Religion - Africa Nouvelles

Dignité de la chrétienté!

Le 59ème pèlerinage marial à la grotte Notre-dame d'Arigbo à Dassa Zoumé s'est achevée, dimanche 18 août. Les pèlerins venus du monde entier, ont prié, loué le seigneur et magnifié la vierge marie. La messe de clôture dite par le Cardinal Giuseppe Bertello a insisté sur la foi chrétienne à partir du modèle de vie de la Vierge Marie.

altLe Président Boni YAYI pour la 4ème fois, a honoré de sa présence cette célébration eucharistique qui s'est achevé par la réception du Cardinal Giuseppe Bertello Président du gouvernorat de l'Etat de la Cité du Vatican et président de la commission pontificale de l'Etat de la Cité du Vatican, à la dignité de «Grand-croix» de l'Ordre nationale du Bénin.

«Votre dévouement et votre amour pour le Bénin ont marqué le président qui a bien voulu vous élever à la plus haute distinction de l'ordre national du Bénin», a déclaré d'entrée de jeu Mme Koubourath Osseni, Grande chancelière.

Elle précise que «cette distinction consacre la franche collaboration entre le Bénin et le Saint-Siège». Pour le gouvernement Béninois, il s'agit d'une marque de gratitude à l'homme de Dieu reconnu comme un fin diplomate.

En recevant la distinction, Cardinal Giuseppe Bertello qui fut nonce apostolique du Bénin, du Togo et du Ghana dans les années 80, n'a pas manqué d'exprimer sa joie.

«Cet acte solennel me réjouit et me comble de joie. Pour moi, c'est le retour à un pays que j'aimé et que j'aime. Le Bénin se situe dans cette ligne de pays en paix car il a été le seul exemple de pays en Afrique où la transition démocratique s'est opérée dans le dialogue et sans effusion de sang», a déclaré l'heureux récipiendaire. Le Cardinal Giuseppe Bertello précise qu'il perçoit cette décoration comme une reconnaissance à l'Eglise pour le travail qu'elle fait.

A la gloire de l'Islam!

Les fidèles musulmans du monde entier vont célébrer l'Aïd el-Fitr. Moments de prière, cette fête marque le couronnement du mois de jeûne de Ramadan.

altL'Aïd el-Fitr ou fête de la rupture marque la fin du jeûne de Ramadan. Cette célébration est l'expression du pardon accordé par Allah aux musulmans qui, pendant le mois de Ramadan, ont su montrer leur soumission, afin d'expier leurs péchés de l'année écoulée.

La veille de l'Aïd el-Fitr, tous les anges rejoignent la toute-puissance d'Allah qui leur dit: «Ô mes anges! Quelle est la récompense de ces travailleurs qui ont terminé leur tâche?» Les anges répondent qu'ils devraient être récompensés. Allah, le Tout-Puissant répond alors: «Soyez témoins, je leur ai tous pardonné».

En islam, le jour de l'Aïd symbolise la joie, l'adoration, la fraternité, la solidarité et la moralité. Tout musulman doit profiter de ce jour pour se rapprocher d'Allah, le «Très-Haut».

Prier à l'occasion de la fête de l'Aïd el-Fitr est une synergie d'action collective qui a été vivement recommandée par le prophète Mohamed (Paix et salut sur lui), tant pour les hommes que pour les femmes. Il convient autant que faire se peut, d'y assister. Cependant, ce jour de fête doit se distinguer d'un jour normal.

Fêter l'Aïd, c'est bien s'habiller. Le prophète de l'islam a ordonné à ses compagnons de porter leurs plus beaux habits et de se parfumer au mieux. Il est par ailleurs recommandé à l'occasion de l'Aïd el-Fitr, de manger quelque chose avant de se rendre à la prière, contrairement à l'Aïd el Kebir (Tabaski) où l'on ne doit manger qu'après la prière.

En cas de rattrapage de jours manqués pendant le Ramadan, ce n'est que le lendemain du jour de l'Aïd el Fitr qu'on est autorisé à commencer. Comme il a été pratiqué par le prophète Mohamed(PSL), beaucoup de musulmans sur le chemin de la mosquée, chantent: «Allah est le plus grand, il est le plus grand. Il n'y a aucun Dieu, excepté Allah. Il est le plus grand. Tous les éloges et mercis sont pour lui».

De même que la glorification d'Allah est fortement conseillée, avant la prière de l'Aïd. Elle consiste à répéter trois fois cette invocation: «Gloire à Dieu et louange à Dieu. Il n'y a pas d'autre divinité que Dieu. Dieu est le plus grand et à Dieu, la louange». On prie quand l'imam fait son entrée.

La prière à proprement parler, a lieu quand le soleil s'élève au-dessus de l'horizon sur une place publique. En cas d'intempéries, elle peut être délocalisée dans une mosquée. Elle compte deux rak'at (unités de prière). Puis, on prononce sept fois le takbîr, c'est-à-dire que l'on dit sept fois d'affilée, «Allâhu Akbar».

Puis, l'imam récite à voix haute, la sourate al-Fatiha (sourate d'ouverture) suivie d'une autre. Pendant la seconde rak'at, on redit le takbîr, six fois et l'imam récite à voix haute, la sourate al-Fatiha et une autre. Et on termine normalement, la prière.

Après la prière, il est demandé de rester assis, car c'est le moment de la "khutbah" (sermon). Selon la Sunnah du prophète (PSL), tout le monde doit assister à la prière de l'Aïd et se comporter avec droiture et piété. C'est la raison pour laquelle, il est recommandé à la femme indisposée d'être sur les lieux de la prière, même si celle-ci n'a pas le droit d'y prendre part.

Malheureusement, déplore Hassane Sawadogo Cheick de la Fondation Pafadnam pour l'aide aux orphelins et aux mendiants, au Burkina Faso, trop de personnes s'empressent de partir une fois la prière achevée, alors que la khutbah est un moment très important et qu'elle fait partie intégrante de cette cérémonie de l'Aïd el-Fitr. Aussi, la fête de l'Aïd el-Fitr (fête de la rupture) et l'Aïd El-Kebir( la fête du sacrifice), sont des moments où la réconciliation, le pardon et la fraternité doivent régner entre les musulmans.

C'est le moment de faire l'effort pour balayer les rancœurs et les rancunes et de mettre les «compteurs» à zéro. Manifestations d'allégresse, échange de congratulations entre tous les fidèles sont recommandés pour renforcer les liens de fraternité dans la communauté.

C'est aussi un moment de retrouvailles et de charité, soutient Cheick Sawadogo. Il convient de rendre visite à ses parents, ses amis et célébrer autour d'un festin, cette fête, mais il est également important de faire des dons aux nécessiteux, de partager.

«Le jour de l'Aïd, complément au mois de Ramadan, n'est pas seulement un moment de célébration. Spirituellement, pour les musulmans, c'est un moment pour l'auto-évaluation du mois passé», précise-t-il.

De ce fait, chacun est invité à réfléchir sur les bonnes choses qu'il a accomplies, à entamer les jours à venir avec le même degré d'engagement et détermination qu'il a eu pendant le mois sacré.

Ramadan, c'est une fois par an, mais piété, honnêteté, sincérité, générosité, que tout musulman apprend et pratique pendant ce mois, devraient durer tout au long de l'année suivante. Cette réflexion sur soi est le succès du mois de ramadan.

Renvoi du coup d'envoi!

La période de ramadan connait des fortunes diverses chez les sportifs.

altUn arbitre sénégalais retarde la reprise d'un match (Casa Sport - Yeggo, 25ème journée de la Ligue 1 sénégalaise) de 15 minutes pour rompre le jeune.

Malgré les cris du public qui lui demande de reprendre le match, l'arbitre demeure imperturbable. Il se régale de quelques dattes et se désaltère, avant de siffler la reprise du match.

«Juridiquement, il n'est pas permis d'arrêter un match pour couper le jeûne. Mais on peut profiter d'un arrêt de jeu pour satisfaire un besoin sanitaire. L'organisme humain a besoin d'eau», explique Ousseynou Gueye, un arbitre qui a suivi la scène depuis les tribunes.

(Vidéo)

http://www.youtube.com/watch?v=MsTx_H3gZ50&feature=player_embedded

Rebelle... sans frontière?

Déjà condamné à mort deux fois par la justice algérienne, poursuivi aussi par le Canada, le jihadiste Mokhtar Belmokhtar est maintenant mis en accusation par les États-Unis. Vendredi 19 juillet, le procureur fédéral de Manhattan a inculpé l'ancien leader d'AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique): 8 chefs d'accusations ont été retenus contre lui.

altL'ancien leader d'AQMI, Mokhtar Belmokhtar, est notamment accusé de complot visant à apporter un soutien à Al-Qaida dans des affaires de prise d'otages et d'utilisation d'arme de destruction massive.

Parmi les actes terroristes retenus contre lui, l'offensive sur le complexe gazier d'In Amenas, dans le Sahara algérien, en janvier dernier. Cette attaque s'était soldée par la mort de 38 personnes, dont trois Américains. Le communiqué du procureur de Manhattan est sans concessions. Selon lui, «Belmokhtar a apporté la terreur et le sang à ces personnes innocentes» et il doit désormais être traduit en justice.

Ancien chef d'AQMI, Mokthar Belmokhtar a créé fin 2012 sa propre unité combattante, les Signataires par le sang.

Le Tchad a affirmé l'avoir tué au mois de mars dernier. Pourtant Belmokhtar a revendiqué, dès le mois suivant, le double attentat-suicide au Niger qui a fait une vingtaine de morts. Il a également menacé de frapper les pays engagés dans la guerre contre les islamistes au Mali.Au début du mois, son groupe a revendiqué l'attaque de la prison de Niamey.

Sans preuve de vie aujourd'hui, Washington offre 23 millions USD pour toute information qui pourrait conduire à sa capture.

Prix à qui prie!

C'est avec un grand sourire aux lèvres que les 20 premiers gagnants des rations alimentaires de la promo Ramadan d'Orange ont reçu - dans les locaux Orange - leurs lots. Des lots composés de riz, de sucre, d'huile et de lait qui devraient leur apporter un certain réconfort et soulagement, durant ces derniers jours du mois de Ramadan.

altDepuis son lancement, le 1er juillet dernier, en plus des 20 rations alimentaires offertes, 4 billets d'avion pour le pèlerinage à la Mecque ont été gagnés par 2 habitants de Conakry, 1 de Kankan et 1 de Labé.

Monsieur Diallo Aboubacar, gagnant d'un billet d'avion a affirmé tout ému: «Ma joie est aussi indescriptible que ma surprise! J'ai rechargé mon téléphone juste pour appeler une connaissance, et Orange m'appelle pour me dire que j'ai gagné un billet d'avion pour la Mecque. Je ne peux que remercier la société pour ce geste tellement important pour un musulman, et inviter les autres abonnés à recharger pour espérer gagner à leur tour»

Quant à Mlle Nene Mariama Diallo - gagnante d'une des rations alimentaires - elle a partagé sa joie, double a juste titre: «pour moi aujourd'hui, en plus de gagner une ration alimentaire, je fête mon anniversaire. Je remercie Orange»

Les tirages placés sous la supervision de Maître Lansana Somparé - huissier de justice - et de M. Condé - agent de la LONAGUI (Lotérie Nationale de Guinée) - se poursuivront jusqu'au 9 août prochain: 20 rations alimentaires et 6 billets d'avion pour le pèlerinage à la Mecque sont à gagner.

En parallèle, Orange Guinée - à travers l'émission sponsorisée «Parler Islam» sur la radio Espace fm - a également récompensés 16 auditeurs parmi bon nombre pour leur participation remarquée sur les différents thèmes lancés autour de la générosité, du partage, de la solidarité et de la fraternité.

Là aussi, chacun d'eux a pu bénéficier d'une ration alimentaire composée de riz, de sucre et d'huile. La remise des lots s'est tenue dans les locaux de la radio, en présence du Directeur Général de la Radio Espace - Mr Lamine Guirassy - de l'animateur de l'émission M. Mohamed Ouattara, ainsi que du Chef de Service Communication Commerciale d'Orange, Mr Mohamed Lamine Keita.

De la joie de part et d'autres, tant bien pour les chanceux - contents de gagner - que pour Orange - heureuse de leur offrir ces moments magiques - ont été partagés. Tous ont exprimés leur fierté et renouvelé leur loyauté à l'endroit d'Orange Guinée.

Situation pré...Caire! 

En Egypte les Frères musulmans annoncent la mort d’au moins 70 personnes, samedi 27 juillet, après une intervention de l'armée près du Caire.

altÀ l’aube, les forces de sécurité auraient tenté de disperser un rassemblement de manifestants pro-Morsi, au nord de la capitale égyptienne, au moyen de gaz lacrymogènes avant de tirer à balles réelles sur la foule. 

«Ils ne tirent pas pour blesser, ils tirent pour tuer», s’est indigné samedi Gehad El Haddad, porte-parole de la confrérie islamiste. Plus tard, Les Frères musulmans expliquent dans un communiqué: «Les forces de sécurité et l'armée ont commis un nouveau crime aux premières heures devant le mémorial de l'autoroute […] ils ont commencé à tirer à balles réelles, tuant dix personnes, dont sept abattues par un sniper et blessant plusieurs centaines de personnes». Au total, l’assaut de l’armée aurait fait «au moins 70 morts et 175 blessés par des tirs», selon Reuters

À l’aube, l’armée aurait tenté de disperser un sit-in que les partisans de Mohammed Morsi observent de manière continue depuis le 3 juillet pour demander le rétablissement du président déchu. Les heurts auraient éclaté alors que des manifestants pro-Morsi tentaient de bloquer un pont routier, rapportent les autorités, qui assurent s’en être tenus à des gaz lacrymogènes malgré des jets de pierres et des tirs de chevrotine. 

De nombreux journalistes sur place confirment des tirs à balles réelles, qui se sont prolongés plusieurs heures après le premier assaut des forces de sécurité. La télévision montrait de son côté les images des secours qui tentaient de ranimer des blessés par balles. 

Les pro-Morsi ont fait remarquer que ces heurts sanglants faisaient suite au discours du chef de l'armée, le général Abdel Fattah al-Sissi, qui a déposé le président islamiste, demandant aux Egyptiens de descendre massivement dans la rue vendredi pour lui donner «mandat d'en finir avec le terrorisme».

Blame de l'Islam?

D'anciens musulmans ayant rompu avec l'islam ont lancé, samedi 6 juin à Paris, un "Conseil des ex-musulmans de France" pour réclamer le droit de se dire publiquement athées et de critiquer leur religion d'origine.

alt"Nous sommes un groupe d'athées et d'incroyants qui avons, de ce fait, fait face à des menaces et à des restrictions dans nos vies personnelles, plusieurs d'entre nous ont été arrêtés pour blasphème", expliquent les membres fondateurs dans leur appel publié sur Facebook.

Ils se réfèrent notamment au Chevalier de la Barre, exécuté en 1766 pour avoir refusé de soulever son chapeau au passage d'une procession religieuse et dont la cause avait été défendue par les philosophes des Lumières.

"Aujourd'hui, d'innombrables Jean-François Lefebvre de la Barre sont menacés, torturés, emprisonnés, mis à mort pour apostasie, blasphème, hérésie et pour refus de se plier aux diktats islamistes", affirment les promoteurs de ce Conseil, qui réclament notamment "la liberté de critiquer les religions", "l'interdiction de toute restriction à la liberté inconditionnelle de critique et d'expression, sous couleur de la religion", ainsi que "la liberté d'athéisme".

Ils veulent aussi interdire tout ce qui s'oppose, dans l'islam selon eux, "aux libertés des peuples" et à "l'autonomie des femmes".

A l'origine de ce Conseil, composé d'une trentaine de membres de diverses nationalités (marocaine, algérienne, pakistanaise, iranienne, sénégalaise, etc...), un appel du Palestinien Waleed Al-Husseini. Ce blogueur de 28 ans avait été détenu plusieurs mois en 2010 en Cisjordanie, accusé de commentaires blasphématoires envers le Prophète, avant de se réfugier en France. 

"Nous voulons porter en France la voix des ex-musulmans qui dénoncent le mensonge selon lequel tout musulman l'est toujours alors que ce n'est pas vrai", a expliqué l'un de ses membres Atika Samrah, une Marocaine installée en France depuis 5 ans et qui dit n'avoir jamais pu se dire athée dans son pays.

Des associations similaires existent en Grande-Bretagne et en Allemagne. "Nous avons choisi le même nom et le même logo (le mot "ex" accompagné d'un croissant), en y ajoutant la carte de France pour bien refléter notre appartenance", a-t-elle précisé.

Rejetée par l'islam, l'apostasie est passible de la peine de mort en Iran et en Arabie saoudite.