Sos racisme - Africa Nouvelles

Se "griller" pour un feu? 

Il avait tenté de corrompre un policier après avoir grillé un feu rouge. Le musicien Metzoh Djatah, qui est une célébrité au Sénégal, a été condamné à deux ans de prison dont dix jours ferme ainsi qu'à une amende de 100.000 CFA et une contravention de 6.000 CFA.

altLe musicien Metzo Diatta a été condamné, jeudi, à 2 ans de prison dont 10 jours ferme pour tentative de corruption sur agent de policier et non-respect des feux de signalisation.

Metzo Diatta devra également payer une amende de 100.000 CFA et une contravention de 6.000 CFA, rapporte le FRM, citant le délibéré du tribunal correctionnel de Dakar qui a rendu son délibéré.

L'artiste, qui était en détention depuis 10 jours, recouvre ainsi la liberté.

Selon la presse, il avait été interpellé puis placé en détention pour avoir tenté de corrompre un policier de la circulation avec un billet de 2.000 CFA.

 

 

Fraudes et maraudes!

Ils demandaient de l'argent à des centaines d'étrangers ayant un permis de séjour en voie d'expirer, faisant croire qu'ils travaillaient dans deux boutiques dans le quartier de la gare, qui ont été fermés par la police.

altLa police de Padova a fermé deux boutiques, dans le quartier de la gare, arrêtant le propriétaire et son comptable pour fausses embauches et contribution à l'immigration illégale .

Au terme de l'opération, coordonnée par le procureur adjoint Sergio Dini, ont été emmenottés un Nigérian de 54 ans, Michael Ediomioya Aideyan, propriétaire des boutiques près de la gare, résident à Grisignano di Zocco (Vicenza) dans sa propre maison, et un consultant du travail de Mestrino, Giovanni Ravazzolo (68 ans), pour des centaines de fausses demandes d'embauche d'étrangers, la plupart nigérians, durant la période d'expiration de leurs permis de séjour.

Les contrats d'embauche n'étaient pas liées à des exigences réelles et étaient disproportionnées par rapport au dimensions modestes de travail: pour un kebab de 20 mètres carrés, en un mois, il y avait même eu 32 embauches, permettant au gérant nigérian de se taper des sous sur les dossiers; on faisait apparaître de fausses embauches en échange de sommes d'argent.

Pratiquement, les étrangers ont été forcés de payer pour régulariser leur séjour en Italie: rien que dans la dernière période, seraient impliqués dans ce trafic environ 150 personnes. Et rien qu'en 2012, elles étaient 103.  Trop nombreuses pour ne pas éveiller des soupçons dans la Direction Provinciale du Travail aussi. 

Ont aussi été signalés deux autres personnes pour contribution et exploitation de l'immigration clandestine, permanence d'étrangers illégaux, à travers de fausses embauches. Pour les fausses embauches, a également été utilisé un autre exercice commercial, au pied de l'échangeur Borgomagno, dans une zone stratégique du trafic de drogue dans la zone Arcella.

Une série de perquisitions ont été effectuées également dans les exercices publics et un cabinet d'expertise comptable, portant finalement à la saisie des locaux publics, dont les entrées ont été scellées par la police. 

Les mesures restrictives ont été émis par le juge d'instruction Domenica Gambardella. La brigade mobile a déterminé que les contrats d'embauche étaient tous faux. Le nigérian, à travers les deux exercices publics saisis, embauchant et renvoyait en continuation des étrangers qui pouvaient ainsi obtenir ou renouveler leur permis de séjour. En échange, ils prétendait 1200 euros à tête ou du travail au noir. L'expert comptable s'occupait au contraire de toute la paperasse. 

En fin de compte, selons les premières estimations, le Nigérian aurait fraudé plus d'un million d'euros, rien qu'avec les indemnités de fin de contrat jamais versés.

Africoke?

Le taux de prévalence de l'abus de cocaïne est de 0,7% en Afrique contre 0,4% au niveau mondial, a révélé le rapport 2013 de l'Organe international de contrôle des stupéfiants (OICS), redoutant son augmentation avec l'expansion du marché de la cocaïne sur le continent africain.

alt"La prévalence de l'abus de cocaïne (0,7% soit 1,6 million de personnes, selon les estimations) y est toujours bien supérieure à la moyenne mondiale (0,4%) et risque d'augmenter avec le développement du marché de la cocaïne dans ces sous-régions", selon le rapport.

Selon le conseiller de l'OICS en matière de lutte contre le blanchiment, Ludovic D'Hoore, le taux mondial de 0,4% est la moyenne entre les pourcentages les pus élevés en Europe et en Amérique où le niveau de consommation est élevé. Cependant, a-t-il signalé, cette moyenne est affaiblie par celle de l'Asie qui en est à 0,02% de prévalence.

Ces différents pourcentages prouvent la faible taux de prévalence de l'abus de cocaïne au niveau mondial par rapport à celui du continent qui est élevé.

S'agissant des autres formes de drogues, comme le cannabis, le rapport relève qu'il est cultivé dans presque tous les pays africains où il y a eu des saisies.

A ce niveau, le Maroc reste le principal producteur de ce stupéfiant dans le continent africain. "Le rapport de 2012 soulignait que le Nigeria est le pays où il y a eu le plus de saisies, 139 tonnes de cannabis", indique M. D'Hoore.

Le nombre de saisies de l'héroïne a également connu une hausse substantielle, selon Ludovic D'Hoore qui révèle que le continent africain a enregistré 10 fois plus de saisies par rapport aux années passées.

Le rapport de l'OICS signale que les saisies les plus nombreuses sont enregistrées au Nigéria et au Bénin du fait de l'existence de laboratoires clandestins.

A cet effet, M. D'Hoore a souligné que le document de l'OICS invitait à la vigilance et attirait l'attention des dirigeants sur ce phénomène.

Le document formule différentes recommandations d'où l'importance de mettre davantage de moyens dans la prévention et la prise en charge médicale des usagers problématiques de la drogue, invitant les Etats à investir davantage à ce niveau.

"Investir sur la prévention est importante, cela permet de faire des économes et c'est la principale recommandation du rapport", a-t-il ajouté.

L'OICS propose aux Etats de mettre en place dans chaque pays un programme de sensibilisation auprès des jeunes.

Les jetons du rejeton?

Le fils de l'ancien président zambien, Rupiah Banda, a été condamné à deux ans de prison pour corruption. Andrew Banda avait été arrêté en mai 2012. Il est accusé d'avoir perçu une commission au moment de la signature d'un contrat avec une entreprise italienne de BTP et mines Fratelli Locci. A cette époque, le fils de l'ancien chef d'Etat était premier secrétaire de la représentation zambienne en Italie.

altA l'issue de son procès, Andrew Banda écope finalement de 2 ans de prison ferme. Il est bien reconnu coupable d'avoir pris illégalement 2% de commission sur les sommes facturées par l'entreprise italienne pour la construction de routes. Mais le juge explique avoir tenu compte des circonstances atténuantes avancées par la défense: notamment le fait que c'est la première fois que l'accusé commet ce délit.

Le père d'Andrew Banda, l'ex président Rupiah Banda est, lui aussi, sous le coup de poursuites pour corruption. Quant à son frère Henry, il était également visé par l'administration Sata. Mais Interpol a refusé son arrestation, fautes de preuves suffisantes.

Depuis son arrivée au pouvoir en 2011, le président Michael Sata a accéléré la lutte contre la corruption en Zambie. Mais il est accusé de s'en servir pour affaiblir l'opposition.

Dai permessi di soggiorno al... soggiorno in carcere!

altChiedevano soldi a centinaia di stranieri con il permesso di soggiorno in scadenza facendo risultare che lavoravano in due locali in zona stazione, chiusi dalla polizia.

La Polizia di Padova ha chiuso due locali in zona stazione, arrestando il titolare e il suo commercialista per false assunzioni e favoreggiamento dell’immigrazione clandestina.

(Leggere l'articolohttp://www.stranieriinitalia.it/attualita-veneto._false_assunzioni_di_centinaia_di_immigrati_2_arresti_18489.html

Cyber dans le cible!

Dans le cadre d'une opération ciblée menée à la suite de l'exploitation de sources d'informations anonymes, un groupe de cybercriminels a été démantelé, dans la commune de Yopougon. Les individus interpellés, une bande de 4 jeunes hommes dont 2 élèves, ont été mis aux arrêts alors qu'ils s'adonnaient à leur activité illicite. L'exploitation du matériel informatique saisi a permis de mettre en rapport les suspects interpellés avec de nombreuses affaires de cybercriminalité enregistrées par la PLCC.

altEn effet, ce sont des faux documents administratifs et financiers, des dizaines de faux profils utilisant des photos usurpées, des traces de mandats de transferts d'argent reçus sous de faux noms, etc. qui ont été découverts.

Interrogés sur la nature des éléments de preuve découverts en leur possession, les nommés Aboua Yves Landry alias «Landry la merveille», Sohi Keablé Anthelme alias «Defalé le roi des rois», Brissi Gnahoua Guy Darius alias «El chicharito le banquier», Youbouet Kouamé Franck Ermite alias «Le kikital», ont unanimement concédé aux enquêteurs de la PLCC qu'ils s'étaient engagés dans les cyberescroqueries depuis de longues années.

L'enquête a permis de mettre en évidence que le nommé Aboua Yves Landry alias «Landry la merveille», âgé de 26 ans, est un cyberdélinquant rompu aux techniques d'escroquerie via Internet et recherché depuis de nombreuses années par les services de police Ivoirien. Chef du gang démantelé, ce cyberdélinquant à la réputation bien établie dans l'univers cybercriminel Ivoirien, avait réussi à s'attacher les services de jeunes recrues qu'il «employait» dans le cadre de ses activités illicites.

Par ailleurs, le cyberdélinquant s'est rendu coupable de tentative de corruption sur les fonctionnaires de police de la PLCC, en proposant le versement de pots de vin considérables (en nature et en espèces) en échange de sa remise en liberté. Les quatre cyberdélinquants ont été déférés devant le parquet d'Abidjan-Plateau pour y répondre des nombreux chefs d'accusation qui pèsent sur eux.

Cette interpellation s'inscrit dans le cadre d'une vaste opération de démantèlement des groupes cybercriminels les plus actifs au plan national initiée par la PLCC en ce début d'année 2014.

Ministre pas du tout... intègre? 

Mark Harper démissionne après la nouvelle que lfemme de ménage de son appartement à Londres n'avait pas le permis de travailler au Royaume-Uni. A sa place, le conservateur James Brokenshire.

altMark Harper a démissionné, après la nouvelle que lfemme de ménage de son appartement à Londres n'avait pas le permis de travailler au Royaume-Uni. Cela ce qui ont rapporté la BBC et Downing Street ont rapporté que le Premier ministre David Cameron a accepté sa démission "avec regret.".

Il n'y a "aucune indication" que Mark Harper, à la place duquel a été nommé James Brokenshire du Parti conservateur, avait «sciemment utilisé un immigrée illégale", ont indiqué les sources. 

Dans la lettre au premier ministre, Mark Harper,  a toutefois indiqué qu'il continuerait à être député.