MAURITANIE: Des milliers prennent part à la marche revendicative des droits des Haratines - Africa Nouvelles

TOUCHE PAS MON POTE

Non à l'esclavage!

Quelques milliers de mauritaniens ont pris part, mardi 29 avril après-midi, à la marche organisée par le comité de suivi du «Manifeste pour les droits politiques, économiques et sociaux des Haratines».

altLa marche, qui commémore le premier anniversaire du manifeste, a été déclenchée à partir de la nouvelle maison des jeunes pour se transformer en un meeting sur la place de la mosquée Ibn Abbas.

Les marcheurs ont arboré des banderoles portant des slogans comme «Nous voulons une enquête quantitative et qualitative sur le phénomène de l'esclavage» «La terre appartient à celui qui la travaille», « non à l'exclusion continue... », «Jusqu'à quand l'impunité des coupable de délit d'esclavage".

Ont pris part à cette marche des partis politiques et autres organisation de la société civile.

Le meeting a été marqué par un discours du président du Conseil national du manifeste des haratines Mohamed Said Ould Homody, dans lequel il a souligné que cette manifestation soutenue par toutes les composantes de la société «marque un tournant décisif dans l'histoire de la société mauritanienne».

Il a également rappelé que le 29 avril 2013 a connu la proclamation officielle de la déclaration des droits politiques, économiques et sociaux des Haratines, déclaration qui a réussi à traiter, «de manière modérée et sans complaisance, le problème épineux des Haratines qui se pose de façon récurrente, et ce en tant que symbole de justice et de fraternité qui doivent être imposées sur la scène nationale».

«Le manifeste met en place le fondement d'une Mauritanie nouvelle, la Mauritanie de l'avenir", précisant que la déclaration constitue "la pierre angulaire d'une nouvelle ère permettant l'édification d'une Nation unifiée, égalitaire et reconciliée avec elle-même», a(t(il souligné.

Il convient de noter que ce mouvement est boycotté par l'Initiative de la résurgence abolitionniste (IRA) de Biram Ould Abeid, ainsi que par le parti de l'Alliance populaire progressiste de Messaoud Ould Boulkheir.

Les initiateurs de cette marche avaient mené une forte mobilisation à travers les médias pour en assurer la réussite.