Religion - Africa Nouvelles

Où Rio ne rit pas!

Le véhicule ouvert qui transporte le pape François a été momentanément assailli par la foule, jeudi, alors que le souverain pontife se dirigeait vers un bidonville de Rio, au Brésil.

altLe pape n'a jamais semblé en danger et la foule semblait moins frénétique que celle qui avait encerclé son convoi à son arrivée à Rio, lundi. La papemobile s'est retrouvée au milieu de la foule sur une section d'environ 100 mètres. Ailleurs sur le parcours du pape, des barrières de métal maintenaient la foule à distance. Le pape a fait arrêter son véhicule à plusieurs reprises pour embrasser des bébés qui lui étaient présentés par ses gardes du corps.

La visite du premier pape latino-américain dans la favela Varginha devrait être l'un des moments forts de sa tournée au Brésil, son premier voyage à l'étranger depuis le début de son pontificat.

Plus tôt jeudi, le pape François a béni le drapeau olympique, s'ajoutant ainsi à la liste des papes qui ont montré de l'intérêt pour le rôle positif que le sport peut jouer dans la société. La ville de Rio accueillera les Jeux olympiques en 2016.

Le pape a rencontré certains athlètes de l'équipe olympique brésilienne durant une brève visite à l'hôtel de ville de Rio. Du balcon de l'édifice, le souverain pontife a béni le drapeau olympique et la foule venue le voir. À la veille des Jeux olympiques de Londres, le pape de l'époque, Benoît XVI, avait diffusé un message dans lequel il disait souhaiter que les jeux de 2012 aident à promouvoir la paix et l'amitié entre les peuples. Le pape Jean XXIII avait accueilli les athlètes à Rome pour les Jeux olympiques de 1960.

Jeunesse en liesse à la messe!

La messe d'inauguration des JMJ Rio 2013 a été célébrée mardi sur la plus grande plage du monde, Copacabana en présence de 560.000 jeunes catholiques venus de monde entier.

altAbsent de cette célébration eucharistique, le Pape François qui tentait de se reposer après un long voyage qui l'a conduit au Brésil mardi, a envoyé un mot via Twitter à tous les pèlerins. «Chers jeunes, le Christ a confiance en vous et vous confie sa propre mission:  Allez, faites des disciples», a-t-il écrit.

Quand à la messe, célébrée par l'archevêque de Rio, Orani Joao Tempesta, elle a rassemblé près de 560.000 jeunes sous une bruine froide. "Pour tous ceux qui croient qu'un nouveau monde est possible [...], pour tous les jeunes, même ceux persécutés ou blessés par la vie [...], chômeurs, sans famille, qui déambulent dans les rues ou sont emprisonnés", a t-il lancé à l'endroit de ceux qui étaient présents, sur la plage et même à travers les ondes et la télévision.

Un problème technique a obligé deux stations de métro de Rio à fermer pendant plusieurs heures, rendant impossible le transport de milliers de pèlerins vers Copacabana. Cet incident a eu le don de mettre en colère quelques uns d'entre eux, faisant intervenir la police locale.

A Rio avec brio!

Les jeunes sont les protagonistes principaux de cette grande rencontre de foi, d’espérance et d’unité. Les JMJ ont pour principal objectif de faire connaître à tous les jeunes du monde entier le message du Christ, mais aussi que le ‘visage’ jeune du Christ se manifeste au monde à travers eux.

altLes Journées Mondiales de la Jeunesse, qui se déroulent annuellement dans les diocèses du monde entier, proposent tous les 2 ou 3 ans une rencontre internationale des jeunes avec le Pape, qui dure environ une semaine. La dernière édition internationale des JMJ a eu lieu en août 2011, à Madrid en Espagne, et a rassemblé des jeunes de plus de 190 pays.

Les JMJ trouvent leurs racines dans les grandes rencontres de jeunes célébrées par le Pape Jean-Paul II à Rome. En 1984 a eu lieu la Rencontre Internationale de la Jeunesse, à l’occasion de l’Année Sainte de la Rédemption, sur la place Saint Pierre, au Vatican. C’est à ce moment là que le Pape a confié aux jeunes la Croix qui deviendra la Croix des JMJ, un des principaux symboles de ces rencontres.

Les Nations Unies ont déclaré 1985 comme l’Année Internationale de la Jeunesse. Cette même année, en mars, la rencontre internationale de jeunes au Vatican a été célébrée et le Pape a annoncé la création des Journées Mondiales de la Jeunesse.

En 1986, à Rome, les premières JMJ ont été diocésaines. Puis elles ont été ont suivies des rencontres au niveau mondial, à:

Buenos Aires (Argentine – 1987), avec la participation d’1 million de jeunes;

Saint Jacques de Compostelle (Espagne – 1989): 600 000 participants ;

Czestochowa (Pologne – 1991): 1,5 million;

Denver (Etats-Unis – 1993: 500 000;

Manille (Philippines – 1995: 4 millions;

Paris (France- 1997: 1 million;

Rome (Italie – 200): 2 millions;

Toronto (Canada – 2002: 800 000;

Cologne (Allemagne – 2005): 1 million;

Sydney (Australie – 2008): 500 000

Madrid (Espagne – 2011: 2 millions de jeunes.

Au-delà du fait de se retrouver dans un autre pays, au beau milieu de merveilles touristiques, la participation aux Journées demande un corps prêt au pèlerinage ainsi qu’un cœur prêt à recevoir les merveilles que Dieu réserve à chacun d’entre nous. Au programme, catéchèses, témoignages, partages, exemples d’amour pour le prochain et pour l’Eglise, festivals de musique et activités culturelles. Mais surtout, il s’agit d’une rencontre de cœurs qui croient que la fraternité dans la diversité est possible car nous croyons tous dans la même espérance.

Bon Ramadan! 

Comme en 2012, le Ramadan 2013 aura lieu en plein été. Ces horaires de prières affichent les calendriers selon les mois lunaires et le calendrier islamique.

Horaires de prières Ramadan 1434 – 2013

alt

alt

 

 

 

Premier voyage apostolique!

Une foule en liesse a accueilli lundi à Rio de Janeiro le pape François, qui s’est offert un bain de foule triomphal, parfois un peu mouvementé, dès le début du premier voyage à l’étranger de son pontificat.

altLe pape François a appelé les jeunes catholiques du monde entier réunis à Rio à «faire des disciples», en relançant l’esprit missionnaire dans l’Eglise catholique.

Après avoir été accueilli par la présidente Dilma Rousseff à son arrivée à l’aéroport vers 16H00 (19H00 GMT), le pape s’est rendu en voiture à la cathédrale Métropolitaine de Rio. En arrivant dans le centre-ville, le véhicule du pape, qui saluait la foule à travers la fenêtre ouverte, a parfois été bloqué par des fidèles exaltés, peinant à se frayer un chemin parmi les fidèles. Monté à bord d’une jeep blanche découverte le pape a ensuite pris la direction du Théâtre municipal de Rio, sous les vivats de dizaines de milliers de pèlerins, chantant et dansant, arborant les couleurs du Vatican ou de leurs pays d’origine.

Le souverain pontife va présider pendant une semaine les Journées mondiales de la jeunesse (JMJ) où sont attendus jusqu’à 1,5 million de pèlerins.

C’est la première fois que ce Jésuite argentin âgé de 76 ans foule le sol du «Nouveau monde» depuis qu’il a succédé en mars à Benoît XVI à la tête d’une Eglise en crise, minée par les scandales de pédophilie.

Au Brésil, plus grand pays catholique au monde, il va tenter de revigorer une Eglise affaiblie et déboussolée par la forte poussée des Eglises évangéliques pentecôtistes, omniprésentes et très actives dans les grandes villes et leurs périphéries déshéritées.

En route pour un Brésil en proie à la colère sociale de la jeunesse, il a insisté sur «le risque» de voir une génération entière de jeunes sans travail, tout en fustigeant «la culture du rejet» des personnes âgées.

«La crise mondiale ne fait rien de bon pour les jeunes. Nous courons le risque d’avoir une génération qui n’a pas eu de travail, or du travail provient la dignité de la personne», a déclaré François aux journalistes qui l’accompagnaient dans son avion.

François, qui prêche depuis son élection pour une «Eglise pauvre pour les pauvres», arrive dans un pays où les jeunes ont manifesté massivement en juin, parfois violemment, contre l’indigence des services publics et la corruption.

«Le sens de mon voyage est d’encourager les jeunes à vivre insérés dans le tissu social avec les personnes âgées», a poursuivi le pape pour qui, «les jeunes sont l’avenir de leur peuple, mais pas seulement eux. A l’autre extrême de la vie, les personnes âgées ont la sagesse de la vie, de l’histoire, de la patrie et de la famille, nous en avons besoin», a-t-il insisté.

Après son premier bain de foule à Rio, le pape devait se rendre à une cérémonie de bienvenue en présence de la présidente Dilma Rousseff et des principales autorités de Rio au siège du gouvernement, le Palais de Guanabara.

L’armée brésilienne a annoncé lundi avoir désamorcé dimanche un engin explosif artisanal dans les toilettes du parking du sanctuaire marial d’Aparecida, dans l’Etat de Sao Paulo, où doit se rendre mercredi le pape François.

Des athées et les militants du groupe Anonymous Rio ont appelé à manifester à proximité du bâtiment officiel contre les dépenses publiques engagées pour les JMJ (plus de 30 millions d’euros). Anonymous, l’un des fers de lance de la fronde sociale de juin, a convoqué pour vendredi une seconde manifestation sur la plage de Copacabana, en plein Chemin de croix des JMJ. «Ce n’est pas contre l’Église catholique. Ce sera un cri de plus contre la corruption et pour des services publics dignes», a indiqué Anonymous sur sa page Facebook.

Le pape se rendra aussi dans une favela, une unité hospitalière pour toxicomanes et rencontrera des détenus.

Le nombre de catholiques ne cesse de reculer au Brésil depuis 30 ans, au bénéfice des Eglises évangéliques. Les catholiques représentaient 64,6% de la population brésilienne en 2010 contre 91,8% en 1970, alors que les Eglises évangéliques sont passées de 5,2% à 22,2% (42 millions), selon le dernier recensement de 2010.

Mais selon un sondage publié lundi, le déclin est encore plus fort chez les jeunes dont seulement 44,2% se déclarent catholiques et 37,6% évangéliques.

Mardi, le pape devait observer une journée de repos, tandis que l’archevêque de Rio donnera le coup d’envoi officiel des JMJ, avec une messe sur la plage de Copacabana.

Un cardinal... Agréé!

L'Eglise catholique de Côte d'Ivoire a décidé de célébrer les 60 ans de sacerdoce du cardinal Bernard Agré, à partir de vendredi 19 juillet, par un colloque, à l'auditorium de la cathédrale Saint-Paul du Plateau. "Vision pastorale du cardinal Bernard Agré" est le thème de cette réunion qui va s'est tenue de 10 h à 13 h.

altDe 17 h à 20 h 30, il y a eu, à la paroisse Notre Dame de l'Incarnation, à la Riviera-Palmeraie, la louange, les témoignages, les prières et des projections de films sur les œuvres du cardinal Bernard Agré.

Le 20 juillet, de 10 h à 12 h 30, une messe solennelle d'action de grâce s'est déroulée à la paroisse Saint-Ambroise du Jubilé d'Angré.

Dimanche 28 juillet sera le clou du "Jubilé de diamant" du cardinal qui va dire une messe au Sanctuaire Marial d' Attécoubé.

Né à Monga, dans le diocèse d'Abidjan, Bernard Agré est baptisé à 6 ans, à Memni, sa ville d'origine où il reçoit son instruction primaire, de 1936 à 1941. Il continue sa scolarité au Petit séminaire de Bingerville, de 1941 à 1947, avant d'entrer au Grand séminaire de la ville pour ses études de philosophie, de 1947 à 1948. Il part ensuite à Ouidah, au Dahomey (actuel Bénin), où il suit des études de théologie, de 1948 à 1953.

Après avoir été ordonné prêtre, le 20 juillet 1953, il devient vicaire à Dabou pendant 3 ans. Il enseigne en même temps, et devient en 1956, recteur du pré-séminaire de Bingerville.

Cardinal Agré interrompt son ministère, de 1957 à 1960, pour étudier le droit canonique et la théologie à l'Université pontificale urbanienne, à Rome, où il obtient un doctorat.

De retour dans le diocèse d'Abidjan, il est successivement curé de la paroisse Notre-Dame de Treichville, de 1960 à 1962, puis vicaire général chargé de l'éducation et des séminaires.

Nommé évêque de Man le 8 juin 1968, le Cardinal Agré a été consacré le 3 octobre suivant par le cardinal Bernard Yago et a présidé la Conférence Episcopale Régionale de l'Afrique de l'Ouest (CERAO) de 1985 à 1991. Le 6 juin 1992, il est nommé premier évêque de Yamoussoukro.

Cette nouvelle capitale administrative abrite une grande basilique que le Pape Jean-Paul II a consacrée. Le 19 décembre 1994, il est nommé archevêque d'Abidjan. Il démissionne de cette charge à 80 ans, le 2 mai 2006.

Bernard Agré a été créé cardinal par Jean-Paul II, lors du consistoire du 21 février 2001, avec le titre de cardinal-prêtre de S. Giovanni Crisostomo a Monte Sacro Alto.

Saints-Pères... de nom et de fait!

Nouvelle journée historique au Vatican: le pape François a décidé, vendredi 5 juin, de proclamer «saints» deux de ses prédécesseurs, Jean XXIII et Jean-Paul II.

altOn attendait Karaltol Wojtyla, pape de 1978 à 2005, dont le processus de béatification puis de canonisation a été mené tambour battant, ce qui fera sans doute de lui le détenteur d’un record historique : être déclaré saint seulement huit ans après sa mort. Les fidèles du très charismatique pape polonais avaient d’ailleurs crié «Santo Subito!» (Saint, tout de suite!) dès le jour de ses funérailles, alors que plusieurs années sont normalement requises avant toute démarche.

Mais le pape argentin a créé la surprise en ajoutant celle du prédécesseur à ces fonctions dont il se sent sans doute le plus proche: Jean XXIII. Surnommé «le Bon Pape», Angelo Giuseppe Roncalli (Pape de 1958 à 1963) est souvent considéré comme le père de la rénovation de l’Église catholique pour avoir lancé le concile Vatican II qui a tracé des lignes novatrices: abandon du latin et du port obligatoire de la soutane, mais surtout liberté de conscience et ouverture aux autres religions et aux non-croyants.

Arrivé du «bout du monde», l’Argentin Jorge Bergoglio a lui aussi entrepris une forme de révolution dans l’Église en s’attaquant à des réformes de la curie et des finances du Vatican qui font déjà grincer quelques dents chez certains prélats au sommet de l’Église.

Signe du fort désir du nouveau pape de coupler les deux canonisations, le pape a approuvé la prochaine canonisation de Jean XXIII, sans même qu’un miracle par son intercession ait été validé, une procédure plutôt rare. La date de cette double cérémonie n’est pas encore connue. Elle pourrait intervenir « avant la fin de l’année », a simplement annoncé le porte-parole du Vatican, le père Federico Lombardi.

Cette double canonisation permettrait aussi de relativiser la promotion particulièrement rapide du pape polonais qui a certes marqué l’histoire – notamment pour la chute du communisme –, mais autour duquel subsistent des zones d’ombre, notamment la gestion de la curie et des affaires de pédophilie au sein du clergé. Autre raison qui explique sans doute la décision de célébrer les deux papes en même temps: de par son attitude, Jorge Bergoglio est très proche du souriant et bienveillant Jean XXIII. Ses embrassades pendant ses tours en «papamobile» dans la foule, ses improvisations, son langage direct et simple contrastent avec la personnalité de son austère et timide prédécesseur l’ex-théologien Benoît XVI.

Pour autant, aucune divergence doctrinale ne sépare les deux hommes qui cohabitent dans le plus petit État du monde, après la démission historique du pape allemand qui a stupéfié le monde entier en février dernier.