ALIOUNE DIOUF: Élu "Mister Friuli-Venezia-Giulia", ce sénégalais avait déchaîné sur les réseaux sociaux des polémiques raciales - Africa Nouvelles

TOUCHE PAS MON POTE

Du haut de son 1m98, plaqué sur le visage, un sourire lumineux en rien égratigné par les phrases discriminatoires qui ont suivi à son élection à Mister Friuli Venezia Giulia (FVG). Alioune Diouf, 18 ans, vit depuis 5 ans à Cividale mais il est sénégalais: ce qui a suffi à déchaîner sur les réseaux sociaux des polémiques, les énièmes raciales.  «Mais je vais sur mon chemin, les critiques fortifient les gens», a-t-il dit.

 

Le nouveau Mister FVG s'appelle Alioune et c'est un sénégalais de 18 ans. C'est le premier noir à conquérir la convoitée bande à Villotta di Chions, faisant place nette de la concurrence. Physique d'athlète cultivé quotidiennement au basket, il milite dans la Virtus Feletto, en série C Silver et dans l'Apu Gsa, chez les Under 20. 

Il parle italien et, au besoin, s'exprime sans trop de problème en dialecte "marilenghe", appris à Cividale, où il habite et étudie la thermo-plomberie. En tete un double reve: devenir joueur professionnel et tenter la carrière de mannequin. 

«J'étais ému, ça été une surprise», a-t-il dit après la victoire. 

D’ailleurs, le jury n'a pas douté, lui décernant 116 des 120 points à disposition. 

Classé 2ème, à 20 points, Davide de Mortegliano, (Mister Optex), suivi de Francesco de Sacile (Mister Astol Models), Gabriele d'Udine (Mister Adriatico), Davide de Gemona del Friuli (Mister Web, il più votato sur internet). 

Et penser que, au début du moins, c'est un ami qui l'avait poussé vers la passerelle, lui faisant connaître l'agence Astol Models d'Udine, propriétaire du label Mister FVG, évènement qui en est à sa 11ème érition. 

Débarrassant les autres concurrents, il a remporté les diverses sélections, conquérant ensuite le titre régional. Qu'il retient de mériter car il sent d'appartenir à la terre qui lui a ouvert les bras, il y a 5 ans.  

«Ils m'ont toujours bien traité et m'ont aidé aussi à l'internat où je vis qu'en dehors. Ici, j'ai trouvé une nouvelle famille» et le dirigeant de la Virtus qui l'a porté en Italie, Roberto Caruso, il le considère «comme un père», dit-il. Et d'ajouter en souriant: «J'adore le "frico" avec la polenta et je trouve les Friouliens très sympas, malgré les blagues sur la couleur de ma peau. Je ne m'abats pas car les critiques fortifient les gens. Moi, je poursuis sur mon chemin».

Choqué et incrédule, son agent, Fabrizio Astolfi, s'est dit «halluciné par tous ces commentaires racistes. A l'Udinese, un joueur noir ne fait aucune sensation, pourquoi alors y a-t-il des problèmes aux concours de beauté? la réalité actuelle est multiethnique, nos fils fréquentent des classes composées de nombreux enfants étrangers: cette variété est désormais la réalité». 

Et notre jeune sénégalais Mister FVG 2017 de souligner: «J'ai passé mon adolescence au Friuli, où j'étudie et j'ai mes amis. Ici, je suis en train de forger mon futur».

Auparavant, il y avait eu le cas (parmi d'autres) de Samira Lui, friulienne arrivé 3ème et, certainement, le cas d'Alioune ne sera pas le dernier. Du moins tant que ça continuera à ne pas accepter que le monde est en pleine mutation.