EBOLA: Des anticorps de survivants pour développer des vaccins! - Africa Nouvelles

ÉVÉNEMENTS

Virer le virus! 

Des médecins envisagent de développer des vaccins contre la maladie à virus Ebola, en prélevant des anticorps à partir de survivants pour ensuite les injecter chez les malades et soutenir leurs défenses immunitaires, ont annoncé des chercheurs de l'Institut Pasteur, à Paris.

alt

Des médecins envisagent de développer des vaccins contre la maladie à virus Ebola, en prélevant des anticorps à partir de survivants pour ensuite les injecter chez les malades et soutenir leurs défenses immunitaires, ont annoncé des chercheurs de l'Institut Pasteur, à Paris.Il s'agit là d'une évolution importante pour Sylvain Baize, le directeur du Centre national de référence des fièvres hémorragiques virales, selon qui, cette initiative "peut marcher et surtout au moins, on aura la réponse. Le fait d'offrir ce traitement-là, même si ça ne marche pas d'un point de vue thérapeutique, ça marchera d'un point de vue social, car cela resocialisera les survivants". 

Les médecins ne peuvent pour l'instant traiter que les symptômes de la maladie, pas le microbe lui-même, mais l'Institut Pasteur a mis en place une task force pour renforcer la collaboration des équipes sur le terrain et accélérer les recherches sur le virus. 

En plus de pouvoir offrir leurs anticorps, les survivants de la fièvre Ebola qui a fait plus de 2000 morts en Afrique de l'Ouest (Sierra Leone, Liberia, Guinée et Nigeria) sont recherchés pour convaincre les malades de rejoindre les centres de santé, ajoutent les chercheurs.

Un patient qui vient à temps "a un meilleur pronostic pour son évolution et cela permet aussi de limiter les contacts potentiels qu'il pourrait y avoir", a expliqué Amadou Sall, de l'Institut pasteur de Dakar. 

Selon le ministre sénégalais de la Santé et de l'Action sociale, Awa Marie Coll Seck, le Sénégal ne compte actuellement aucun cas de virus Ebola, après la guérison du "cas importé" relatif au jeune Guinéen qui recevait jusque-là, des soins au service des maladies infectieuses du Centre hospitalier universitaire de Fann, à Dakar.

"Les résultats des dernières analyses effectuées sur ce patient venu de la Guinée sont négatifs", a précisé le ministre, selon qui le malade mis en quarantaine au centre hospitalier est en convalescence.

Le Sénégal avait annoncé le 29 août dernier la présence sur son territoire d'un jeune Guinéen infecté par le virus, et placé depuis lors en isolement.