PHILIPPINES: 7 millions de fidèles à la messe de Pape François, à Manille - Africa Nouvelles

ITALIE

Messe record! 

Le pape François a célébré la messe dimanche à Manille devant six millions de Philippins enthousiastes qui se sont reconnus dans son exaltation d'une foi populaire et ses dénonciations de la corruption et de la pauvreté. 

alt

Au 4ème jour de sa visite dans ce bastion catholique d'Asie, les fidèles avaient afflué très tôt de toute l'agglomération de Manille et certains, de régions reculées, pour assister à la messe au parc Rizal, en bord de mer. Une tempête tropicale était arrivée du sud, provoquant de fortes pluies. Fidèles, prêtres, soeurs et quelque 40.000 policiers s'étaient enveloppés de ponchos de plastique colorés pour écouter le pape argentin.

Jorge Bergoglio a fait son entrée en papamobile jeepney. Il a été follement acclamé par la foule très pieuse, chez qui trouve une résonance toute particulière la dénonciation par le pape du dévoiement des richesses, des inégalités sociales et des catastrophes climatiques. Certains brandissaient des statuettes de la Vierge ou du "Nino" (" petit Jésus") à bout de bras. 

Le pape François, dont les prières étaient prononcées en anglais et en tagalog, a exhorté les Philippins à être des " missionnaires" dans toute l'Asie". "C'est un don de Dieu, une bénédiction! Mais c'est aussi une vocation!"

Plus de 80% des 100 millions de Philippins pratiquent un catholicisme extrêmement fervent mais l'Eglise ne représente que 3,2% de la population de la région dans son ensemble.

Le cardinal de Manille, Luis Antonio Tagle lui a répondu: "oui, s'il vous plait, envoyez-nous! Tous les Philippins voudraient partir demain avec vous, mais pas pour Rome! Pour aller dans les périphéries, les bidonvilles, les prisons, les hôpitaux, le monde de la politique, des finances, des arts, des sciences, de la culture, de l'éducation et des communications", a ajouté l'archevêque charismatique de Manille, étoile montante du christianisme asiatique. 

Prêt à tomber malade pour lui 

"Nous sommes dévoués au pape. Le pape est l'instrument du Seigneur et si l'on peut communiquer avec lui, c'est comme parler à Dieu lui-même!", a expliqué Bernie Nacario, venu avec sa femme et ses deux enfants. .

"Je suis prêt à être trempé pour François, à tomber malade pour lui. J'espère que ma foi va être renforcée après son message aux familles philippines", a témoigné de son côté May Dupaya.

Mafe Vival, qui était à la messe de Jean Paul II en 1995, au même endroit, estime qu'aujourd'hui "les Philippins sont plus religieux maintenant" et qu'"il y a une ferveur plus grande. Ce pape nous touche au coeur. Dans ces moments on ne sent plus la faim".

Alors qu'il quittait le parc en papamobile, ayant endossé lui aussi un poncho de plastique, la foule scandait "Mabuhay (Longue vie), pape François". 

Aucune estimation officielle du nombre de fidèles présents n'était disponible dans l'immédiat. L'Eglise philippine avait espéré que la messe réunisse davantage de monde qu'en 1995, lorsque Jean-Paul II avait rassemblé 5 millions de personnes.

Lors son séjour entamé jeudi et qui s'achève lundi matin, il a conquis les coeurs des Philippins en dénonçant les inégalités criantes et la corruption, et en rendant visite samedi aux victimes du cyclone de Tacloban (7.300 morts et disparus en novembre 2013). Il a aussi lancé de nombreux appels pour la famille traditionnelle, dénonçant le "relativisme", les "menaces insidieuses" et la "confusion" sur le mariage.

Pleurer pour les enfants des rues 

Dans la matinée, devant 30.000 jeunes, François avait appelé à la "compassion" pour la souffrance des enfants des rues victimes de la prostitution et de la drogue.

Glyzelle Aries Palomar, 12 ans, secourue par une association, avait éclaté en larmes quand elle avait demandé au pape pourquoi il y avait "si peu de gens qui aident ces enfants qui vivent des choses terribles comme la drogue et la prostitution '" "Pourquoi Dieu permet-il ces choses, quand les enfants n'ont commis aucune faute '", avait-elle lancé.

Lui caressant la tête, ainsi qu'à un autre adolescent venu de la rue, le pape avait appelé le monde à "pleurer pour les enfants qui se droguent, qui endurent la prostitution". "Si nous n'apprenons pas à pleurer, nous ne pouvons pas être bons chrétiens", avait-il martelé, dans un des moments les plus forts du voyage.