CAN 2012 (Ici Côte d'Ivoire) - François Zahoui: «Faites confiance aux joueurs ivoiriens» - Africa Nouvelles

Special Can

«Il nous reste une étape capitale à franchir, celle qui nous sépare de la consécration».

A quelques heures de la finale de la 28e Coupe d’Afrique des Nations Orange, le sélectionneur de la Côte d’Ivoire,  François Zahoui,  est un home heureux, enfin Presque. Il ne pourra l’être définitivement que si son équipe remporte le titre tant convoité.

 

«La réussite de l’équipe jusqu’à présent est le résultat du travail acharné de tous ceux qui sont impliqués dans le football ivoirien, la fédération, les joueurs, l’encadrement technique, les associations de supporters. J’ai la chance unique de disposer de 23 joueurs de grande qualité. dont la plupart ont disputé les trois dernières éditions de la CAN. Nous sommes au pied du mur. Je peux vous dire toute leur détermination, toute leur envie. Ils désirent ardemment la victoire. Je le lis chaque jour dans leur regard. Nous avons jusqu’à présent réalisé un sans-faute. A quoi cela aura-t-il servi si nous ne sommes pas couronnés. Nous sommes venus ici pour prendre le trophée et le ramener à la maison. Le match le plus important, c’est le dernier».

Meilleure attaque et meilleure défense avec zéro but encaissé en cinq matches, les Eléphants veulent rejoindre leurs aînés de 1992. Mais, en face, il y aura la Zambie qui, lors de ses deux finales précédentes, en 1974 et en 1994, était tombé contre le grand Zaïre et le grand Nigeria.

«C’est une grande équipe. Certains de ses joueurs sont tout simplement excellents. Outre leurs qualités propres, ils font preuve d’un enthousiasme formidable. Leur présence en finale est une récompense qui ne doit rien au hasard. Leur résultat du premier jour contre le Sénégal a agi comme un révélateur. C’est la marque d’une préparation bien dosée qui est la marque d’un très bon entraîneur», reconnaît volontiers François Zahoui.

Sur la tactique pour la finale, le sélectionneur ivoirien est moins disert.

«Nous jouerons pour gagner comme lors de nos sorties précédentes. Les Zambiens seront dans le même état d’esprit mais je sais ce que mes joueurs ont à faire pour aller au bout de leur mission, de leur rêve. Les hommes dont je dispose auraient pu le faire plus tôt. Mais l’heure de la Côte d’Ivoire n’avait pas encore sonné. Cette fois, faites-leur confiance».