SENEGAL: Ouverture du Sommet du NEPAD sur le financement des infrastructures en Afrique - Africa Nouvelles

ÉVÉNEMENTS

Ne pas dévier!

Le Sommet de Dakar sur le financement des infrastructures en Afrique s'est ouvert à Dakar, dimanche peu avant 10 heures, en présence de 3 chefs d'Etats d'Afrique de l'Ouest: le nigérian Goodluck Jonathan, le malien Ibrahima Boubacar Keïta et le béninois Boni Yayi.

altLe Sommet de Dakar sur le financement des infrastructures en Afrique s'est ouvert à Dakar, dimanche 15 juin, peu avant 10 heures, en présence de 3 chefs d'Etats d'Afrique de l'Oues. Convoqué par le président sénégalais Macky Sall, président du Comité d'orientation des chefs d'Etats et de gouvernement du NEPAD, ce sommet se tient en présence des présidents du Nigeria Goodluck Jonathan et du Mali Ibrahima Boubacar Keïta, arrivés à Dakar samedi en fin d'après-midi tandis que le président du Bénin Boni Yayi, a foulé le sol sénégalais, dimanche matin.

Participent aussi à ce sommet, le vice-président de la région Afrique de la Banque mondiale Makhtar Diop, Donald Kaberuka, président de Banque africaine de développement(BAD) et la présidente de la Commission de l'Union africaine (UA), Nkosazana Dlamini-Zuma.

Des ministres de plusieurs pays africains, des hommes d'affaires, des partenaires techniques et financiers prennent part également à ce sommet dont la cérémonie d'ouverture sera marquée par une dizaine d'allocutions. Les travaux se poursuivront dans la journée à travers des panels.

Le Sommet de Dakar sur le financement des infrastructures a débuté samedi avec une session technique, officiellement ouverte par le Premier ministre sénégalais Aminata Touré.

Selon un texte transmis à la presse, "le Sommet de Dakar souligne le besoin d'intensifier la mobilisation des ressources financières domestiques de l'Afrique. Il procure une plate-forme unique de haut niveau afin d'engager les dirigeants africains, les hommes d'affaires, les régulateurs et les décideurs politiques sur les aspects spécifiques qui ont entravé la mise en œuvre des projets régionaux transformateurs du continent", ajoute le texte.