MISS CONGO 2015: Michelle Yako, sacrée reine de la beauté! - Africa Nouvelles

ÉVÉNEMENTS

Félicitations à la Miss élue! 

Placée sous le haut patronage de la première dame du Congo, Antoinette Sassou N'Guesso, la 18ème édition de l'élection Miss Congo, qui s'est déroulée dans la soirée du 26 juillet 2015, a mis aux prises 28 candidates. 

alt

Cette élection de Miss Congo a tenu ses promesses. À propos du thème, «Les années ...», Pupuce Ngalla Ibata-Mouetoukouenda, présidente du comité d'organisation de l'élection Miss Congo (COMICO), a déclaré que les années passent et se succèdent, les civilisations évoluent, de même que la culture. Le Comico n'a cessé d'être au rendez-vous de cette nouvelle influence culturelle et s'inscrit toujours dans cette vision de rehausser l'image de la femme congolaise dans sa splendeur et dans sa beauté. «Ces années, remplies de souvenirs et d'émotions ont marqué aussi bien la population congolaise, les parents des candidates, les candidates, les lauréates et les partenaires qui nous ont fait confiance et qui ne cessent de nous faire confiance davantage». 

Pour cette 18ème édition comme pour les précédentes éditions, pour être élue Miss, il fallait remplir certains critères. Parmi ceux-ci, être de nationalité congolaise, célibataire sans enfant, avoir une taille entre 1,68m et 1,75m, être âgée de 18 à 25 ans, présenter la meilleure harmonie et savoir les mettre en valeur. C'est ce que les 218 candidates ont essayé de montrer à travers les différents passages en tenues cow-boy, traditionnelle, bikini (ou tenue de plage), ville et soirée.

Le moment fatidique de cette élection a été la série des questions et réponses avant que le jury ne se déplace pour le choix des lauréates. Le jury présidé par Vérone Mankou, patron de l'entreprise VMK, a rendu publics les résultats suivants:

♦ Miss Congo 2015, Michelle Yako, 21 ans, étudiante en 2ème année de management (Première dauphine de Miss Likouala);

♦ Première dauphine et Miss Fair-play, Renn Mahoungou, 18 ans élève en 1ère D (Deuxième dauphine Miss Kouilou);

♦ Deuxième dauphine, Grâcia Ikosso, 19 ans, élève en première D (Première dauphine Miss Pointe-Noire); .

♦ Miss élégance, Grâce Ibakoko, 21 ans étudiante en 1ère année de logistique et transport (Miss Niari);

♦ Miss charme, Emma Baka, 19 ans, élève en terminale D (Miss Kouilou); 

La soirée a été agrémentée par les Bantous de la capitale, Bana C6, et les Très fâchés Mouyirika.

La particularité de la 18ème édition, c'est le fait que la couronne a été remise à la Miss élue par la présidente du COMICO, qui l'a remise au directeur de cabinet du ministre de la Culture et des arts, Célestin Akoulafoua, qui, à son tour l'a fait porter à la Miss. Alors qu'habituellement, c'est la Miss sortante qui la remet à celle qui lui succède. Cela n'a pas été le cas, parce que la Miss Congo 2014 a été récemment destituée pour cas d'incivisme.

«Je suis vraiment émue. Je ne m'attendais pas à ça parce que c'était pas du tout facile, certes je m'attendais être au moins dans le dernier trio. J'encourage celles qui n'ont pas été élues. Je vais respecter les lois et principes du Comico afin de ne pas tomber dans le coup de la Miss sortante. J'aimerais dédier cette couronne à ma maman», a déclaré Michelle Yako.

À quelques heures de la tenue de la 18ème élection de Miss Congo, le ministre de la Culture et des arts, Jean Claude Gakosso, a reçu le 25 juillet dans son cabinet de travail, les candidates à cette compétition de beauté conduites par la présidente du Comico, Pupuce Ngalla-Ibata Mouetoukouenda.

«Si vous gagnez, cela ne veut pas dire que les autres ne sont pas belles. De même, celles qui ne gagneront pas n'auront pas démérité. Parfois c'est juste un petit détail qui fait que l'on ne soit pas retenu. C'est pourquoi, vous devez être naturelles et élégantes lorsque vous répondez aux questions. Dites ce qui vient du fond de votre cœur. Ne trichez pas», leur avait conseillé le ministre de la culture. Et d'ajouter: «La femme noire est belle et vous êtes belles. Ne soyez pas complexées par la couleur de la peau. Restez telles que vous êtes. La beauté africaine avant tout».