EAT ALÌ: De "Eataly" à l'idée géniale d'un épicier immigré - Africa Nouvelles

Curiosités

Pour sa petite épicerie à Turin, Asad Ullah a choisi un nom qui fait les honneurs à la célèbre chaîne alimentaire de l'homme d'affaires italien, Giuseppe Farinetti; «Eataly»! ce petit boutiquier pakistanais est devenu célèbre.

  

Digne d'un véritable génie du marketing. Prendre une marque de l'excellence gastronomique et culinaire italienne et, ajoutant un petit espace et changeant une lettre, la transformer en l'enseigne d'une épicerie gérée par un immigré: De «Eataly», à «Eat Ali»! 

Le génie en question est Asad Ullah, Pakistanais, arrivé en Italie en 1983. Après toutes sortes de boulots, d'ambulant à ouvrier d'usine, il a décidé de lancer une petite entreprise commerciale, ouvrant un magasin à Corso Belgio 42, à Turin, choisissant un nom spécial. Un nom qui, dit-il, voulait rendre hommage à la chaîne d'Oscar Farinetti: un nom qui surprenne, amuse et surtout reste en tête. 

 Un reçu de "Eat Ali" a circulé sur Facebook donnant à Asad son quart d'heure de célébrité, derrière le comptoir où il bosse avec son neveu Zahid. De grâce, n'appelez pas sa créature "magasin ethnique". Ne serait-ce que parce que les étagères sont pleines de délices italiens.

«Quand j'ai ouvert, j'ai immédiatement décidé de ne pas en faire un bazar de seuls produits ethniques pour étrangers, vendus par des étrangers», raconte Asad.

Et le jeune boutiquier pakistanais d'expliquer: «Aussi parce que si je m'étais adressé uniquement à mes compatriotes et à d'autres immigrés, je n'aurais pu puiser que dans un maigre 10% de la clientèle. Les 90% de ceux qui viennent acheter à manger ici et, plus généralement dans les magasins, sont des Italiens, et je voulais vendre des produits pouvant les intéresser», conclut l'entreprenant entrepreneur Asad Ullah, dans toute la fierté de son génie de marketing forgé par sa condition d'immigré.

A noter que la chaîne alimentaire "Eataly" elle-même a choisi une publicité pleine page (voir ci-dessous) pour féliciter le directeur de "Eat Alì", Asad Ullah, pour sa "génialité" entrepreneuriale. (ci-dessous la page publicitaire de "Eataly")

 

(TRADUCTION)

Il y a manière et manière de copier.

Mais quand c’est copié intelligence… chapeau!

EAT, ALI

Copier. On le disait déjà sur les bancs

d’école. C’est in art et il faut savoir le faire

avec style. Asad Ullah, un jeune

du Bangladesh, propriétaire d’une petite

alimentation, situé à Corso Belgio

à Turin, a montré un grand

sens de l’humour et des compétences

entrepreneuriales, appelant son magasin

« Eat, Ali ». Nous sommes fiers et amusés.

Nous avons en effet  fait nos félicitations

à Asad qui s’est démontré un de nos 

grands fans