Variétès - Africa Nouvelles

Félicitations à la Miss!

Dorcas ANKWANDA a rempli 90% d'éléments imposés par le critérium. De la taille, en passant par la démarche et la beauté physique, jusqu'à la maitrise générale du concept francophonie, cette Congolaise de 19 ans a été à la hauteur des ententes d'un jury exigeant lors de la soirée élective de la plus belle fille Francophone d'Afrique tenue le 9 octobre 2015, en la salle Okapi, de l'Hôtel Venus, à Kinshasa.

Félicitations à la miss! 

L’apothéose du concours de beauté Awoulaba CI 2015 a consacré Kouacou Laéticia Ines Oussou (26 ans), Awoulaba Koumassi, lors de la finale le samedi 08 août au Palais de la Culture de Treichville. 

alt

Célibataire avec un enfant, elle est montée sur la plus haute marche du podium avec 162 points sur 210, succédant ainsi à Diane Kodia, Awoulaba CI 2014 qui fut également Awoulaba de la commune de Koumassi. La 1ère Saraman, Mme Kouacou Adjo Laéticia Noëlle (161 points), âgée de 29 ans, caissière de profession, est mariée. Elle représentait la région du Gbêkê. Quant à la 2ème Saraman, Pekacou Carmen Marie-Ange, âgée de 31 ans, a obtenu 159 points. Assistante de direction et célibataire avec un enfant, elle est l’élue de la commune du Plateau. Le prix du meilleur message a été décerné à Bla Kouamé Nadège, épouse Appagni.

Cette finale était placée sous le parrainage de la première Dame, Mme Dominique Ouattara représentée par Mme Anne Désirée Oulotto, ministre de la Solidarité, de la Famille, de la Femme et de l’Enfant. Elle a remis à l’Awoulaba 2015 une enveloppe de 1,5 million de Fcfa. Les deux Saramans ont reçu chacune 1 million de Fcfa. Quant aux autres candidates finalistes, elles ont reçu la somme de 1,5 million de F cfa en partage. Et le comité Awoulaba CI, présidé par Jonas Lago, a reçu une enveloppe de 500 000 CFA.

La soirée s’est déroulée dans une belle ambiance. Elle a débuté par une parade des 18 candidates en boubou. Ensuite, le concours a démarré véritablement avec le premier passage en boubou, au cours duquel chacune des candidates a livré un message sur les bienfaits du planning familial. Après un intermède musical, le deuxième passage a dévoilé les candidates en tenue maxi. Enfin, au dernier passage, le public a apprécié d’autres atouts en elles dans la tenue traditionnelle. Dans l’ensemble, les candidates ont émerveillé la salle à travers leurs différentes tenues mettant en valeur les richesses culturelles de toutes les régions de la Côte d’Ivoire, et même de la sous-région. Ce passage terminé, JC Pluriel a marqué la scène de trois grandes prestations, avant d’arriver à la proclamation des résultats.

Le concours Awoulaba CI se veut une rencontre de la célébration des canons de la beauté africaine. À ce titre, les différentes personnalités qui se sont succédé lors des allocutions ont encouragé ces dames à vaincre le stress pour offrir le meilleur d’elles-mêmes lors de ce concours Awoulaba

Félicitations à la Miss élue! 

Placée sous le haut patronage de la première dame du Congo, Antoinette Sassou N'Guesso, la 18ème édition de l'élection Miss Congo, qui s'est déroulée dans la soirée du 26 juillet 2015, a mis aux prises 28 candidates. 

alt

Cette élection de Miss Congo a tenu ses promesses. À propos du thème, «Les années ...», Pupuce Ngalla Ibata-Mouetoukouenda, présidente du comité d'organisation de l'élection Miss Congo (COMICO), a déclaré que les années passent et se succèdent, les civilisations évoluent, de même que la culture. Le Comico n'a cessé d'être au rendez-vous de cette nouvelle influence culturelle et s'inscrit toujours dans cette vision de rehausser l'image de la femme congolaise dans sa splendeur et dans sa beauté. «Ces années, remplies de souvenirs et d'émotions ont marqué aussi bien la population congolaise, les parents des candidates, les candidates, les lauréates et les partenaires qui nous ont fait confiance et qui ne cessent de nous faire confiance davantage». 

Pour cette 18ème édition comme pour les précédentes éditions, pour être élue Miss, il fallait remplir certains critères. Parmi ceux-ci, être de nationalité congolaise, célibataire sans enfant, avoir une taille entre 1,68m et 1,75m, être âgée de 18 à 25 ans, présenter la meilleure harmonie et savoir les mettre en valeur. C'est ce que les 218 candidates ont essayé de montrer à travers les différents passages en tenues cow-boy, traditionnelle, bikini (ou tenue de plage), ville et soirée.

Le moment fatidique de cette élection a été la série des questions et réponses avant que le jury ne se déplace pour le choix des lauréates. Le jury présidé par Vérone Mankou, patron de l'entreprise VMK, a rendu publics les résultats suivants:

♦ Miss Congo 2015, Michelle Yako, 21 ans, étudiante en 2ème année de management (Première dauphine de Miss Likouala);

♦ Première dauphine et Miss Fair-play, Renn Mahoungou, 18 ans élève en 1ère D (Deuxième dauphine Miss Kouilou);

♦ Deuxième dauphine, Grâcia Ikosso, 19 ans, élève en première D (Première dauphine Miss Pointe-Noire); .

♦ Miss élégance, Grâce Ibakoko, 21 ans étudiante en 1ère année de logistique et transport (Miss Niari);

♦ Miss charme, Emma Baka, 19 ans, élève en terminale D (Miss Kouilou); 

La soirée a été agrémentée par les Bantous de la capitale, Bana C6, et les Très fâchés Mouyirika.

La particularité de la 18ème édition, c'est le fait que la couronne a été remise à la Miss élue par la présidente du COMICO, qui l'a remise au directeur de cabinet du ministre de la Culture et des arts, Célestin Akoulafoua, qui, à son tour l'a fait porter à la Miss. Alors qu'habituellement, c'est la Miss sortante qui la remet à celle qui lui succède. Cela n'a pas été le cas, parce que la Miss Congo 2014 a été récemment destituée pour cas d'incivisme.

«Je suis vraiment émue. Je ne m'attendais pas à ça parce que c'était pas du tout facile, certes je m'attendais être au moins dans le dernier trio. J'encourage celles qui n'ont pas été élues. Je vais respecter les lois et principes du Comico afin de ne pas tomber dans le coup de la Miss sortante. J'aimerais dédier cette couronne à ma maman», a déclaré Michelle Yako.

À quelques heures de la tenue de la 18ème élection de Miss Congo, le ministre de la Culture et des arts, Jean Claude Gakosso, a reçu le 25 juillet dans son cabinet de travail, les candidates à cette compétition de beauté conduites par la présidente du Comico, Pupuce Ngalla-Ibata Mouetoukouenda.

«Si vous gagnez, cela ne veut pas dire que les autres ne sont pas belles. De même, celles qui ne gagneront pas n'auront pas démérité. Parfois c'est juste un petit détail qui fait que l'on ne soit pas retenu. C'est pourquoi, vous devez être naturelles et élégantes lorsque vous répondez aux questions. Dites ce qui vient du fond de votre cœur. Ne trichez pas», leur avait conseillé le ministre de la culture. Et d'ajouter: «La femme noire est belle et vous êtes belles. Ne soyez pas complexées par la couleur de la peau. Restez telles que vous êtes. La beauté africaine avant tout».

Un si beau joyau architectural! 

L’incendie survenu, mercredi 24 juin, à l’immeuble "La Pyramide", au Plateau, le quartier des Affaires d’Abidjan, est parti d’une gaine électrique au 14e étage, a expliqué le commandant du Groupement des sapeurs-pompiers militaires (GSPM), le colonel Issa Sako. 

alt

Le colonel Issa Sako a ajouté que «des projections de braises sont descendues jusqu’au sous-sol» de cet immeuble de 15 étages avant d’«être maitrisées».

L’incendie dont l’origine reste inconnue s’est déclaré mercredi vers 07H00 GMT (heure locale) dans ce bâtiment déclaré non habitable par le gouvernement ivoirien, en raison d’une dégradation avancée.

Construit dans les années 70, l’immeuble Pyramide, bien qu’inhabité,  est squatté par des personnes qui ont tous été dégagées par la police, a précisé M. Sako. Ces individus devraient être entendus pour nécessité d’enquête, selon une source sécuritaire. 

Quelque 60 éléments du GSPM ont été déployés sur les lieux pour circonscrire cet incendie qui «n’a pas fait de victime», a fait savoir le commandant du GSPM.

Journée Nationale de la Cote d'Ivoire! 
 
Le Président de la République, SEM Alassane OUATTARA, a présidé, ce mardi 11 août 2015, à Milan, en Italie, la ‘’Journée Nationale de la Côte d’Ivoire’’, à l’occasion de l’Exposition universelle de Milan 2015. 

alt

Arrivé à Milan en milieu de matinée, en compagnie de la Première Dame, Mme Dominique OUATTARA, le Chef de l’Etat a d’abord eu des entretiens avec les autorités italiennes, notamment Mme Paolo DI MICHELI, Sous- Secrétaire d’Etat à l’Economie et aux Finances.
Intervenant à cette occasion, le Président Alassane OUATTARA, a salué et remercié ses hôtes pour l’honneur fait à la Côte d’Ivoire à travers la "Journée spéciale " qui lui est dédiée.
A cet égard, il a tenu à féliciter tous ‘’les professionnels et les techniciens qui n’ont ménagé aucun effort pour concevoir, aménager et faire du pavillon de la Côte d’Ivoire, "un lieu qui permet d’offrir aux visiteurs de l’Expo Milan, le meilleur de la terre ivoirienne’’.
Le Président de la République, a par ailleurs mis en exergue les liens d’amitié entre la Côte d’Ivoire et l’Italie, "deux pays qui ont décidé de rechercher dans la solidarité et la confiance mutuelle, les solutions aux défis qui interpellent l’humanité, notamment la disponibilité de ressources alimentaires, saines et abondantes pour tous, à l’horizon 2050’’.
Abordant le thème de la présente édition de l’exposition universelle «Nourrir la Planète - Energie pour la Vie», le Chef de l’Etat a souligné qu’il était d’une importance capitale pour l’humanité, tant la faim et la malnutrition sévissent encore, hélas, dans de nombreuses régions du monde et particulièrement en Afrique. Aussi, a-t-il souhaité que cette exposition mette en évidence les solutions et les bonnes pratiques, adaptées aux réalités de nos pays et qu’elle contribue de manière significative à la réduction de la malnutrition et à la promotion du développement
durable.
Après s’être félicité de la contribution de notre pays pour nourrir le monde, grâce notamment au cacao dont il est le premier producteur mondial ou encore la banane ou l’ananas dont il est le premier producteur africain, le Président Alassane Ouattara a mis en exergue les performances de la Côte d’Ivoire au plan agricole, depuis la mise en œuvre du Programme National d’Investissement Agricole (PNIA), d’un montant global d’environ 3 milliards d’euros (plus de 2000 milliards CFA) pour la période 2012-2015.
A titre d’exemple, il a souligné que grâce au PNIA, le cumul des productions vivrières est passé d’environ 12 millions de tonnes en 2011 à 16 millions de tonnes en 2014, soit une augmentation de 33% en 4 ans.
Quant au riz qui constitue une denrée alimentaire consommée partout en Côte d’Ivoire, la production de riz blanchi a fait un bond spectaculaire de 793.000 tonnes, passant de 550.000 tonnes en 2011 à 1.343.000 tonnes en 2014.
C’est pourquoi, le Chef de l’Etat a ajouté qu’en venant à Milan, son objectif était de ‘’partager notre expérience et notre savoir-faire mais aussi marquer notre volonté de créer des opportunités pour notre commerce extérieur avec l’Italie’’.
Pour terminer, le Président de la République a invité les entreprises italiennes, dont le savoir-faire est reconnu, à saisir les importantes opportunités d’affaires qu’offre la Côte d’Ivoire et à contribuer ainsi à son développement.
Après cette cérémonie, le Chef de l’Etat, son épouse et la délégation qui les accompagnait, ont visité successivement les Pavillons de la Côte d’Ivoire et de l’Italie. 
 

Félicitations à la Miss! 

La 8ème édition de l'élection Miss FESPAM (Festival Panafricain de Musique) a mis en compétition 13 candidates. La soirée a eu lieu dans la salle de banquets du palais des Congrès, le 21 juillet 2015, sous le patronage du ministre congolais de la Culture et des arts, Jean Claude Gakosso. À ses côtés, l'ambassadeur du Congo à Cuba et la représentante du ministre de la Culture et des arts de la République Démocratique du Congo (RDC). 

alt

Présidée par Chantal Ickonga-Akindou, l'élection Miss FESPAM 2015 a réuni 13 demoiselles respectivement miss dans leur différents pays d'origine, excepté la Côte-d'Ivoire qui s'est fait représenter par sa 1ère dauphine, la miss étant empêchée. Il s'est agi, entre autres, des miss des pays suivants: Bénin, Burkina Faso, Burundi, Cameroun, Centrafrique, Congo- Brazzaville pays hôte, RD Congo, Côte-d'Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Mali, Rwanda et Tchad.

Après 4 sorties en tenues décontractée, de vérité ou bikini, traditionnelle et tenue de soirée, les 13 candidates ont été soumises à la rude épreuve des questions-réponses. Une autre étape qui serve à évaluer intellectuellement les candidates. Le jury international était composé de 6 membres et présidé par Claure Kombo, directeur général du livre et de la lecture publique au ministère de la Culture et des arts de la République du Congo.

Mama Aïsata Diallo, miss Guinée Conakry, 19 ans, 1,55m pour 55kg, étudiante en première année sciences et responsable d'une organisation non gouvernementale (ONG) Miss humanitaire, a été choisie "Deuxième dauphine"; 

♦ La miss gabonaise, Christine Pitty, 22 ans, 1,72m pour 54kg, étudiante en 1ère année de droit, maquilleuse depuis l'âge de 3 ans, a été choisie "Première dauphine"; 

♦ Et enfin, Hyllen Legre, métissée de père ivoirien et de mère algérienne, 23 ans, 1,78m, 69 kg, étudiante en communication (préparation de master), miss Côte d'Ivoire et 1ère dauphine miss Côte d'ivoire, double fois championne de karaté, a été élue "Miss FESPAM 2015".

«Je suis fière d'être l'ambassadrice de la beauté ivoirienne au Congo et surtout de la beauté africaine. Nous sommes toutes belles, car toutes les filles qui étaient-là ce soir sont déjà des miss respectivement dans leur pays. C'est donc une fierté pour moi, car je suis seulement la première dauphine de mon pays et je suis élue Miss FESPAM 2015 face à des miss à un niveau très élevé. J'espère que le président de la République de Côte d'Ivoire, qui est en séjour de travail en République du Congo, sera satisfait de ma prestation et sera fier de moi». Avant d'ajouter qu'elle essayera de ne pas décevoir les personnes qui la soutiennent. «J'ai différents projets à commencer par celui avec une ONG visant à dénicher les talents dans les domaines culturel et sportif afin de les amener à un niveau professionnel. J'ai un autre encore qui me tient particulièrement à cœur, celui d'aider les mères jeunes à ne pas confier leurs enfants à quelqu'un ou à les mettre en adoption pour qu'elles puissent travailler ou aller à l'école et éduquer leurs enfants». 

Hyllen Legre succède à la Rwandaise Aurore Umutesi Kayibanda, Miss FESPAM 2013. Cette dernière avait reçu une enveloppe de 3 millions CFA, plus un billet d'avion Kigali-Paris-Kigali. Par ailleurs, jusqu'à la fin de la soirée, aucune promesse n'a été faite pour la miss FESPAM 2015.

La soirée a été animée par l'artiste Bozi Banz et le comédien franco-congolais Phil Marwin à la fois maître de cérémonie.

Avant la tenue de cette compétition, les 13 candidates ont été reçues par le ministre de la Culture et des arts, qui leur a prodigué quelques conseils, notamment sur la bonne tenue, et surtout de sentir à l'aise pendant la série des questions-réponses.

Un accueil présidentiel?

Mariam Sankara est de retour sur la terre de ses ancêtres où repose son époux. La veuve de l'ancien président Thomas Sankara est arrivée le jeudi 14 mai 2015 à Ouagadougou. Elle a été accueillie par une importante foule. 

alt

Après 27 ans d'exil à Montpellier, en France, Mariam Sankara, la veuve de l'ancien président burkinabè, Thomas Sankara, est rentrée au pays, le jeudi 14 mai 2015, aux environs de 16H30 mn. Elle a été accueillie à l'aéroport international de Ouagadougou par une foule nombreuse constituée de jeunes, de femmes et d'hommes politiques épousant l'idéologie sankariste. Dès sa sortie de l'aéroport, Mme Sankara s'est dit fière de fouler le sol burkinabè. «C'est avec beaucoup de joie que je rentre au pays et je tiens à remercier tous ceux qui ont contribué à cela», a-t-elle déclaré.

Séance tenante, elle a rendu hommage à tous les martyrs du Burkina Faso, à la société civile, aux femmes, à la jeunesse et à tous ceux qui œuvrent pour que la vérité éclate sur la mort de son époux. A sa demande, une minute de silence a été observée à la mémoire de ceux qui sont tombés lors de l'insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, dont l'action a occasionné le départ de Blaise Compaoré. Pour elle, la «forte mobilisation» des Burkinabè pour l'accueillir démontre une fois de plus que Thomas Sankara reste vivant dans la mémoire du peuple. Elle a aussi traduit sa reconnaissance aux autorités de la Transition et souhaité que les élections soient transparentes pour que le Burkina ait un président à même de bien le diriger. Avant de quitter l'aéroport, elle a annoncé une visite des tombes des martyrs de l'insurrection, le vendredi 15 mai au cimetière de Gounghin.

De sources bien introduites, durant son séjour au pays, Mariam Sankara sera auditionnée par le juge en charge de l'enquête sur la mort de son époux, le 18 mai prochain. Aussi prendra-t-elle part à la convention des partis sankaristes qui se tient les 16 et 17 mai 2015.