Variétès - Africa Nouvelles

La fin d'un lieu mythique de la java abidjanaise.

Cette rue célèbre pour ses «maquis» et boîtes de nuit, haut lieu de la vie nocturne de la capitale économique ivoirienne, fait les frais d'une opération «pays propre», initiée par le ministère de la Salubrité urbaine.

Qui en Afrique francophone n'a pas entendu parler de la rue Princesse? En Côte d'Ivoire, on dit souvent à l'étranger de passage qu'il ne connaîtra pas vraiment Abidjan s'il n'a pas goûté l'ambiance déjantée de ce rendez-vous des fêtards.

Il faut dire que le lieu était impressionnant. Sur deux kilomètres se succédaient des boîtes de nuit et des maquis, ces restaurants typiquement ivoiriens. Sur des terrasses géantes, chaque échoppe avait sa sono tonitruante, hurlant les derniers tubes de «coupé décalé» ou de «zouglou», tandis que les dj rivalisaient d'adresse au micro.

Dans cette incroyable et joyeuse cacophonie, des milliers de personnes venaient chaque semaine y boire et danser. Sur les tables, les bouteilles de bière de 50 cl, s'accumulaient par dizaines et il n'était pas rare de voir des clients se lever pour se trémousser.

C'était aussi un lieu de mélange social, où les jeunes des quartiers populaires pouvaient côtoyer des Ivoiriens plus aisés venus s'encanailler.

On se rappelle que l'ancien président, Laurent Gbagbo, y avait amené son «camarade» socialiste Jack Lang, en 2008.

Mais beaucoup d'autres personnalités, comme le footballeur ivoirien Didier Drogba, faisaient partie des habitués. La rue Princesse, où une multitude d'artistes se produisaient dans les cabarets, était aussi le rendez-vous incontournable de la culture populaire urbaine ivoirienne.

L'endroit était si réputé en Côte d'Ivoire, que le cinéaste Henri Duparc, lui a consacré un film.

Mais la rue Princesse suscitait aussi des critiques, en raison des constructions anarchiques, de l'insalubrité, du bruit et de la prostitution. D'où la décision du gouvernement, qui dit vouloir faire la chasse au désordre urbain et aux passe-droits, de frapper un grand coup.

Bruno Koné, Porte-parole du gouvernement ivoirien

"Cela n'a rien à voir avec la volonté du gouvernement de voir les jeunes revenir à des principes moraux. Il s'agit de faire respecter des règles de construction. Les personnes concernées ne seront pas au chômage si les propriétaires s'installent dans des locaux conformes", a déclaré Bruno Koné, Porte-parole du gouvernement ivoirien.

Les bulldozers sont donc intervenus, au grand dam des fêtards mais aussi des patrons d'établissements et de leurs employés, désormais au chômage.

"La rue Princesse, c'était une rue merveilleuse où il y avait de la joie! Je suis abattu car on a que ça pour vivre. Ils ne vont même pas nous dédommager", se plaint un propriétaire de maquis.

Unique date en Italie de la star musicale africaine du moment.

Une idée de "Les Enfants Prodiges & BlackTime" en collaboration avec Movidazouk, qui offre la belle surprise d'après les vacances d'été: l'artiste afro le plus populaire du moment, Fally Ipupa alias "El maravilloso, El PIB de Oro, El pitchitchi", une véritable icône des jeunes Africains arrive à Rome pour la première fois!


Fally Ipupa s'exhibera en Italie, le 3 septembre (unique date italienne), dans le cadre du projet "Black garden", événement pour la promotion des diverses expressions e de l'âme de la culture black, dans ses nombreuses formes.


"Après de nombreuses demandes de notre public affectionné, voilà un autre artiste, internationalement acclamé partout dans le monde, Fally Ipupa !!!!! Il nous offrira une expérience inoubliable.
Nous sommes en attente d'un événement spécial à ne pas manquer!", souligne l'organisation. 

 

Après le premier disque d'or conquis avec "Droit Chemin", Fally Ipupa confirme sa position de leader incontesté avec un deuxième album «Arsenal de Belles Mélodies». Il apporte une nouvelle dimension à la musique africaine, collaborant avec R. Kelly, dans son nouveau projet "ONE 8 - Hands Across the World" pour aider à développer le continent africain.

C'est le premier artiste de sa génération à tenter l'aventure d'une carrière musicale bivalente, conjugant innovation et tradition.


BLACK GARDEN VILLAGE 

(au Tennis Garden Club)

Dans la suggestive corniche du Club Tennis Garden, immergé dans les verdoyants Parcs Appia Antica et des Aqueducs, tous les samedis, le "Black Garden Village" ouvre tous ses espaces à des événements de promotion de l'âme de la culture afro-latino-américaine, dans ses multiples formes: du hip-hop, R & B au reggaeton, de la musique latine à l'afro et bien plus encore.

Les contenus artistiques de l'événement ont été concentrés sur un mini-festival qui, chaque semaine, abrite sur ses podiums, de grands noms, dans l'objectif de promouvoir toutes sortes de compétences et capacités expressives.

Lancé depuis le 21 mai, le projet "Black Garden" a accueilli des artistes internationaux du calibre de Kaysha et Awilo Longomba, qui se sont exhibés pour la première fois en Italie, sans oublier les nouveaux talents qui évoluent dans la péninsule italienne.

Le "Black Garden Village" offre également:

● 3 pistes de danse,

1 grande piscine,

3 bars,

2 zones privées

1 zone de relax.


BLACK GARDEN VILLAGE

Une idée de: "Les Enfants Prodiges & Black Time"
En collaboration avec: Movidazouk

Sélections musicales:

Djs KOKOB, CARLOS, MR.PHIL, RAMIREZ, DESIRE, PAT e KIN

BILLET UNIQUE: 15€
Réservation conseillée *

Pour tous renseignements:
+39.377.20.65.242 - info(at)movidazouk.com
Web: http://www.movidazouk.com/ -

Facebook: http://www.facebook.com/ousti.movidazouk

BLACK GARDEN (C/o Tennis Club Garden)
Via delle Capannelle, 217 - Roma
(Arrêt Metro Cinecittà)

 

Milton Kwami

 

Elle succède au palmarès à Marie Barbara Matagnigni.

Sophie Christine Ngnamgnouet, étudiante de 22 ans, a remporté le concours de Miss Cameroun. Elle était la 2e dauphine Ouest au départ de la finale de la 8e édition du concours de beauté national, qui s'est tenu au Palais des congrès de Yaoundé.

Aux premières heures du jour suivant, elle arborait la couronne de reine de beauté.

Etudiante en 3e année de droit à l'université de Dschang, Sophie Christine Ngnamgnouet, 22 ans, 1,75m et un sourire brevetable, est la nouvelle Miss Cameroun. Elle succède au palmarès à Marie Barbara Matagnigni, qui lui a d'ailleurs posé la couronne sur la tête. Et l'a prise dans ses bras lors des premiers sanglots d'émotion.

Epilogue d'une longue nuit au cours de laquelle 4 autres finalistes sur les 25 engagées ont été primées comme premières dauphines:

● Nationale: Raïssa Djohenda Tosi (Miss Extrême-Nord);

● Centre: Odile Essama Ngono (Miss Centre);

● Ouest: Karel Choumkeu Bandji (Miss Ouest);

● Sud: Edith Thérèse Marie Bengono (Miss Sud).


Du 15 au 21 août 2011, au Lac Trasimeno (Perugia)

En août, se tiendront des vacances d'études dédiées à:

● la danse africaine;

● percussions;

● danses populaires;

● training dui bien-être.

 

Les stages seront tenus par des experts des diverses disciplines:

■ BARBARA MOUSY (danseuse de la Compagnie KONKOBA);

■ SEYDOU DAO (célèbre percussionniste du Burkina Faso);

■ IOLE FIORENZATO (maîtresse de Reiki et bioénergétique,
■ FRANCESCA SPALLONE  (maîtresse de danses populaires).

 

La rencontre se tiendra au C.E.A. PANTA REI, un village écologique situé sur les collines du Lac Trasimeno (Umbria), créé avec d'intéressantes techniques de bio-construction.

Le stage est ouvert également aux débutants des diverses disciplines.



Le stage comprend:

■ la partecipation aux cours (5 leçons pour chaque);

■ le logement au centre;

■ tous les repas durant le séjour (cuisine africaine et locale).

 

N.B.: On peut fréquenter des cours sans pour autant loger dans le centre.

 

Liaisons directes avec la gare de Passignano (Perugia).

 

Quotas à partir de 390 € tous compris.


INFOS Et INSCRIPTIONS

Barbara Mousy
tel 06 24400692, cell 335 6109670
e-mail: mousy(at)tiscali.it  - www.afrodanza.it