Variétès - Africa Nouvelles

Le verdict dicte! 

Selon la juge Thokozile Masipa, du tribunal de Pretoria en Afrique du Sud, Oscar Pistorius n'est pas coupable du meurtre de Reeva Steenkamp le 14 février dernier. Mais cela ne signifie pas pour autant que l'ex-champion paralympique ne sera pas condamné. 

alt

Selon la juge Thokozile Masipa, du tribunal de Pretoria en Afrique du Sud, Oscar Pistorius n'est pas coupable du meurtre de Reeva Steenkamp, le 14 février dernier (Jour de Saint-Valentin ndlr). Mais cela ne signifie pas pour autant que l'ex-champion paralympique ne sera pas condamné. La juge estime qu'Oscar Pistorius n'est pas coupable de meurtre. Pour justifier son jugement, elle a expliqué qu'il y a une différence entre tirer sur quelqu'un et vouloir le tuer. Est-ce que l'athlète entendait tuer sa compagne quand il a tiré sur la porte des toilettes? L'athlète paralympique a toujours dit croire à un intrus, un cambrioleur, affirmant ensuite que dans la panique, il avait tiré sans vraiment réfléchir, sans vraiment s'en rendre compte. 

Toute la question est là, est-ce qu'il comptait tuer? La juge Thokozile Masipa a estimé que non, en raison de son comportement tout de suite après le drame: il a appelé la sécurité, la police, il a demandé à un médecin arrivé sur les lieux d'essayer de la réanimer. Dans les minutes qui ont suivi, il a tout de suite dit qu'il s'était trompé, qu'il ne voulait pas la tuer. Le juge a estimé que, vu l'état de choc dans lequel il était, il n'aurait pas pu réfléchir à sa défense. Pas d'inculpation pour meurtre donc! 

Une heure plus tôt, le juge avait déjà écarté le meurtre par préméditation demandé par le procureur. Il reste donc la qualification d'homicide involontaire ou l'acquittement. Quelques remarques faites par la juge laissent supposer qu'il n'y aura pas d'acquittement, demandé par la défense.

Concernant l'accusation d'homicide, il n'y a pas de peine définie: cela peut être sanctionné par une peine de prison ou de prison avec sursis associée à une amende. 

Lorsque la juge a annoncé qu'elle ne retenait pas le chef d'inculpation meurtre, Pistorius s'est effondré en larmes et s'est mis à sangloter de façon incontrôlée sur le banc des accusés.

L'Afrique se soulevant grace au... Sol Levant?

Le Japon a dit pouvoir fournir un traitement expérimental mis au point par une entreprise nippone pour lutter contre le virus Ebola, qui est la pire épidémie jamais enregistrée frappant 4 pays d'Afrique de l'Ouest.

Le Japon a dit pouvoir fournir un traitement expérimental mis au point par une entreprise nippone pour lutter contre le virus Ebola, qui est la pire épidémie jamais enregistrée frappant 4 pays d'Afrique de l'Ouest. «Notre pays est disposé a livré le médicament en coopération avec le fabricant si l'Organisation mondiale de la santé (OMS) en fait la demande», a déclaré le secrétaire général du gouvernement japonais, Yoshihide Suga.

Il n'existe actuellement aucun vaccin ou antiviral homologué contre le virus Ebola, qui figure parmi les plus contagieux et mortels chez l'homme dont il peut provoque la mort en quelques jours. Face à la gravité de l'épidémie actuelle, la pire depuis la découverte du virus il y a une quarantaine d'années, la communauté médicale internationale a cependant approuvé à la mi-août, l'emploi de traitements non homologués.

L'Avigan est un traitement encore au stade expérimental, mais il est prêt à être distribué et présente l'avantage de se prendre sous la forme d'un comprimé. Il est commercialisé sous le nom Avigan par Toyama Chemical, filiale du spécialiste des techniques de l'image FujiFilm Holdings. Par rapport au ZMapp, il présente l'avantage d'avoir été homologué en mars au Japon en tant qu'antiviral contre la grippe et est actuellement en phase de tests cliniques aux Etats-Unis.

Samedi 02 août à Nouakchott!

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz réélu le 21 juin dernier, sera investi à Nouakchott le samedi 02 août 2014.  A cette cérémonie d'investiture, seront présents plusieurs chefs d'Etat et présidents d'Institutions internationales.

Le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz réélu le 21 juin dernier, sera investi à Nouakchott le samedi 02 août 2014.  A cette cérémonie d'investiture, seront présents plusieurs chefs d'Etat et présidents d'Institutions internationales. Plusieurs autres se feront représenter. Ainsi, le Secrétaire général de l'Organisation internationale de la Francophonie (Oif), Abdou Diouf, sera représenté par la Grande Chancelière de l'Ordre National de Côte d'Ivoire, le Pr. Henriette Dagri-Diabaté.

Rappelons que selon les résultats annoncés par la Commission électorale nationale indépendante (CENI), chargé de l'organisation du vote, le président sortant, Mohamed Ould Abdel Aziz,a obtenu 81,89% des voix. Le taux de participation, principal enjeu de ce scrutin du 21 juin 2014, en raison du mot d'ordre de boycottage de l'opposition, a été de 54%, selon les responsables de la CENI.

Création de 4 centres régionaux pour le Leadership en Afrique

Le sommet Etats-Unis - Afrique qui se tiendra à Washington les 5 et 6 août réunira une cinquantaine de chefs d'Etat, autour du thème «Investir dans la prochaine génération». L'administration Obama a voulu donner la parole aux jeunes entrepreneurs africains. 500 d'entre eux ont été invités à passer 6 semaines dans des universités américaines avant le sommet. Ils ont rencontré Barack Obama, lundi 28 juillet.

Le sommet Etats-Unis - Afrique qui se tiendra à Washington les 5 et 6 août réunira une cinquantaine de chefs d'Etat, autour du thème «Investir dans la prochaine génération». L'administration Obama a voulu donner la parole aux jeunes entrepreneurs africains. 500 d'entre eux ont été invités à passer 6 semaines dans des universités américaines avant le sommet. Ils ont rencontré Barack Obama, lundi 28 juillet. Le sommet de Washington s'est fait dans le cadre de la Young African Leaders Initiative (YALI), lancée par le président américain en 2010.

Le président Barack Obama a annoncé la création de 4 centres régionaux pour le Leadership. Ils seront basés au Ghana, au Sénégal, au Kenya et en Afrique du Sud.

A partir de 2015, ces centres permettront aux jeunes Africains sélectionnés d'apprendre le fonctionnement des institutions africaines et américaines. Il y aura aussi des programmes de stages pour donner des opportunités professionnelles à la jeunesse.

Le programme Washington Fellowship for Young African Leaders va être rebaptisé en l'honneur de l'ancien président sud-africain Nelson Mandela.

Le nombre de participants va être doublé à partir de 2016, pour atteindre 1000 jeunes leaders formés chaque année.

Et les arbres remercient!

L'Etat du Sénégal s'est lancé dans des projets de création de pirogues en polyester pour remplacer la flotte de pêche composée principalement de pirogues en bois, a révélé le ministre de la Pêche et de l'Economie maritime, Oumar Guèye.

L'Etat du Sénégal s'est lancé dans des projets de création de pirogues en polyester pour remplacer la flotte de pêche composée principalement de pirogues en bois, a révélé le ministre de la Pêche et de l'Economie maritime, Oumar Guèye. "Actuellement nos pirogues sont construites en bois et cela pose beaucoup de problèmes. Les techniciens nous ont dit qu'il faut couper deux arbres au moins pour faire une pirogue. C'est pourquoi nous avons opté pour la création de pirogues en polyester", a dit M. Guèye.

Il s'adressait à la presse, en marge d'une visite dans plusieurs services relevant de son département. Accompagné de ses principaux collaborateurs, il a visité la Société des infrastructures de réparations navales (SIRN) et les chantiers navals de Dakar (Dakarnave).

Sur place, il a longuement échangé avec les responsables de' ces deux structures sur les enjeux de la réparation navale au Sénégal, en vue de porter le secteur "sur une perspective prometteuse".

Au-delà des problèmes écologiques, a poursuivi Oumar Guèye, "nos partenaires ont relevé que les pirogues en bois ne respectent pas les normes en vigueur en matière de santé. Le gouvernement a mis un programme important de renouvellement et de remplacement des pirogues en bois par des pirogues en polyester sous l'impulsion de la SIRN".

Il s'est félicité de l'adhésion massive des acteurs à cette nouvelle approche avec un taux de plus de 75% d'acceptation. Se basant sur une enquête de terrain réalisée par la SIRN auprès des acteurs, Oumar Guèye a promis de lever toutes les contraintes et d'accompagner la SIRN à accélérer la mise en œuvre du projet de création des pirogues en polyester.

Le directeur général de la SIRN, Samba Ndiaye, est longuement revenu sur le processus qui a conduit à cette politique de remplacement de la flotte navale du pays.

"Nous avons fait une enquête élargie à tous les acteurs et tous ceux qui interviennent dans le secteur et travaillé avec des partenaires turcs et italiens à faire des prototypes. Nous en sommes à la troisième phase qui consiste à mettre en place une société de droit sénégalais en partenariat avec un consortium italien", a expliqué M. Ndiaye.

Le directeur général de la SIRN a assuré que les impacts d'un tel projet sont multiformes. "Les nouvelles pirogues en polyester vont contribuer à moderniser la flotte de la pêche artisanale et améliorer les rendements", a-t-il dit, promettant que les prix de ces nouvelles pirogues seront très compétitifs.

L'équipage avait demandé à se dérouter, puis à faire demi-tour!

Une série de mesures a été prise par l'Algérie pour l'accompagnement des familles victimes du crash du vol AH 5017 de l'avion de la compagnie espagnole Swiftair affrété par Air Algérie.

Une série de mesures a été prise par l'Algérie pour l'accompagnement des familles victimes du crash du vol AH 5017 de l'avion de la compagnie espagnole Swiftair affrété par Air Algérie, survenu jeudi 24 juillet, dans le nord du Mali, pour assurer le vol Ouagadougou-Alger. Le Premier ministre, Abdelmalek Sellal, outre les instructions données aux responsables de la compagnie nationale Air Algérie de prendre en charge les indemnisations des ayants droit, a instruit les autorités locales d'accompagner les familles touchées par ce drame.

Dans ce sens, la ministre de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Condition de la femme, Mounia Meslem, a donné instruction aux différentes structures d'assurer «un accompagnement psychologique aux familles endeuillées». Pour permettre aux proches des victimes de faire leur deuil, il a été décidé également par les autorités religieuses en accord avec ces familles d'«effectuer la prière de l'absent», et ce, «à travers toutes les mosquées du pays vendredi prochain», a-t-il été précisé par la cellule de communication du Premier ministère. Concernant les dépouilles des victimes, il est mentionné que le «rapatriement se fera dès que l'opération d'indentification sera achevée», et pour laquelle «une équipe de la police scientifique algérienne est à pied d'oeuvre sur les lieux du crash et travaille en collaboration avec les experts et spécialistes français ainsi que les autorités maliennes compétentes». Par ailleurs, la même source a indiqué que la partie malienne, de laquelle relève l'enquête, travaille en «étroite collaboration avec les Algériens et les Français» et que «l'aviation civile algérienne a procédé à la remise des boîtes noires au Bureau d'enquêtes et d'analyse français (BEA), spécialisé en matière d'accidents». Il a été précisé que «ce bureau a toujours été sollicité par l'Algérie pour ce genre de situations».

A ce propos, il est à préciser que des experts maliens, espagnols et algériens participent à l'enquête, ainsi que des Américains, nationalité du fabricant de l'avion. Il est également à préciser que les experts français ont commencé ce lundi à extraire les données des boîtes noires du McDonnell Douglas MD-83. L'enquête s'annonce longue et le recueil des dépouilles difficile.

«Toutes les hypothèses seront examinées dans le cadre de l'enquête. Ce que nous savons d'une façon certaine, c'est que la météo était mauvaise cette nuit-là, que l'équipage de l'avion avait demandé à se dérouter, puis à rebrousser chemin, avant que le contact ne soit perdu», , a déclaré le ministre des Affaires étrangères français, Laurent Fabius, lors d'une conférence de presse.

Les enquêteurs du Bureau d'enquêtes et analyses (BEA) ont pu extraire les paramètres du vol AH 5017 de la première boîte noire, mais la récupération des conversations dans le cockpit contenues dans la seconde était toujours en cours.

«L'enregistreur phonique a été endommagé par les conditions d'impact. Le travail sur cet enregistreur se poursuit pour en extraire les données», a indiqué le BEA. L'organisme a précisé que seul le président de la Commission d'enquête du Mali était habilité à communiquer sur le résultat des travaux en cours. «Les enquêteurs français travaillent à l'extraction des données. Le travail qui est le leur prendra du temps. Si les données sont exploitables, leur analyse, leur lecture, demandera peut-être plusieurs semaines», avait auparavant prévenu le secrétaire d'Etat français aux Transports, Frédéric Cuvillier.

Rappelons enfin qu'à bord du MD-83, loué par Air Algérie auprès de la société espagnole SwiftAir, se trouvaient 110 passagers, dont 6 Algériens, et les six membres, espagnols, de l'équipage. L'avion qui devait assurer la liaison Ouagadougou-Alger, s'est écrasé moins d'une heure après le décollage, dans la nuit de mercredi à jeudi au Mali.

Accident ou attentat?

La compagnie Air Algérie a annoncé, jeudi 24 juillet en fin de matinée, avoir perdu le contact avec un de ses appareils.

La compagnie Air Algérie a annoncé, jeudi 24 juillet en fin de matinée, avoir perdu le contact avec un de ses appareils. L'avion a décollé dans la nuit de Ouagadougou au Burkina Faso en direction d'Alger. Le contact aurait été perdu peu de temps après le décollage, alors que l'avion se trouvait dans l'espace aérien malien, vraisemblablement dans la zone de Gao. Selon les autorités françaises, il y aurait de nombreux Français à bord.

Selon une source, l'avion comptait 110 passagers à bord et six membres d'équipage et il aurait décollé à 01h17 TU de Ouagadougou au Burkina Faso. Le vol devait arriver vers 5h40, heure locale, (4h40 TU) à Alger. Le contact a été perdu très peu de temps après ce décollage, à 1h38 TU. Il y avait à ce moment de forts orages au-dessus du Burkina Faso.

Du côté de la compagnie aérienne, on déclare que l'avion un Mac Douglas a décollé à 1h55 temps universel de Ouagadougou. Les services de navigation aérienne algérienne assurent avoir perdu le contact avec l'appareil 50 minutes après son décollage en direction d'Alger.

De nombreux Français à bord

Selon les premières sources, la plupart des passagers sont des étrangers qui devaient voyager en transit vers l'Europe, vers le continent américain, ou vers le Moyen-Orient.

Les autorités françaises annoncent d'ailleurs qu'il y a vraisemblablement des Français en nombre dans l'appareil. Le représentant d'Air Algérie au Burkina Faso évoque 50 Français.

La France a mis en place une cellule de crise. En Algérie, une réunion de crise se tient en ce moment à l'aéroport d'Alger. Il y a également une cellule spéciale qui a été mise en place au ministère des Transports dans la capitale.

Avion appartenant à Swiftair

Il s'agit du vol AH5017 d'Air Algérie, une ligne régulière qui assure la liaison Ouagadougou-Alger quatre fois par semaine. La compagnie a annoncé la mise en place d'un plan d'urgence. L'avion, affrété par Air Algérie, est loué par la compagnie à une autre compagne espagnole Swiftair.

Dans une note (pdf, en espagnol) diffusée sur son site internet, Swiftair confirme la disparition d'un de ses appareils assurant la liaison Ouagadougou-Alger, et affirme qu'il s'agit d'un avion MD83. Mercredi avant son départ du Burkina Faso, l'appareil aurait fait un voyage aller-retour depuis Paris vers Batna, dans le sud-est de l'Algérie.

Signal perdu au-dessus du Mali

L'avion devait passer au-dessus du nord du Mali, notamment Gao et Tessalit. C'est au-dessus de cet espace aérien malien, près de la frontière algérienne, que le contact aurait été perdu avec l'équipage. Une information reprise par le secrétaire d'Etat français aux Transports, Frédéric Cuvillier.

Selon une course d'Air Algérie: «L'avion n'était pas loin de la frontière algérienne quand on a demandé à l'équipage de se dérouter à cause d'une mauvaise visibilité et pour éviter un risque de collision avec un autre avion assurant la liaison Alger-Bamako. Le signal a été perdu après le changement de cap ». Alors que du côté burkinabè, le ministre des Transports a déclaré que le pilote avant lui-même demandé une modification de sa route en raison d'une tempête.