Religion - Africa Nouvelles

Ha la la! 

Du porc ne peut être halal. Pourtant, un boucher sans scrupules implanté à Zurich, en Suisse, a trompé ses clients pendant 3 longues années en leur vendant du porc au lieu du veau.

alt

Du porc ne peut être halal. Pourtant, un boucher sans scrupules implanté à Zurich, en Suisse, a trompé ses clients pendant 3 longues années en leur vendant du porc au lieu du veau. Les consommateurs, principalement musulmans, tombent des nues après le récent passage dans le commerce d’un inspecteur en sécurité alimentaire qui a relevé la supercherie.

Le boucher a vraisemblablement voulu s’assurer de faire de plus gros bénéfices en vendant une viande moins cher. De 2010 à 2013, il aurait vendu 3,1 tonnes de viande de porc sous l’appellation de veau halal. 

Trois longues années de pure escroquerie que le commerçant a payé cher. L’homme a été condamné par la justice suisse à une amende de 18.000 francs suisses (soit 15.000 euros).

«Vu l'aspect de la viande, le contrôleur a immédiatement remarqué qu'il ne s'agissait pas de veau», indique-t-on. Ses anciens clients, quant à eux, n’y ont vu que du feu et ont dû sérieusement voir s’effondrer leur capital confiance envers les boucheries de proximité. 

Attentats "in...femmes"!  

Au moins 4 personnes ont été tuées dans un double attentat-suicide commis par deux femmes à Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria. L'attaque s'est déroulée au marché Kanti Kwari, le plus important marché au tissu de la région.

alt

Au moins 4 personnes ont été tuées dans un double attentat-suicide commis par deux femmes à Kano, la plus grande ville du nord du Nigeria. L'attaque s'est déroulée au marché Kanti Kwari, le plus important marché au tissu de la région. Selon des témoins, elle aurait été perpétrée par des adolescentes. Elles seraient entrées accompagnées d'un homme avant de demander la direction des toilettes, puis de se faire exploser. Le groupe islamiste Boko Haram n'a pas revendiqué, mais est fortement soupçonné par les autorités. Boko Haram utilise depuis longtemps les femmes dans ses actions. Elles sont parfois espionnes, recruteuses, financières ou encore armurières. Mais leur rôle dans les opérations suicides est croissant. Après des attentats similaires commis le 1er décembre et le 25 novembre à Maïduguri, mi-novembre à Azaré et Konatogora, le groupe extrémiste confirme que les femmes font désormais partie intégrante de sa stratégie de terreur.

Elizabeth Pearson du Nigerian Security Network (NSN) s'interroge. Elle explique qu'«utiliser des femmes kamikazes correspond d'habitude à une phase de déclin, à des problèmes de recrutement. Or là, le phénomène intervient dans la meilleure année de Boko Haram en termes de violences», dit-elle.

Des kamikazes contraintes ou volontaires ?

La première attaque du genre date de juin contre une base militaire de l'état de Gombe. S'en est suivi une série d'attentats à Kano en juillet, créant la psychose. De nombreuses musulmanes avaient alors abandonné leurs tenues traditionnelles de peur d'être suspectées. D'ailleurs, selon le porte-parole de la police nigériane, Boko Haram utiliserait les femmes car elles sont généralement moins soupçonnées.

Mais leurs motivations sont floues. Elles ne laissent jamais de message. Certains pensent plutôt qu'elles agiraient sous la contrainte. Juste avant l'acte, elles sont d'ailleurs souvent accompagnées par des hommes, leurs charges sont parfois déclenchées à distance, et leur profil est souvent jeune, très jeune même. En juillet, les autorités avaient par exemple annoncé l'arrestation d'une fillette de 10 ans avec une ceinture d'explosifs. Mais la plupart sont adolescentes. Et si les autorités démentent, certains sont persuadés que parmi ces kamikazes on retrouve les lycéennes de Chibok dont le rapt en avril avait ému le monde entier.

A la gloire du Christ! 

La première chaîne de télévision évangélique chrétienne a été ouverte, samedi 8 novembre, dans le but de diffuser exclusivement l'évangile et les activités menées par la communauté chrétienne en Angola. 

alt

La première chaîne de télévision évangélique chrétienne a été ouverte, samedi 8 novembre, dans le but de diffuser exclusivement l'évangile et les activités menées par la communauté chrétienne en Angola. Selon l'Apôtre Ernestina Matias "Tina", présidente de l'église Ministère de Foi et Libération, abonnée de la TV Celestial, cette chaîne constitue un bénéfice pour toute la nation. "Dans mes intercessions à Dieu, je sollicitais toujours une chaîne de télévision entièrement dédiée à l'évangile".

Ayant son siège au quartier urbain Nova Vida, Rue7, maison 147, dans la municipalité de Belas, la TV Celestial est un canal ouvert et sera suivi dans toute l'Afrique Australe, de manière à informer le monde sur l'évangile en Angola.

Le chrétien y tient! 

Du 25 au 27 septembre, ont eu lieu les Rencontres des Arts et des Musiques Chrétiennes (RAMC). Au programme: des conférences et des spectacles. 

alt

Du 25 au 27 septembre, ont eu lieu les Rencontres des Arts et des Musiques Chrétiennes (RAMC). Au programme : des conférences et des spectacles. Les festivités ont démarré le 24 septembre à Brazzaville par une conférence scientifique sur le thème : « Chantons et dansons sans le sida pour la gloire de Dieu. » Quatre thèmes ont été développés au cours de cette cérémonie. Philippes Kouakira Mieré, Levy Patrick Nikoué, Rock Ngatsé et Lucien Ivoutouhi se sont succédé sur des thématiques de société et de religion. Les orateurs ont de nombreux exemples appuyées par des références bibliques pour expliquer le caractère incurable de certaines maladies qui plongent l'homme dans le désespoir.

« Je suis l'Éternel, ton Dieu qui te guérit », peut-on lire dans le psaume 103. Si le sida est une maladie du péché comme le pensent certaines personnes, Philippe Kouakira Mieré pense que la repentance est à la base de toute guérison car c'est Dieu qui guérit et non l'homme.

L'objectif, à travers ce festival, étant de permettre aussi à l'Église de s'approprier certains sujets que nombreux jugent tabous.

Le 25 septembre, des groupes religieux se sont retrouvés au Centre national de radio et de télévision à Nkombo pour une soirée de spectacles. L'événement regroupe des groupes de Brazzaville et ceux venus d'ailleurs.

À l'initiative de ces RAMC, le journaliste de la télévision, Chevry Diaz, animateur d'une émission qui permet à ses invités de passer en revue des questions qui touchent aux arts et à la spiritualité.

Paix à son ame! 

Les restes d'un missionnaire ougandais tué par des narcotrafiquants au Mexique ont été découverts dans une fosse commune. 

alt

Les restes d'un missionnaire ougandais tué par des narcotrafiquants au Mexique ont été découverts dans une fosse commune.La nouvelle sur l'assassinat au Mexique des 43 étudiants enlevés, massacrés puis enterrés à la sauvette près de la localité d'Iguala, dans l'Etat fédéré mexicain de Guerrero, occupe la Une des médias de ce pays.

Au cours de l'audience générale de mercredi dernier, Place Saint-Pierre, à Rome, le pape François s'est dit ému de cette triste nouvelle. Argentin d'origine, il s'était montré sensible à ce drame, adressant des mots de réconfort aux familles des victimes. Il avait par ailleurs, fustigé, en des mots forts, « la réalité dramatique de toute cette criminalité, liée au commerce et au trafic de drogue ». Mais cette information, dramatique qu'elle soit, ne concernait apparamment que les Latino-américains, comme il est juste qu'on ne trouve pas l'actualité africaine dans les journaux mexicains.

Pourtant, au détour d'une nouvelle d'agence, cette règle non-écrite a été bouleversée vendredi dernier. En effet, le Mexique a annoncé avoir établi avec certitude que des restes humains déterrés le 29 octobre dernier dans une fosse commune à Chilpancingo (la capitale de cet Etat de Guerrero désormais synonyme d'une violence indicible) appartiennent bien au prêtre ougandais, John Ssenyondo, dont on était sans nouvelles depuis 8 mois. 

A en croire les résultats de l'enquête, père Ssenyondo, 56 ans, et exerçant au Mexique depuis 2008, est porté disparu depuis avril de cette année. Les faits sont « pleinement établis » qu'il a été enlevé par des hommes armés qui l'ont assassiné d'une balle dans la tête, brûlé et enterré à la sauvette avec d'autres victimes. Son identification a été rendue possible grâce au test ADN et à la reconnaissance de certains signes particuliers par les prêtres du diocèse de Chilpancingo.

L'enquête a aussi revelé que le prêtre ougandais, qui venait de célébrer une messe dans une paroisse de campagne, a été abattu parce qu'il refusait de baptiser l'enfant d'un des chefs de gang... L'émotion était réelle samedi dans la communauté des prêtres et originaires ougandais au Saint-Siège. D'autant qu'il y a deux semaines à peine le président Yoweri Kaguta Museveni était venu rencontrer le pape au Vatican avec qui, ils ont salué l'excellence des relations entre les deux Etats.

Le Pape du Concile! 

Le pape Paul VI, qui a dirigé l'Eglise de 1963 à 1978 dans la période agitée de 1968, a été béatifié, dimanche 19 octobre, par François en présence de l'ancien pape Benoît XVI.

alt

Le pape Paul VI, qui a dirigé l'Eglise de 1963 à 1978 dans la période agitée de 1968, a été béatifié, dimanche 19 octobre, par François en présence de l'ancien pape Benoît XVI. Devant une place Saint-Pierre noire de monde, sous un beau soleil d'automne, Jorge Bergoglio a prononcé en latin la formule consacrée, demandant que « le vénérable serviteur de Dieu Paul VI soit fait bienheureux ». Il a annoncé que sa fête aura lieu chaque année le 26 septembre.

Une tapisserie au fond rouge montrant Paul VI souriant et ouvrant les bras avait été déployée sur la basilique. Paul VI, qui a achevé le Concile Vatican II (1962/65) commencé par son prédécesseur Jean XXIII, et a institué le synode, organe de collégialité de l'Eglise, a été fait bienheureux à la fin du synode sur la famille convoqué par François, en présence des cardinaux du monde entier.

Miracle en 2001 

Giovanni Battista Montini est souvent cité par le pape François et a posé beaucoup des fondements de l'Eglise moderne, même s'il a été critiqué pour son « non » à la pilule contraceptive, en 1968.

Début 2014, la Congrégation vaticane pour la cause des saints avait reconnu le premier miracle obligatoire pour permettre sa béatification: la guérison d'un enfant américain en 2001, victime d'une grave malformation dans le ventre maternel. Les médecins proposaient qu'elle avorte mais elle avait refusé, priant Paul VI qu'elle vénérait. L'enfant a 13 ans et est en bonne santé.

La béatification peut ouvrir la voie à une ultérieure canonisation, si un autre miracle est reconnu.

Qu'Allah les accueille!

Après Médine, l'ensemble des 5 500 candidats burkinabè au Hadj sont tous arrivés à La Mecque pour accomplir les rites du Hadj 2014. Ces candidats au Hadj 2014 sont en route pour Mina à environ 7 km de La Mecque où il leur est fait obligation de passer au moins trois nuits. Toutefois, on déplore le décès de deux pèlerins burkinabè, dès leur arrivée à la Mecque. 

alt

Après Médine, l'ensemble des 5 500 candidats burkinabè au Hadj sont tous arrivés à La Mecque pour accomplir les rites du Hadj 2014. Ces candidats au Hadj 2014 sont en route pour Mina à environ 7 km de La Mecque où il leur est fait obligation de passer au moins trois nuits. Toutefois, on déplore le décès de deux pèlerins burkinabè, dès leur arrivée à la Mecque. Ce sont au total 5 122 pèlerins convoyé par 13 vols charters et les autres par vols réguliers qui ont foulé les lieux saints de l'Islam. Par contre, le comité national déplore le fait que 120 fidèles musulmans burkinabè régulièrement inscrits au pèlerinage n'ont pu obtenir de visas.

A la Mecque, la totalité des pèlerins burkinabè ont tous accomplis la Oumrah ou le petit pèlerinage. Leurs infrastructures d'accueil sont satisfaisantes en termes de salubrité et de confort selon le président du Comité national de suivi du pèlerinage à la Mecque, El Hadj Mahamadi Ouédraogo.

La couverture sanitaire des pèlerins est assurée par une équipe médicale de 05 agents de santé du ministère de la Santé et sept autres provenant directement des agences de voyages.

Quelque cas de maladie dont la plupart des consultations enregistrées concernent des cas de paludisme, rhume, toux... Toutefois, on déplore le décès d'une pèlerine burkinabè dès son arrivée à la Mecque. Aux dernières nouvelles, un autre pèlerin s'est éteint mercredi dans la nuit de suite d'une courte maladie.

En marge de leurs activités, la délégation officielle du Burkina a pris part à la cérémonie d'inauguration de l'extension de la sainte mosquée de La Mecque le 28 septembre. La cérémonie a été présidée par le président du Conseil d'administration des deux saintes mosquées.

Cette extension répond à un souci de mettre les pèlerins dans de meilleures conditions pour effectuer le Tawaf (Circumambulation) et le Say (course entre Safa et Marwa).