Sos racisme - Africa Nouvelles

Quelle gaffe! 

Arrigo Sacchi aurait mieux fait de se taire. L'ancien sélectionneur de l'Italie a déchainé les passions, après ses déclarations jugées racistes. Interrogé en marge d'une cérémonie de remise des prix aux thermes de Montecatini, Arrigo Sacchi s'en est pris à la formation italienne. 

alt

Arrigo Sacchi aurait mieux fait de se taire. L'ancien sélectionneur de l'Italie a déchainé les passions, après ses déclarations jugées racistes. Interrogé en marge d'une cérémonie de remise des prix aux thermes de Montecatini, Arrigo Sacchi s'en est pris à la formation italienne. «L'Italie a perdu sa dignité et sa fierté parce que nous avons trop de joueurs étrangers dans les championnats des -20 ans. Il y a trop de noirs dans nos équipes de jeunes. Je ne suis pas raciste et mon passé d'entraîneur avec Rijkaard le démontre. Mais regardez le tournoi de Viareggio (le plus fameux tournoi de jeunes en Italie, ndlr), je dirais qu'il y a trop de joueurs de couleur, tout comme dans les équipes de jeunes en Italie», a lancé l'ancien coach de l'AC Milan .

Et d'insister: «L'Italie a perdu sa dignité, vous ne pouvez pas avoir des équipes avec quinze étrangers comme cela».

Face au tollé, Sacchi a tenté de s'expliquer: «Mes propos ont été déformés. Imaginez seulement que je sois raciste... Je voulais juste dire que j'avais vu un match avec une équipe qui alignait quatre garçons de couleurs. Mon histoire est claire, j'ai toujours entraîné des équipes avec des joueurs de toutes les couleurs. J'en ai acheté de nombreux, que ce soit avec l'AC Milan ou avec le Real Madrid».

Et de conclure farfouillant: «Je voulais juste souligner que nous sommes en train de perdre notre fierté et notre identité nationale».  

Monsieur le Maire, pendant que vous y êtes, pourquoi alors ne pas ordonner aux extracommunautaires de... "sourire" la nuit?  

La mesure adoptée par le maire d'une petite bourg de la Région Irpinia qui héberge quelques réfugiés. "Ils ne connaissent pas le code de la route, des précautions sont nécessaires pour éviter des accidents". Noble but certes mais les moyens font discuter

alt

"Ils parcourent le bord des routes en frôlant dangereusement les voitures. Avec l'obscurité, il y a risque d'accidents», écrit le maire Lanza.

Solution? Lanza ordonne que «les extracommunautaires résidents à Flumeri, endossent des gilets réflecteurs permettant aux automobilistes de voir les piétons le long des routes. J'avais demandé à la coopérative qui s'occupent d'eux de se charger de leur sécurité et de celle des automobilistes. En vain! Jamais eu l'idée d'émettre un acte discriminatoire: le seul but est d'éviter des accidents", explique le maire Lanza.

Reste toutefois discutable le fait que la disposition ne touche pas tous ceux qui vivent à Flumeri, ma uniquement les extracommunautaires.

«Ils ne connaissent pas le code de la route qui impose une série de précautions comme justement le fait de se rendre visible aux automobilistes, surtout sur les routes peu illuminées», soutient le maire Lanza.

Le syndicat CGIL Irpinia attaque la disposition du maire, définie «ridicule et discriminatoire. C'est paradoxal de se préoccuper de commander des gilets réflecteurs faisant semblant de ne pas voir que ces jeunes réfugiés sont en train d'affronter le dur hiver sans blousons ni chaussures adaptés à la saison», souligne Vincenzo Petruizziello, secrétaire provincial du syndicat.

Bus apartheid? 

La ligne 69 relie Borgaro et Turin, et s'arrête aussi devant un campement gitan. Les passagers dénoncent des harcèlements et des vols, et donc la municipalité voudrait doubler la ligne: "C'est pas du racisme".

alt

La ligne 69 relie Borgaro et Turin, et s'arrête aussi devant un campement gitan. Les passagers dénoncent des harcèlements et des vols, et donc la municipalité voudrait doubler la ligne: "C'est pas du racisme". La ligne 69 relie Borgaro et Turin, et s'arrête aussi devant un campement gitan. Les passagers dénoncent des harcèlements et des vols, et donc la municipalité voudrait doubler la ligne: "C'est pas du racisme. Il faut deux lignes de bus, une pour nous et une pour eux», dit Claudio Gambino , maire PD (Parti Démocrate) de la ville de Borgare, à peine hors Turin. Luigi Spinelli, assesseur aux transports du parti SEL (Gauche, Ecologie et Liberté) est d'accord: «C'est la meilleure solution pour tout le monde."

«Eux», c'est les habitants du campement gitan, «nous», tous les autres.

L'inédit apartheid à la sauce de gauce devrait naitre sur le bus 69, qui relie le petit bourg au chef-lieu régional et il s'arrête également, près du campement gitan. Il est évident que plusieurs nomades le prennent, mais depuis des années, les autres passagers dénoncent d'etre victimes de harcèlements, chipages et vols qualifiés.

Après la controverse, la récolte de signatures et les protestations sur facebook et, après avoir tenté pendant deux semaines, d'envoyer les gardes municipaux à bord, le conseil communal veut maintenant doubler la ligne. Un 69 devrait faire le trajet habituel, un 69 "bis" s'arrêter uniquement que dans le campement des gitans.

"C'est pas du racisme", insistent Gambino et les siens, "c'est seulement une façon de résoudre un problème qui dure depuis trop longtemps."

Santa Madonna! 

Sur Instragam, la pop-star a lancé des slogans contre le parti d'extrême droite Front National! 

alt

Sur Instragam, la pop-star a lancé des slogans contre le parti d'extrême droite Front National! "Combat le fascisme, combat les discriminations, combat la haine, combat pour la liberté, vive la révolution de l'amour". Madonna n'a pas lésiné ses mots et, sur Instagram, elle a affiché la photo du quotidien français "Libération" avec en couverture le succès de Marine Le Pen aux élections européennes, lançant des slogans contre le boom du parti d'extrême droite Front National (FN) en France.

La photo sur Instagram est flanqué par une série de hashtags et commentaires dénonçant le fascisme et les discriminations: «Russie, Ukraine, Venezuela... et maintenant la France?!!!!!", a écrit Madonna. Entre la pop-star et Marine Le Pen, réémergent donc de vieilles rouilles. 

En 2012, en effet, Louise Veronica Ciccone avait passé, durant l'étape parisienne de sa tournée, une vidéo montrant une image de la leader du FN avec une croix gammée sur len front, pour accompagner la chanson "Nobody Knows Me" ("Personne ne me connaît»). Marine l'avait alors poursuivie pour insulte. Le... front belliqueux est toujours ouvert". 

Qui frappe qui rappe? 

Hamada, du groupe Awlad Leblad, arrêté il y a une semaine a été mis lundi sous mandat de dépôt à la prison civile de Nouakchott. 

alt

Le jeune homme a été inculpé pour consommation et détention de stupéfiants mais aussi pour attentat aux moeurs islamiques. Ses amis assurent avoir reçu plusieurs fois des menaces du pouvoir, qui n'aurait pas apprécié certains morceaux du groupe trop critiques. Ses proches dénoncent aujourd'hui un montage alors que pour les autorités, il s'agit simplement d'une affaire de droit commun.

La première décision avait été de laisser le jeune rappeur en liberté sous contrôle judiciaire, après sa garde à vue. Mais le parquet mauritanien a interjeté appel et a eu finalement gain de cause. Hamada du groupe Awlad Leblad dort donc, depuis lundi 19 janvier, à la prison civile de Nouakchott en attendant la fin de l'instruction. Le jeune homme est poursuivi pour attentat à la pudeur et aux bonnes moeurs islamiques, détention et consommation de stupéfiants.

De source judiciaire, tout a commencé par la plainte du père d'une jeune fille qui se serait retrouvée, dans une chambre, avec le jeune homme qui n'était pas son mari. La plainte a entraîné une perquisition, qui aurait conduit à la saisie de quelques grammes de haschich. Pour la justice il s'agit d'une banale affaire de droit commun mais pour le groupe de rap, l'affaire est politique.

Dans une émission télévisée, un ami de Hamada assure qu'il paie le prix fort de son engagement contre le pouvoir et que le groupe avait été menacé plusieurs fois de représailles. Alors a-t-on voulu faire taire un jeune artiste trop insolent comme le disent ses proches, sous prétexte de saisie de drogue? 

A Nouakchott, certains rappeurs assurent que ce groupe n'est pas le plus virulent sur la scène musicale locale, et qu'il n'est pas le plus constant non plus dans sa critique envers le président. Reste qu'un des derniers morceaux du groupe intitulé « Dégage » s'adresse clairement au chef de l'Etat Mohamed Ould Abdelaziz.

Stop à l'esclavage!

Le parquet de Rosso a requis, lundi 29 décembre, 5 ans d'emprionnement contre Biram Ould Dah, président de l'Initiative de Résurgence Antiesclavagiste (IRA), jugé en mêm temps que 8 mebres de son organisation.

altLe parquet de Rosso a requis, lundi 29 décembre, 5 ans d'emprionnement contre Biram Ould Dah, président de l'Initiative de Résurgence Antiesclavagiste (IRA), jugé en mêm temps que 8 mebres de son organisation, depuis mercredi 24 décembre, dernier par la cour de Rosso pour «outrage aux forces de l'ordre et d'organisation d'un rassemblement public non autorisé». Dans son réquisitoire, le parquet a également requis la saisie des biens de l'organisation (IRA) non reconnue par l'Etat mauritanien.

Les inculpés avaient été arrêtés et écroués depuis le 11 novembre dernier, au moment où ils prenaient part à une caravane de sensibilisation contre l'expropriation des terres des anciens esclaves sur la rive droite du fleuve Sénégal.

Auparavant les accusés avaient unanimement nié les faits qui leur sont reprochés. Ils avaient estimé être arrêtés sur «instructions émanant du sommet de la hiérarchie de l'Etat».

Que justice soit faite! 

C'était il y a 4 mois. Le 4 août, Albert Ebossé, le joueur de l'AJS Kabylie avait perdu la vie sur un stade de foot. Officiellement, il aurait reçu sur la tête d'un morceau d'ardoise alors qu'il regagnait le vestiaire. 

alt

C'était il y a 4 mois. Le 4 août, Albert Ebossé, le joueur de l'AJS Kabylie avait perdu la vie sur un stade de foot. Officiellement, il aurait reçu sur la tête d'un morceau d'ardoise alors qu'il regagnait le vestiaire. Son avocat avait dévoilé qu'il avait été victime d'une véritable agression. Aujourd'hui, c'est au tour du docteur André Mouné, qui a réalisé une autopsie à la demande de la famille se sortir du silence. Pour lui, Ebossé est mort de coups dans les vestiaires,  après la rencontre. Voici son témoignage accablant qui risque de faire beaucoup de bruit: 

«Le scenario vraisemblable est qu'il est rentré vivant dans les vestiaires à Tizi-Ouzou. Il a été immobilisé, on lui a pris le bras gauche vers l'arrière et, en se débattant, son épaule s'est déboitée. Il a dû se débattre et a reçu un coup sur le crâne, sur la calotte crânienne. Cela a fait vaciller les os de la base du crâne, d'où la présence de liquide céphalo-rachidien». 

A suivre donc!