Sports - Africa Nouvelles

Haya...tout puissant? 

En Afrique, comme sur tous les autres continents, le football peut être considéré, juste titre, comme «le sport roi». Mais cela n'avait pas suffi à faire d'un ressortissant du continent «roi du foot mondial». Et pourtant, c'est ce qui vient de se produire avec le passage du Camerounais, Issa Hayatou, à la tête de l'instance mondiale du ballon rond à savoir la FIFA (Fédération Internationale de Football Association).  

alt

Décidément, rien ne va plus à la FIFA, secouée par des scandales de corruption jamais égalée depuis le mois de mai 2015. On se rappelle, en effet, qu'à cette date, 7 responsables de la FIFA, accusés d'être mouillés dans des affaires louches, avaient été arrêtés à Zurich puis incarcérés deux jours avant la réélection du président Sepp Blatter. Un congrès au cours duquel, le Suisse, en fonction depuis 1998, a été réélu haut la main pour un cinquième mandat consécutif, soit jusqu'en 2019. Mais 5 jours après sa reconduite à la tête de l'instance mondiale du ballon rond, Blatter avait annoncé son départ, conscient sans nul doute qu'il n'échappera pas à l'affaire de corruption qui venait d'être éclatée. 

La date du 26 février 2016 pour un congrès électif extraordinaire avait été retenue et Michel Platini, le président de l'UEFA, avait, en juin 2015, annoncé sa candidature à la présidence de la FIFA dans une lettre envoyée aux 209 présidents et secrétaires généraux des associations membres. 

Mais dans l'attente du deuxième mois de l'année prochaine, les événements ont pris une autre tournure depuis quelques jours. L'enquête pénale contre Blatter, qui a commencé le 25 septembre dernier, a livré ses conclusions: «gestion déloyale et abus de confiance». Le patron de la FIFA est soupçonné d'avoir effectué «un paiement déloyal» de 1,83 million d'euros au profit de Michel Platini. Celui-ci, dit-on, a été entendu comme témoin dans cette affaire de virement, ce que contredit en partie le procureur suisse, Michael Laubert. Et soudain, vlan! Sepp Blatter et Michel Platini sont suspendus 90 jours par le comité d'éthique de la FIFA, mais une suspension additionnelle de 45 jours maximum pourrait être prononcée ultérieurement. Dans le même temps, la commission, véritable tribunal, a suspendu le Sud-Coréen Chung Mong-joon, également candidat à la présidence de la FIFA, pendant 6 ans. Le secrétaire général de ladite association, le Français Jérôme Valcke, soupçonné d'être impliqué dans un trafic de billets au marché noir et déjà relevé de ses fonctions, a lui aussi été suspendu à titre conservatoire pendant 90 jours. 

Si le sort de Blatter est déjà scellé (durant la période de suspension, il ne pourra représenter la FIFA de quelque façon que ce soit, ni agir au nom de l'organisation ni communiquer avec les médias ou d'autres parties prenantes en tant que représentant de la FIFA), pour Platini, par contre, cette décision de suspension tombe comme un véritable coup de tonnerre surtout qu'il a des ambitions. Mais on avance dans certains milieux de la presse sportive française, que tout n'est peut-être pas fini pour le président de l'UEFA et ancien capitaine du onze de France considéré comme le favori à l'élection de 26 février 2016. 

En tout cas, toute décision dans ce sens reviendra à la commission électorale, bien que l'ex-sociétaire de la Juventus ait effectué des démarches, jeudi 8 octobre 2015 pour déposer sa candidature à la présidence. C'est quand même étonnant que quelqu'un qui est mouillé dans une telle affaire ose encore avoir de telle prétention. Sous d'autres cieux, on n'aurait même pas regardé son dossier pour ce qu'on sait. 

Mais savez-vous qui assure désormais l'intérim de la FIFA? Eh bien, c'est le président de la Confédération africaine de football, le Camerounais Issa Hayatou, en poste depuis 1988. En tant que vice-président le plus longtemps en fonction au sein du Comité Exécutif de la FIFA, il assurera le rôle de président intérimaire. Comme s'il attendait cela, il a déclaré que le football n'a jamais joui d'une telle ferveur dans le monde entier et toute personne associée à la FIFA doit en être fier. 

Certes, il s'agit d'une charge provisoire mais qui ne vaut pas moins son pesant d'or au sein de cette organisation où la gestion des affaires ne tourne plus rond depuis plusieurs mois maintenant, entraînant la suspension du Suisse Sepp Blatter et du Français Michel Platini. Le continent africain aurait pu se réjouir de cet événement si la présidence provisoire d'Hayatou n'intervenait pas dans un contexte pourri par des scandales de la corruption. Difficile aussi de croire que le président de la Confédération africaine de foot qui assurait jusque-là la fonction de vice-président de la Fifa ait été coopté pour jouer au pompier. 

Loin de là. A la vérité, on lui a refilé une patate chaude que personne ne veut en ce moment. Quand on connaît la réputation peu reluisante du président intérimaire, on comprend toute la galère qu'il doit vivre en ce moment. Certes, Issa Hayatou n'est pas un homme à se faire marcher dessus sans broncher. Il mesure parfaitement les enjeux de sa responsabilité. On est qu'il sera suffisamment professionnel et fairplay pour qu'au soir de l'élection du nouveau patron prévu pour le 26 février prochain, il s'en sorte la tête haute.

"Ah! Y a tout" qui se passe là, à la FIFA!  

Le président de la Confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou, vice-président Senior de la FIFA, est devenu, depuis jeudi 08 octobre, le président intérimaire de la FIFA, après la suspension pour 90 jours de Sepp Blatter.

alt

Le président de la confédération africaine de football (CAF), Issa Hayatou assurant l'intérim de la présidence de la FIFA suite aux suspensions infligées à Sepp Blatter et Michel Platini. «Pour une durée de 90 jours, Joseph Blatter n'a pas le droit de représenter la Fifa de quelle que manière que ce soit, ni d'agir en son nom», a indiqué l'instance suprême du football mondial, soulignant que le président en titre avait été "relevé de ses fonctions" en raison de sa suspension..

Issa Hayatou, par ailleurs président de la Caf, assurera donc l'intérim de la présidence de la Fifa durant cette période pour la simple raison qu'il est le "le plus ancien vice-président du Comité exécutif de la Fifa en poste".

Farah...onique! 
Mo Farah vient d'écrire une nouvelle page de son histoire en athlétisme. Le Britannique d'origine somalienne a remporté son quatrième titre mondial, samedi à Pékin, en s'imposant en finale du 10 000m en 27'01″13. En conservant son titre du 10 000 m, Mo Farah est devenu le premier coureur de demi-fond long à conquérir six titres majeurs consécutifs. 

alt

Grand favori et détenteur de la meilleure performance mondial avec ses 26'50"97 à Eugene (Etats-Unis), Mo Farah a tenu son rang. Face aux Kényans Paul Tanui et Geoffrey Kamworor, deux seuls autres fondeurs à être passés sous les vingt-sept minutes cette saison, le Britannique est d'abord parti d'arrière avant de se replacer 7ème au passage des 3 000 puis d'intégrer le groupe de tête mené par les deux Kényans aux 5 000.
Ce ne sera qu'à l'approche des derniers 500m que Mo Farah prendra la tête de la course, pour ne plus la lâcher jusqu'à la ligne d'arrivée, repoussant ses rivaux dans la dernière ligne droite. Il s'impose finalement en 27'01″13, résistant aux Kenyans Geoffrey Kipsang Kamworor (27'01″76) et Paul Kipngetich Tanui (27'02″83) dans un dernier kilomètre bouclé en 2'28″81. Le recordman d'Europe du 1500m s'est appuyé sur sa pointe vitesse pour répliquer aux attaques du trio kenyan (complété par Bedan Karoki Muchiri, 4e en 27'04″77) dans le dernier tour.

5ème sénégalais à intégrer le CIO! 

Le président du Comité national olympique et sportif du Sénégal (CNOSS), Mamadou Diagna Ndiaye et le président de la Fédération mondiale de lutte, le Serbe Nenad Lalovic, ont été élus comme nouveaux membres du Comité International Olympique (CIO) hier, lundi 3 août, dernier jour de la 128ème Session du CIO, à Kuala Lumpur.

alt

L'attente a été longue. Par moment stressante, mais au finish, c'est une fumée blanche qui est sortie de la salle de réunion des membres du Comité international olympique (CIO). Elle vient d'accueillir un nouveau membre en la personne de Mamadou Diagna Ndiaye. Sous le soleil caniculaire de Kuala-Lumpur, un rêve longtemps nourri, d'un homme, s'est enfin réalisé. Diagna Ndiaye est devenu le 5ème sénégalais à intégrer le CIO. Ce, après Amadou Barry, les juges Kéba Mbaye et Youssoupha Ndiaye et Lamine Diack en tant que président de l'IAAF. Il a prêté serment devant un parterre de personnalités du monde sportif, politique, des affaires et parmi lesquelles le président du CIO, l'Allemand Thomas Bach, Lamine Diack, Issa Hayatou, le Général Lassana Palenfo, le prince Albert de Monaco, l'Emir du Qatar, le Prince Al Sabah du Koweït, le Prince Hussein de Jordanie, le vice-président de la Federal Reserve Bank etc.

Et comme Youssoupha Ndiaye, qui a été plébiscité pour sa reconduction à la tête de la Commission d'éthique (70 voix contre 2 abstentions), le président du Cnoss a obtenu un score brejnévien avec 77 voix sur 83 lors de la 128ème session du CIO, à Kuala Lumpur en Malaisie. Il n'y a eu que 4 voix contre et 2 abstentions. Dans le camp sénégalais, c'est l'explosion de joie. Des accolades par ci, des congratulations par là. L'ambiance est bonne et joyeuse dans le hall du Mandarin Oriental Hôtel.

Rappelons que le CIO compte actuellement 106 membres, dont le président, Thomas Bach, qui ont tous été élus par la Session du CIO à la majorité des votes émis. Et que les membres du CIO sont des personnes physiques. Ce sont les représentants du CIO dans leurs pays respectifs et non les délégués de leur pays au sein du CIO, comme le stipule la Charte olympique : "Les membres du CIO représentent et soutiennent les intérêts du CIO et du Mouvement olympique dans leur pays et dans les organisations du Mouvement olympique au service desquelles ils se trouvent." (Charte olympique 2013, Règle 16). 

La 129ème session du CIO aura lieu à Rio de Janeiro du 2 au 4 août 2016 à la veille des JO, avec une séance de clôture le 21 août. 

REACTIONS 

Diagna Ndiaye, nouvellement élu membre du CIO : 
 
«Nous avons travaillé ensemble. Je remercie l'ensemble du peuple sénégalais. Je pense que c'est une bonne chose qu'après le juge Kéba Mbaye, Youssou Ndiaye et Lamine Diack que ce soit un autre sénégalais qui effectue son entrée dans le CIO. J'ai été dans deux commissions importantes que sont les relations internationales et sport et environnement. Mon entrée dans le CIO me permettra d'avoir des contacts beaucoup plus officiels. Forcément les décideurs vous écoutent un peu plus quand vous les appelez en leur disant que je suis sénégalais et membre du CIO. Comprenez donc qu'à travers ma personne, c'est le Sénégal qui est honoré. C'est le pays qui nous réunit tous!»
 

Lamine Diack, président de l'IAAF :

«Il y a 13 ans, je lui avais cassé les reins (éclats de rire). Quand il a voulu être président du Comité Olympique Sénégalais (c'était en 2002 face à Abdoulaye Sèye Moreau, Ndlr), j'ai dit : non ! Je lui ai dit que ce ne sera pas lui. Il m'a répondu qu'il n'était venu ici pour être 3ème. J'ai rétorqué : "dans ce cas tu ne seras rien". Dans notre génération, celui qui ne rentre pas dans les rangs ne dirigera jamais. Il a accepté. Il a ensuite fait le boulot. Il est à la hauteur et il a toutes les compétences pour faire un bon membre du CIO. Kéba (Mbaye) est parti, Youssou (Ndiaye) est parti. Moi aussi. Il relaie. Il a quelque chose a apporté. Tout le monde en est convaincu

Nawal El Mountawakel, vice-président du CIO :

«Diagna remplace un grand Monsieur du sport mondial qui est Lamine Diack. Le CIO le reçoit à bras ouvert. Diagna est connu pour ses compétences et son professionnalisme. Je suis convaincue qu'il va participer au rayonnement du sport au Sénégal, en Afrique et dans le monde. Je lui souhaite de la chance et de la réussite. Je suis sûre qu'il travaillera avec la même abnégation, le même dévouement pour servir notre mouvement. Personnellement, je suis heureuse parce que nous avons travaillé pendant longtemps sur son dossier. Il n'a pas lâché un seul instant. Je pouvais aussi lire la joie de chaque membre du CIO pour son élection

Yes We "Ken"! Ya! 
Le Kenya a fait une bonne impression aux Mondiaux d'athlétisme de Pékin (Chine). Les Africains ont terminé en tête du classement avec 16 médailles, dont 7 en or.

alt

La 2ème place est occupée par la Jamaïque d'Usain Bolt qui enregistre 12 médailles dont 7 en or.
Les USA prennent la 3ème place et devancent la Grande Bretagne (7 médailles dont 4 en or) et l'Ethiopie (8 médailles, dont 3 en or).
Les Américains, qui empochent le plus grand nombre de médailles de ces Mondiaux, ont aussi décroché 6 médailles d'argent et 6 médailles de bronze. 
 

Il succède au sénégalais Lamine Diack! 
 
L'IAAF (Association Internationale des Fédérations d'Athlétisme) a porté son choix sur Sebastian Coe. Le Britannique a été élu Président, mercredi 19 aout matin à Pékin. 
 

alt

Candidat à la présidence de l'IAAF, au même titre que l'Ukrainien Sergueï Bukbka, à la succession du Sénégalais Lamine Diack (en poste depuis 1999), Sebastian Coe a été élu par le congrès avec 115 voix contre 92.
Double champion olympique du 1500 m et huit fois recordman du monde - aux 800 m, 1 000 m, 1 500 m, Mile et du relais 4 × 800 m- Sebastian Coe, anobli en 2002 (ndlr, il devient Lord Coe de Ranmore), avait piloté le dossier de Londres pour les Jeux Olympiques 2012 dont il fut le président du comité d'organisation.
«Je ne veux pas prendre le pouvoir, mais partager le pouvoir. Je m'offre humblement à servir notre sport. Si vous m'accordez le privilège de conduire l'IAAF, ce sera un voyage que nous ferons ensemble», déclarait-il dans son discours avant l'élection qui le permet de devenir le 6e président de l'IAAF. Lord Coe de Ranmore a aussi fait la promesse de donner durant son mandant 100 000 dollars à chaque fédération affiliée à l'IAAF. Le nouveau Président de l'IAAF prendra officiellement fonction, avec l'ensemble de son bureau, le 31 août au terme des Mondiaux de Pékin (22 au 30 août). 
Sergueï Bubka ne sera pas en marge de l'exécutif de l'instance puisqu'il a été largement élu vice-président avec 187 voix.
Le Qatari Dahlan Al Hamad, président de la Confédération d'Asie, est élu 2e vice-président avec 159 voix.
Avec 115 voix, le Camerounais Hamad Kalkala Malboun, président le la Confédération africaine (CAA), est le 3e vice-président Le Cubain Alberto Juantorena est élu 4e vice-président avec 111 voix.
José Maria Odriozola, président de la Fédération espagnole, a été désigné trésorier.

Africycle! 

Daniel Teklehaimanot ne boude pas son plaisir. L'Erythréen est devenu le premier Africain à endosser le maillot à pois du meilleur grimpeur sur le Tour de France, lors de la 6è étape entre Abbevile et Le Havre (191, 5 km). 

alt

Sensation lors de la 6è étape du Tour de France. L'Erythréen Daniel Teklehaimanot est devenu le premier Africain à endosser un maillot distinctif sur la Grande Boucle. Le coureur de la Team MTN Qhubeka s'est adjugé le maillot à pois du meilleur grimpeur entre Abbeville et Le Havre (191,5 km).

Teklehaimanot a réalisé une 6è étape remarquable faisant partie de l'échappée de 3 coureurs avec Vanbilsen (Cofidis), Quémeneur (Europcar) pendant 165 km, avant de se faire rattraper par le peloton.

Il est passé en tête des 3 côtes du jour. Après s'être imposé en haut de la cote de Dieppe, Teklehaimanot s'est à nouveau imposé au sommet de la cote de Pourville, avant de dominer la cote du Tilleul. Il prend donc seul la tête du classement du meilleur grimpeur avec 3 points. 

Les Africains commencent à briller sur la grande Boucle. l'année dernière déjà, le Sud-africain Daryl Impey est devenu le premier Africain à endosser le maillot jaune.