accident de la circulation, le samedi 8 décembre 2012.

altMgr Joseph Spiteri est né le 20 mai 1959 au Firma en Malte. Il a été ordonné prêtre le 29 juin 1984. Le successeur de Mgr Ambrose Madtha a également obtenu un doctorat en droit canonique et travaillé dans le service diplomatique du Saint-Siège. Cet homme de Dieu a déjà travaillé auprès des représentations pontificales au Mexique, Panama, Irak, Grèce, Portugal, Venezuela.

La nomination de Mgr Joseph Spiteri est intervenue presqu'un an après le décès de Mgr Ambrose Madtha. Ce dernier fait partie des acteurs qui ont joué un rôle déterminant dans la médiation entre l'actuel Président ivoirien, Alassane Ouattara et son prédécesseur Laurent Gbagbo, lors de la profonde crise post-électorale qui a secoué la Côte d'Ivoire en 2011.

Mgr Ambrose Madtha était également le doyen du corps diplomatique accrédité en Côte d'Ivoire. Le Saint-Père de l'église catholique, Benoît XVI, l'avait nommé le 8 mars 2008, à la Nonciature apostolique de Côte d'Ivoire. L'homme assurait précédemment la fonction de chargé d'Affaires a.i. (ad intérim) en République populaire de Chine, précisément en Taïwan.

Ambrose Madtha est né à Belthangady, en Inde, le 2 novembre 1955. Il a été ordonné prêtre le 28 mars 1982 et est titulaire d'un doctorat en droit canonique. Après avoir intégré le service diplomatique du Saint-Siège en juin 1990, le nonce apostolique en Côte d'Ivoire a travaillé auprès des représentations pontificales au Ghana, à El Salvador, en Géorgie, en Albanie.

Angélique à la Basilique!

La religieuse congolaise Sœur Angélique Namaika a rencontré le Pape Benoit XVI au Vatican, après avoir reçu le Prix Nansen, attribué par le Haut-Commissariat pour les réfugiés de l'ONU (HCR).

altCe prix a récompensé son travail, dans le nord-est de la République Démocratique du Congo (RDC), en faveur des femmes victimes des violences des milices de l'Armée de Résistance du Seigneur (LRA).

Sœur Angélique est responsable du Centre pour la réintégration et le développement à Dungu, en Province Orientale. Elle soutient des milliers de femmes et d'enfants déplacés et victimes des rebelles de la LRA.

Evoquant sa rencontre avec le Pape dans une interview avec la Voix de l'Amérique (VOA), Sœur Angélique a dit que Benoit XVI lui a imposé la main «tout en me disant qu'il connait déjà la situation, et que je puisse continuer à aider les réfugiés et les déplacés», ajoutant d'avoir dit au souverain Pontife qu'elle «porte dans son cœur les femmes, les jeunes filles et les enfants déplacés pour qu'il puisse les bénir, car c'était leur demande».

La religieuse a affirmé avoir demandé «la bénédiction spéciale pour que je puisse toujours continuer à faire ce travail-là. Cette rencontre m'a donné de la force», a-t-elle dit, remerciant également ceux qui l'ont appuyée, et qui ont rendu possible sa visite à Rome, où elle a pu rencontrer le souverain pontife.

Sœur Angélique Namaika a continué sur Paris et continuera sa tournée mondiale en passant par Bruxelles.

A la gloire de Dieu!

La paroisse Mont Sinaï d'Abidjan-Port-Bouët-Jean Folly (église du Christianisme céleste) a organisé sa 14ème fête de moisson, le 10 novembre dernier. Une occasion pour les fidèles de cette paroisse d'exprimer leur reconnaissance à Dieu pour ses nombreuses actions dans leur vie.

altDans son homélie, extrait de 2 Samuel 23, verset 8, le pasteur Agossou Dénis, président du comité autonome mondial de cette église (une autre tendance de l'église du Christianisme céleste de Côte d'Ivoire), a rappelé l'origine biblique de la fête des moissons.

«Cette fête part de la délivrance du peuple d'Israël. C'est donc une fête de reconnaissance, d'obéissance et de piété, un culte d'action de grâce», a-t-il soutenu. C'est à juste titre qu'il a exhorté les fidèles à donner sans orgueil ni honte, selon les bénédictions qu'ils ont reçu, afin que les sacrificateurs aient de la nourriture en abondance et que l'église connaisse une évolution.

Abel Doualy, parrain de cette cérémonie, s'est félicité du choix porté sur sa personne. «Je n'ai pas hésité à accepter parce qu'avec Dieu, on ne fait pas de calculs», a-t-il indiqué.Il s'est aussi réjoui de ce que cette fête a permis de réunir les dignitaires de cette église autour d'un idéal, celui de l'œuvre de Dieu. Il n'a pas manqué d'inviter tous ceux qui sont encore hésitant à donner au Seigneur pour voir sa grâce dans leur vie.

Quant au Suprême évangélique, Gnahoua Samson, le responsable spirituel de la paroisse Mont Sinaï de Jean Folly, il a exprimé sa joiede recevoir les sommités de cette église dans sa paroisse. Avant d'indiquer: «la fête de moisson est une occasion de semence où chacun donne librement avec joie et en retour reçoit sa bénédiction».

TEMOINS   DE   JEHOVAH

Rassemblement des Témoins de Jéhovah

La Parole de Dieu est utile pour enseigner”  

Rome  09 - 10 novembre 2013.

- Sala delle Assemblee dei Testimoni di Geova, Piazzale Hegel 70 -

altLes Témoins de Jéhovah invitent les membres communautés africaines du centre et du sud d’Italie à assister à  leur Assemblée de circonscription ‘‘La Parole de Dieu est utile pour enseigner’’ ( 2 Timothée  3 :16 ) où on parlera de l’importance de se laisser instruire par le Parole de Dieu.

Au cours de cette Assemblée on expliquera comment Dieu le ‘‘Grand enseignant’’, nous pourvoit l’instruction dont nous avons besoin et comment cet enseignement  divin nous est bénéfique sur le plan physique, mental, émotif et  spirituel.

Les Témoins de Jéhovah sont convaincus  que toute l’assistance pourra recevoir du réconfort et de grands bienfaits à travers le programme au cours duquel on développera des thèmes importants tels que:

● Notre Grand instructeur nous enseigne pour notre profit. 

● Imitons la «manière d’enseigner» de Jésus.

● La Parole de Dieu est utile.                                       

● Qui «ébranle les nations» et de quelle façon?                                                                                                      

● Imitons les qualités de Jéhovah.

En outre, un des moments les plus attendu, celui du baptême par immersion, aura lieu le samedi matin. 

Les participants à ce rassemblement proviennent des Pays suivants: Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun,  Cotes d’Ivoires, Gabon, Guinée, Guinée Equatoriale, Madagascar, Mali, Niger, République démocratique du Congo, Togo, Républiques centrafricaine, Rwanda, Seychelles, Sénégal, Tchad.  

■ Le programme  débutera à 9h40 et prendra fin, le samedi  à 16h et le dimanche à 15h30.

■ L’entrée est gratuite et aucune collecte n’aura lieu.

■ Les Assemblées des Témoins de Jéhovah sont entièrement soutenues par des offrandes volontaires.

Le Pape... "franc en soi"!

Le Pape François a encore fait parler de lui. Accordant sa première interview à la revue jésuite «Civilta Cattolica», le souverain pontife s'est prononcé sans ambiguïté sur des thèmes brûlants de société comme l'homosexualité, le divorce et l'avortement.

altFidèle à sa liberté de ton et à son esprit d'ouverture, le pape François a, dans sa première interview à la revue jésuites «Civilta Cattolica», abordé des thèmes brûlants de société tels que l'homosexualité, le divorce et l'avortement.

Sans aucune ambiguïté, en sa qualité de chef de l'Eglise catholique, le successeur de l'apôtre Pierre a indiqué: «Nous ne pouvons pas insister seulement sur les questions liées à l'avortement, au mariage homosexuel et à l'utilisation de méthodes contraceptives. Ce n'est pas possible. Je n'ai pas beaucoup parlé de ces choses, et on me l'a reproché. Mais lorsqu'on en parle, il faut le faire dans un contexte précis. La pensée de l'Église, nous la connaissons, et je suis fils de l'Église, mais il n'est pas nécessaire d'en parler en permanence».

Et de rappeler: « Lors de mon vol de retour de Rio de Janeiro, j'ai dit que, si une personne homosexuelle est de bonne volonté et qu'elle est en recherche de Dieu, je ne suis personne pour la juger. Disant cela, j'ai dit ce que dit le Catéchisme. La religion a le droit d'exprimer son opinion au service des personnes mais Dieu dans la création nous a rendus libres: l'ingérence spirituelle dans la vie des personnes n'est pas possible.

Et de poursuivre: «Un jour, quelqu'un m'a demandé d'une manière provocatrice si j'approuvais l'homosexualité. Je lui ai alors répondu avec une autre question: "Dis-moi, Dieu, quand il regarde une personne homosexuelle, en approuve-t-il l'existence avec affection ou la repousse-t-il en la condamnant?" Il faut toujours considérer la personne», a précisé le Pape avant d'indiquer que les homosexuels et les divorcés doivent être accompagnés avec miséricorde à partir de leurs conditions de vie réelles.