Religion - Africa Nouvelles

Oui au dialogue interreligieux!

Le grand imam d'al-Azhar, le Dr. Ahmad al-Tayeb, a reçu un message de Pape François Ier, dans lequel il a exprimé son respect à l'égard de l'Islam et des musulmans, et son espoir à une entente permanente entre les chrétiens et les musulmans du monde en faveur de la paix et de la justice.

altL'ambassadeur du Vatican en Egypte, le patriarche Jean-Paul Gobel, a livré le message au cheikh d'al-Azhar.

Le dialogue entre les deux parties a été interrompu, lorsque al-Azhar a considéré que l'appel, lancé par le feu Pape Benoît XVI suite à l'assaut mené contre l'église des deux saints à Alexandrie à la veillée de 2011 pour protéger les chrétiens d'Egypte et du Moyen-Orient était une intervention dans les affaires intérieures.

L'Eglise s'enlise?

On observe dans plusieurs églises dites de réveil à Goma, en République Démocratique du Congo, une pratique se rapprochant de l'exorcisme.

altElle consiste à malmener le corps de l'âme supposée être possédée par des esprits maléfiques. Et elle fait la fortune de certains pasteurs.

"Oui, j'ai été gravement tabassée dans cette chambre de prière que vous voyez en face. C'était pour faire partir de ma vie l'esprit de pauvreté. Mais depuis, rien n'a changé et je n'y suis plus allé", témoigne une jeune diplômée au chômage depuis 3 ans, en pointant du doigt une chambre de prière dans le quartier de Birere.

Ici, ces chambres foisonnent. Les jeunes filles y vont pour demander à Dieu de les bénir avec un mari de leur choix, les garçons y prient pour trouver un emploi. Et il n'est pas rare qu'ils y reçoivent des coups.

La pratique qui consiste à faire partir les démons, la malédiction et la possession, en frappant les personnes supposées atteinte, est désignée par le verbe «Kuchunda». Dans le quartier de Birere, tout le monde connait la chose, des plus jeunes aux plus vieux. Et les voisins de cette chambre de prière se lamentent du tapage que celle-ci occasionne, dans ce quartier qui compte à lui seul une dizaine de chambres de prières.

La grande porte ainsi que toutes les fenêtres de cette chambre de prière sont hermétiquement fermées, mais plus on s'approche du bâtiment, plus les bruits des tambours et les cris des croyants augmentent, tout ceci mêlé aux sifflements et aux hurlements du délivreur: le pasteur principal de cette église. Lorsqu'on ouvre la porte, ce sont des pleurs qui se font entendre. Certains croyants sont à même le sol, souffrant encore des coups qu'ils viennent de recevoir. Leur espoir est que leur vie sera changée dès la sortie du temple.

Après une séance d'exorcisme qui a duré plus de deux heures, le "bishop", comme ses croyants l'appellent affectueusement, explique l'importance de cette pratique dans son petit bureau. "Quand nous recevons des patients, il y a une force qui s'oppose à la nôtre, et la prière ne suffit pas, il faut l'intervention de la force physique car notre adversaire est agressif"

Pour le pasteur, cette pratique ne peut avoir un sens qu'aux yeux de ceux qui sont inspirés. Selon lui, les yeux spirituels ne sont pas donnés à tout le monde. "Ce combat ne peut être visible que par ceux qui sont inspirés par le saint esprit comme nous". Il appelle les adeptes de cette pratique ses "patients".

Le corps pastoral ne vit que des donations de ces "patients". À chaque séance, une longue phase d'offrandes est organisée par le diacre. Dans l'église que nous avons visitée, les offrandes se font aux enchères, les bénédictions dépendent du montant que l'on a mis dans le panier. Les offrandes vont de 500 francs congolais (0,5 dollars américains) à 45 000 francs (50 dollars américains).

Quand on donne beaucoup, on peut l'annoncer au micro et dire le montant que l'on verse à "l'œuvre de Dieu." Certains prennent aussi le micro pour promettre des téléviseurs, des matelas ou des fers à repasser au pasteur et à ses acolytes.

Certains pasteurs s'en sortent très bien. Ils roulent en carrosse et louent des maisons dans des quartiers résidentiels de la ville aux frais des fidèles. Une réussite remise en cause par Jean Baptiste Kasekwa, théologien et responsable des études bibliques à l'Université de Goma. Pour lui, la pauvreté est à la base de l'expansion de la pratique Kuchunda.

"Il n'est écrit nulle part dans la bible que Jésus-Christ aurait boxé des croyants pour les délivrer. Sachez que chaque passage biblique utilisé en dehors de son contexte est un prétexte. Ces rusés de pasteurs utilisent la bible pour promettre un avenir meilleur aux naïfs".

La population congolaise est majoritairement jeune, ne jouit d'aucune politique d'encadrement moral et intellectuel de la part du gouvernement. Et l'église est devenue une entreprise commerciale et non un foyer de développement pour cette jeunesse qui ne sait plus à qui se fier

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 

RASSEMBLEMENT ANNUEL DES TÉMOINS  DE  JÉHOVAH

«La Parole de Dieu est vérité»

selon ce que Jésus a dit en Jean 17:17

altCe rassemblement se tiendra, du 30 août au 01 septembre 2013, dans la Salle des Assemblées des Témoins des Jéhovah de Imola, sise à  Via Giulio Pastore 1,  40026 IMOLA (BO).

Les Témoins de Jéhovah invitent les membres des Communautés Africaines de toute l’Italie  à assister à leur Rassemblement annuel, qui se tiendra à Imola, du 30 août au 01 septembre 2013, dans la salle des Assemblées des Témoins de Jéhovah de Imola, Via Giulio Pastore 1 – 40026 IMOLA (BO). .

Le thème de cette année,  «LA PAROLE DE DIEU EST VERITE», tiré de Jean 17:17,  est particulièrement porteur parce qu’il souligne une valeur familiale très importante pour les Témoins de Jéhovah. Les familles de Témoins considèrent qu’en cette époque difficile, il n’y a pas de guide et de source de conseils plus fiables que la Bible. Et nous pensons que le programme varié et pratique de ce rassemblement sera aussi utile et intéressant  pour les personnes qui ne sont pas Témoins.

  PROGRAMME

  Vendredi 30 Août:

Le thème de la journée sera: «La vérité vous libérera»  –  Jean 8 : 32

On assistera également à une représentation théâtrale:

«Sois attentif aux œuvres prodigieuses de Dieu» (Job 37 :14).

  Samedi 31 aout :

Le thème de la journée: «Je marcherai dans la vérité»  – Paume 86 :11.

On écoutera également le discours de baptême:

«Continuez à marcher dans la vérité»(3 Jean 3).

  Dimanche 01 septembre:

Le thème de cette  journée sera:

«Fermement établis dans la vérité» (2 Pierre 1 :12).

● A ne pas manquer, le discours captivant  «Qu’est-ce que la vérité?» (Jean 18 :38), qui expliquera pourquoi on peut avoir confiance en la parole de Dieu, la Bible.  

● Autre moment fort du programme, une seconde pièce de théâtre intitulée: «Préparez votre cœur pour les épreuves à venir» (Esther).

Les Témoins de Jéhovah invitent tous ceux qui veulent en savoir d’avantage au sujet des Promesses de Dieu à assister à cette assemblée.

Les sessions débuteront chaque jour à 9h20. L’entrée est libre .

Les assemblées des Témoins de Jéhovah sont entièrement soutenues par des contributions volontaires.

SOYEZ TOUS LES BIENVENUS!

Pour toutes informations  contacter: 

Jacques Edouard  tel. 327 3874811.

Congregazione  Cristiana  dei  Testimoni  di  Geova, 

Via  della  Bufalotta 1281  –  00138  ROMA RM

Tel. 06 872941   Fax 06 87294841               

   www.jw-media.org

Harpe... diem!

Le 28 juillet 2013 a enregistré la cérémonie officielle du lancement de la 5e édition de la Harpe de l'excellence. Participer au développement intégral de la vie musicale de l'église au Burkina Faso, telle est la vision de cette fête de la musique religieuse.

altPlacée sous le parrainage de Priscille Ouédraogo, la cérémonie a enregistré la présence des représentants d'églises et de missions évangéliques du Burkina Faso.

La Harpe de l'excellence est née suite à des insuffisances constatées en ce qui concerne la vie musicale au sein des églises. Promouvoir l'excellence, le professionnalisme et la créativité dans l'expression musicale chrétienne, renforcer les relations entre les jeunes et leurs aînés, inciter la jeunesse à participer activement à la vie de l'église, tels sont les objectifs de la Harpe de l'excellence.

Ce sont au total 11 « esprits », soit 11 groupes musicaux, qui rivaliseront de talent au cours de cette fête de la musique religieuse. En guise de récompense, les trois premiers recevront respectivement 300 000, 200 000 et 100 000 F CFA.

La marraine, Priscille Ouedraogo, a fait remarquer que si les uns faisaient de la musique pour s'amuser, ou pour louer des hommes, des femmes, des idoles de toutes sortes, et même pour louer le diable, « il revenait au peuple de Dieu de ramener les choses dans le droit chemin ». Si la Harpe de l'excellence n'existait pas il aurait fallu la créer, a t-elle laissé entendre.

Parlant de la particularité de cette 5e édition, le président du comité d'organisation, Paul Kaboré Yelnodo, a affirmé que l'accent sera mis surtout sur la formation, et que le comité travaillera à repêcher certains leaders vocaux, pour faire une nouvelle compétition à partir de la demi-finale, et œuvrera à ce que l'intégralité de cette édition soit diffusée au moins sur une chaîne de télévision pour plus de visibilité.

Toutefois, il a confié que des difficultés avaient été enregistrées, notamment au niveau de la constitution des groupes, de leur suivi pendant les répétitions, et surtout au niveau de la mobilisation des fonds et ressources qui permettent à la Harpe de vivre. Il a, pour terminer, remercié les partenaires et collaborateurs qui n'ont ménagé aucun effort pour répondre à leurs nombreuses sollicitations.

Prière et paix!

 

A l'initiative de l'Eglise catholique, une journée de jeûne et de prière est organisée, samedi 7 septembre, dans le monde entier contre toute intervention armée en Syrie, une grande veillée étant aussi prévue place Saint-Pierre à Rome avec le pape François.

alt"Que s'élève fortement sur toute la terre le cri de la paix!", a lancé le pape argentin en appelant avec force les 1,2 milliard de catholiques, les autres chrétiens, les fidèles des autres religions et les athées à se rassembler contre la guerre en Syrie. 

De Bagdad à Jérusalem, de Bombay à Buenos Aires, de Washington à Beyrouth et à Paris, tout ce que l'Eglise compte de responsables ont relayé le message, dans des sermons ou sur les réseaux sociaux. Un signe que la voix énergique de François rassemble les catholiques, progressistes comme conservateurs, toutes tendances confondues. 

Le pape, qui s'est adressé dans une lettre au G20 de Saint-Pétersbourg, s'oppose à toute idée de frappes envisagées par les Etats-Unis et la France, estimant qu'elles aggraveront les massacres et les haines, et ne pourront être limitées. 

"Ce cri du pape condense la clameur qui éclate de l'unique grande famille qu'est l'humanité. L'appel de François rejoint ce que Jean Paul II avait déjà fait pratiquer à toute l'Eglise, en 1986, en 1993, en 1994 et en 2001 pour les Balkans", a rappelé le cardinal français Etchégaray, qui avait mené au nom du pape polonais des missions pour éviter l'intervention américaine en Irak en 2003. 

Le prélat français a souligné la dimension de jeûne de la journée, une "pratique à laquelle l'Eglise comme le judaïsme et l'Islam sont particulièrement sensibles". 

L'appel a été particulièrement entendu au Moyen-Orient, les patriarches souvent rivaux entre eux étant largement unis dans leur inquiétude sur les conséquences d'une extension de la guerre et d'une poussée islamiste. Le patriarche de Constantinople, Bartholomée, a soutenu l'initiative du pape.  

Parmi les musulmans, le grand mufti Ahmad Badreddin Hassoun, chef de l'islam sunnite en Syrie, a demandé aux fidèles de s'associer à la prière du pape. 

"La paix est un bien qui dépasse toute barrière parce qu'elle est un bien de toute l'humanité", a encore tweeté le pape vendredi.

Postiche qui s'entiche du fétiche! 

Les pratiques mystiques légalisées dans la lutte avec frappe ont désormais droit de cité en Ligue 1 sénégalaise de football où les acteurs s'y adonnent sans retenue, notamment lors des dernières journées de championnat.

altDes matchs de l'équipe de Yeggo de la SICAP ont été à deux fois le théâtre d'incidents, les adversaires du club sicapois indexant un dirigeant assis sur le banc des remplaçants. Ce dernier est muni d'une espèce de lance-pierres qu'il fait tourner et qui permettrait, selon ses accusateurs, à son équipe de ne pas encaisser de but.

Lors du match US Ouakam-US Gorée en championnat (26-ème journée), des responsables du club insulaire ont versé du lait caillé sur l'aire de jeu en face du banc des remplaçants.

Des sportifs utilisant le lait caillé, c'était plus tôt du côté de la lutte avec frappe qu'on voyait de telles pratiques. Au niveau surtout de l'écurie de Fass où Mbaye Guèye, son frère cadet Moustapha et plus récemment Gris Bordeaux, le chef de file de l'écurie, s'aspergeaient de ce liquide sous forme de talisman.

Quant à l'US Gorée relégable à 4 journées de la fin de la ligue 1, malgré le lait caillé versé sur le très dégradé gazon synthétique du stade Demba Diop, elle a été lourdement battue (0-3) par l'US Ouakam.

Quelques jours plus tôt, contre le Casa Sports en match retard, un attaquant de l'équipe du sud, Lamine Fanné, a cru nécessaire d'aller déterrer quelque chose sur la ligne de but des Goréens. Cet acte a donné lieu à des échauffourées que l'arbitre de la partie a tenté de calmer, en donnant un carton jaune à l'attaquant du club du sud du pays.

Le quotidien sportif Stades a annoncé la mise à l'écart de membres de l'encadrement de l'équipe de l'AS Douanes (elle aussi relégable) coupables de pratiques mystiques. Une information confirmée par le président du club, Bassirou Ndiaye. Dans sa réaction d'après matchs, l'entraîneur du club, Lamine Dieng, avait fustigé de telles pratiques qui, selon lui, "n'honorent pas le football sénégalais".

Il se trouve que ce n'est pas seulement dans les clubs que les pratiques mystiques ont cours. Le recordman des sélections en équipe nationale, Henri Camara, avait laissé entendre que des conflits avaient éclaté entre internationaux pour les mêmes raisons.

Concernant la ligue professionnelle, l'article 22 proscrit pourtant de telles pratiques. Le président de la Ligue sénégalaise de football professionnel (LSFP), Saer Seck, avait annoncé que le Conseil d'administration de la structure qu'il dirige allait se pencher sur cette question et sanctionner les contrevenants.

Sur le terrain, rien n'est fait contre de telles pratiques et le président du Guédiawaye FC, Diamil Faye ne comprend pas la passivité de la LSFP. Le président du club avant dernier de la Ligue 1 demande à la LSFP de sévir ou de retirer cet article 22.

C'est cool cette foule!

Le pape François a poussé les jeunes à suivre les pas de Jésus en s'engageant pour changer le monde, devant deux millions de pèlerins réunis samedi sur la plage de Copacabana à Rio pour une nuit de veillée de prière.

alt«Il y a 3 millions de personnes», a indiqué le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi, alors que la célèbre plage de Copacabana à Rio de Janeiro était noire de monde, totalement recouverte de tentes et de sacs de couchage. Ces pèlerins étaient rassemblés pour le début de la veillée de prière avec le pape François dans le cadre des 28es Journées mondiales de la jeunesse (JMJ), ultime étape avant la messe de clôture ce dimanche.

Selon le maire de Rio, Eduardo Paes, près de 3 millions de personnes assistent ce dimanche à cette messe célébrée par le pape François. 

«Je m'attends à ce que l'on batte le record (d'affluence) de l'histoire de la plage de Copacabana. Je pense qu'il y aura entre 2,5 et 3 millions de personnes. J'en vois beaucoup qui ne sont pas catholiques, qui n'ont pas la ferveur chrétienne mais qui viennent voir le pape».

Le programme originel prévoyait que la messe de clôture ait lieu à 60 km de Rio, mais les fortes pluies ont transformé le terrain aménagé par les autorités en bourbier impraticable. La grande veillée de samedi soir a donc été transférée au dernier moment sur la plage de Copacabana.

Ce changement de programme est le énième couac de ces JMJ. Le véhicule du pape avait déjà été coincé par la foule à la suite d'une erreur de trajet et une panne de métro de deux heures avait perturbé l'ouverture des festivités. Tous ces ratés soulèvent quelques inquiétudes alors que le Brésil doit recevoir le Mondial de l'année prochaine et Rio, les Jeux olympiques de 2016.

Samedi, ils étaient déjà des centaines de milliers de personnes à avoir entamé sous la pluie un pèlerinage de 9,5 km, entre la gare centrale de Rio et la plage de Copacabana. Lors de leur , les jeunes catholiques ont reçu des «kit-repas» au parc Flamengo, dans une confusion bon enfant. En attendant leurs casse-croûtes, ils jouaient au football et chantaient.

A ce moment-là, le pape François n'avait pas encore rejoint la foule. Il a commencé sa journée par une messe à la cathédrale Saint-Sébastien devant des milliers d'évêques, de prêtres, de religieux et de séminaristes du monde entier. Son message a prôné une Église tournée vers les plus pauvres. Il a encouragé les prêtres à «aller dans les favelas chercher et servir le Christ».

Plus tard dans la matinée, le souverain pontife a rencontré les responsables de divers secteurs de la société brésilienne au Théâtre municipal. Au cours de son déjeuner avec de nombreux évêques brésiliens, le souverain pontife les a encouragés à faire revenir les croyants partis massivement vers les Eglises évangéliques. Il a réaffirmé sa vision d'une Eglise simple et proche des fidèles. Pendant sa réunion de samedi au Théâtre municipal, le pape François s'est fait le porte-parole de l'épiscopat brésilien, recommandant un «dialogue constructif» pour apaiser la fronde sociale qui secoue le Brésil. Il a souligné devant la classe politique brésilienne «qu'entre l'indifférence égoïste et la protestation violente, l'option toujours possible est le dialogue». Le souverain pontife a aussi délivré un message très politique. Il a demandé aux élites présentes dans le théâtre d'être «fermes sur les valeurs éthiques et de "déraciner" la pauvreté des pays où les inégalités restent fortes».

Le Brésil a été secoué en juin par une fronde sociale historique animée par des jeunes de la classe moyenne. Ils ont manifesté massivement pour réclamer de meilleurs services publics et dénoncer la corruption et l'inefficacité des dirigeants politiques. Ces manifestations ont souvent dégénéré en violences avec la police mais ont perdu en intensité. Néanmoins, elles se poursuivent, notamment en marge de la visite du pape.