Variétès - Africa Nouvelles

La miss est... "cap"!

La Cap-verdienne, Cristina Spencer Lopes, 18 ans, étudiante en marketing-publicité a remporté, samedi 14 décembre, à Abidjan-Cocody, la 17ème édition du concours de beauté Miss CEDEAO-2014 (Communauté Economique des Etats de l'Afrique de l'Ouest).

altCristina Spencer Lopes succède ainsi, à la Guinéenne Mariama Diallo qui a souhaité plein succès à celle qui aura la charge d'incarner la plus belle fille de la sous-région. Ce, dans la lutte contre le fléau des enfants soldats tout au long de son mandat.

D'une taille de 1,78m, (poitrine 89cm, bassin 101cm) la candidate venue du Cap-vert (130 points), âgée de 18 ans a devancé l'Ivoirienne Dia Aïssata de 2 points. Déçue pour n'avoir pas remporté la compétition chez elle, Mlle Dia a reconnu que la nouvelle élue méritait sa place et a trouvé «judicieux», le choix du jury, lors de la conférence de presse organisée tout juste après la proclamation des résultats.

«Spencer est très belle et intelligente. Pendant notre regroupement elle a su s'intégrer malgré la barrière linguistique», a-t-elle dit.

Le trio gagnant est composé, en qualité de 2ème dauphine, de la candidate du Togo, Gantin Epiphanie qui a obtenu 117 points. Les élues, en plus des lots des sponsors, ont reçu de la part de la commission de la Cedeao en liquidité, 6000 USD pour la Miss, 4000 USD pour la 1ère dauphine et 3000 USD pour la 2ème dauphine.

Temple de la beauté africaine d'un soir, le palais des congrès de l'Hôtel Ivoire a accueilli à cette occasion de nombreuses personnalités entres autre, le président de la commission de la CEDEAO, Désiré Kadré Ouédraogo, le ministre ivoirien Ally Coulibaly, Madani Tall,le directeur des opérations de la Banque Mondiael pour la Côte d'Ivoire Côte d'Ivoire.

Sur les 15 Etats que compte la CEDEAO, ce sont 12 pays (Mali, Guinée, Côte d'Ivoire, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Togo, Nigéria, Burkina-Faso, Bénin, Cap-vert et Niger) qui étaient représentés à ce concours. La Sierra-Leone, le Libéria et Ghana n'y étaient pour des raisons diverses. Si en Sierra Leone et Libéria, il n'y a pas eu de concours miss sur le plan local, au Ghana par contre des conflits internes au Comité de miss local seraient à la base de l'absence d'une candidate de ce pays. Ces explications ont été données par Victor Yapobi, président du comité Miss CEDEAO.

Code de mode... marocaine!

Le caftan marocain fait sensation aux célèbres "Samedis de la mode". Une riche collection de costumes traditionnels orientaux dont des magnifiques caftans marocains ont été présentés, lors d'un défilé de mode organisé au Bristol Paris, qui mettait à l'honneur la très chic tenue vestimentaire marocaine.

altS'inscrivant dans le cadre des célèbres «Samedis de la mode», rendez-vous très convivial de la mode imaginé par ce grand palace de la capitale française, le défilé de mode proposait la collection «Sultanes», la dernière du créateur Albert Oiknine.

L'occasion pour les aficionados parisiens de la mode de (re)découvrir et d'apprécier le savoir-faire du styliste marocain né dans un atelier de couture d'une mère couturière chevronnée.

«Inspiré de l'histoire, de la littérature et de la peinture orientaliste, la collection Sultanes allie charmes d'Orient et tendances occidentales. Des formes ajustées, des matières soyeuses et transparentes, le tout orné de pierreries et de broderies, rehaussant ainsi cette collection dont originalité rime avec sensualité», précise-t-on sur le site du palace parisien.

Créateur d'exception débordant d'énergie et de créativité, Albert Oiknine a acquis un riche savoir-faire ancestral auprès des siens. Notamment au sein de l'atelier de confection familial à Casablanca où il s'est installé depuis une quinzaine d'années.

«Je suis né dans un atelier de couture, donc j'ai vu ce métier, je le voyais tous les jours, je le côtoyais, je le touchais, je l'observais, mais sans penser qu'un jour j'allais terminer là-dedans. Après avoir fait différentes études, j'ai fait une école de mode et juste un an après mon diplôme, je suis rentré dans l'atelier familial, et juste après quelques années de pratique de mon métier, il y a eu le développement des magazines féminins au Maroc. Et la presse féminine a suscité un engouement particulier pour les caftans très modernes», confiait-il en été dernier à la chaîne de télévision JN1TV. 

Très originales, ses créations sont un magnifique mariage de modernisme et de tradition très apprécié au Maroc et à l'étranger où il est maintes fois sollicité pour participer à de prestigieux défilés. Des créations dont l'originalité et la qualité du travail ont été saluées à Paris, Londres, Milan ainsi qu'au Moyen-Orient, entre autres.

Selon l'établissement hôtelier français, les «Samedis de la mode» sont un concept invitant les aficionados de la mode à découvrir «les modèles emblématiques d'une collection présentée par des mannequins se mêlant aux convives du salon de thé».

«Conquises par ce concept convivial, les plus grandes maisons s'y sont succédées pour présenter leurs nouvelles collections: Céline, Yves Saint-Laurent, Givenchy, Chloé, Christian Lacroix, Versace, Ungaro...», souligne-t-on au palace qui précise que son ambition «est aussi de faire découvrir les créateurs de demain».

Dédié à Didier!

HOM, marque marseillaise de sous-vêtements, a annoncé avoir signé un partenariat avec la Fondation Didier Drogba.

altCet accord consiste à préparer une collection en partenariat avec le footballeur ivoirien. Une première a été déjà dévoilée à Londres et la seconde sera présentée dans ce mois d'octobre à Istanbul en Turquie.

Selon les termes du partenariat, Didier Drogba a décidé d'investir un pourcentage de la vente des sous-vêtements dans la construction d'hôpitaux et d'écoles en Côte d'Ivoire au profit de sa Fondation.

La collection sera dessinée par la styliste ivoirienne Ellie Kuame. Elle est composée de 18 modèles de sous-vêtements et maillots de bain, naturellement masculins et sera commercialisée à partir de mai 2014.

Île navigante?

Entre provocation et la réalité, le nouveau luxe est vert. De nombreux projets récents dans lesquels le respect de l'environnement est au cœur du projet. De Planet Solar, le catamaran à énergie solaire, à Seaorbiter, le vaisseau spatial pour la recherche scientifique, passant par Sveti, le sexy et fabuleux "yacht-île", la navigation pointe vers un équilibre nouveau entre l'homme et la nature .

altAinsi est né le "Island(E)motion. 200 m de long et 40 m de large, vitesse de croisière d'environ 10 noeuds, il navigue comme un superyacht mais il se présente comme l'île de mirages. A bord, il y a un petit monde des désirs, avec une grande attention à l'environnement. Le niveau de pollution est en effet inférieur de 60 % par rapport à un yacht dans la même catégorie .

Voyager à la découverte du monde, en restant en harmonie avec les éléments alentours tels le ciel, l'eau et la terre. Un atoll de rêve dont l'énergie est fournie par un système combiné de panneaux solaires, qui fournissent l'électricité et l'équilibre thermique. Les hélices sont alimentées par une technologie qui utilise de l'hydrogène et le GNL pour réduire la consommation d'énergie, sans compromettre la performance de la navigation.

Des jardins surplombant la mer, une villa, des boutiques de luxe, des spas et des restaurants et, en général, tout passe-temps désirable. La conception polyvalente promet une utilisation versatile de l'espace. On peut en effet organiser à bord des défilés de mode ainsi que des expositions de voitures ou des concerts au clair de lune. Sept ponts d'espaces et paysages capables d'offrir des zones uniques: plus de 300 m2 destinés à l'armatore, dotés d'un toit rétractable, d'un héliport et d'une piscine privée, outre à une piscine couverte pouvant être transformée en une piste de danse.

Le team de développement de "Island(E)motion" a défini ce projet comme un nouveau style de luxe durable. L'idée est venue aux architectes Milena Cvijanovich et Denis Muller - MCM Designstudio, une société suisse de conception et de design en partenariat avec la Future Island (société australienne). 

«Vivre sur une île conçue pour réaliser vos rêves et être libre d'explorer tout l'horizon, exploitant l'énergie du vent, du soleil et des vagues", dit l'architecte Cvijanovich.

FICHE TECHNIQUE
Longueur: 200 m
Largeur: 40 m
Vitesse de croisière:
10 noeuds
Prix​​: POA

Claudia Ferrauto

Code de mode! 

Le 15ème Festival International de la Mode Africaine a ouvert ses portes à Niamey. Jusqu'au 25 novembre, stylistes venus d'Afrique, de la Caraïbe et de France vont faire montre de leur savoir-faire dans la capitale nigérienne.

altCréé en 1988 par le célèbre couturier Alphadi, surnommé le "Prince du désert", le FIMA célèbre ses 15 ans d'existence.

Placé cette année sous le thème de "la créativité au service de la paix", le festival est placé sous haute surveillance dans le contexte tendu que connaît la bande sahélienne.

Malgré cela, près de mille festivaliers se rassembleront près de Niamey pour ce rendez-vous de la mode internationale, désormais incontournable.

Awoulaba... où là-bas c'est bon! 

La joie était énorme chez les supporters d'Ourigbalé Ozoua Marie-Flore. Quoi de plus normal! Leur candidate qui représentait la commune de Cocody a été sacrée par le jury, la plus belle femme africaine du concours Awoulaba 2013, au terme de la finale de l'épreuve qui s'est déroulée, la nuit du samedi 26 octobre, à la Bourse du travail de Treichville.

alt

Au total, elles étaient 16 candidates dont 13 Awoulaba et 3 Saraman qui se sont succédées sur le podium de la compétition finale, qui a drainé du monde.

C'est aux termes des trois passages exigés, à savoir, en boubou, en tenue de soirée (ensemble tailleur en pagne) et en tenue traditionnelle que le jury dans son ensemble a porté son choix sur le trio, Marie Flore Ozoua, Estelle Goye et Florence Affoué.

La plus belle de femme de Côte d'Ivoire selon le canon de beauté africain est connue: Marie Flore Ozoua Ourigbalé, la représentante de la commune de Cocody a remporté l'édition 2013 d'Awoulaba Côte d'Ivoire en obtenant 160 points.

Après son sacre, la nouvelle reine de la beauté a déclaré: «Je demande à mes sœurs de rester naturelles et de ne pas se dépigmenter la peau». 

Le titre de la 1ère Saraman est allé à Goyé Estelle Larissa de Marcory (avec 157 points) qui ne l'a pas boudé, soutenue par ses parents et connaissances.

Quant à celui du 2ème Saraman, il est allé à Kouadio Afoué Florence de la commune de Yopougon(2ème saraman avec 154 points), confirmant ainsi la suprématie du district d'Abidjan au détriment de celui de Youmoussoukro et des autres villes de l'intérieur. La demie victoire de cette dame était également salué par ses partisans, avec en première ligne, une dame, agent de police, qui sifflait inlassablement en guise de bonheur.

"Je suis animé par un sentiment de satisfaction. Parce que, au départ, les choses n'ont pas été faciles. Il fallait repositionner le concours et nous y sommes parvenus. Mon deuxième motif de satisfaction, c'est que l'Awoulaba qui été choisie est la plus belle, de l'avis du public. Pour moi, c'est un bon départ pour le nouveau bureau", a confié Boga Sivori, conseiller spéciale du président du Comité Awoula Côte d'Ivoire (CACI).

Tyne Séba, Maréchal DJ et bien des artistes ont animé cette soirée qui était présidée par les députés Adama Bictogo d'Agboville, et François Amichia de Treichville, qui se sont fait représenter.

Notons que le concours Awoulaba est une initiative du journaliste-animateur Pol Dokoui dont la première édition s'est déroulée en 1999. Ce concours apparaît comme une réponse au concours miss Côte d'Ivoire qui porte sur les canons de beauté européen.

Miss Clarisse!

La 2e  édition du concours de beauté et d’intelligence dénommé "Miss Burkina USA" s'est déroulée à Harlem (New York). Cet événement organisé par Meli Decor et dirigé par Mme Orokia Aida Nignan, la promotrice, avait comme parrain Ali Seibou et marraine Mme Aicha Belem. La couronne est revenue à Mademoiselle  Clarisse Sango.

altPour Mr Kandja qui présidait le jury, composée de 6 membres, cette élection qui a vu le couronnement de Clarisse Sango,  s’est jouée sur des détails.
Madina Ouedraogo a été élue 2e  dauphine et Mariam Dabré, 1ère  dauphine.  Elles gagnent respectivement chacune la somme de 500 et 1 500 USD.
La reine de la soirée, Clarisse Sango, a reçu sa couronne et la somme de 4 000 USD des mains de Mme KOGDA.
Qui est la nouvelle Miss Burkina USA?
Avec son poids de 45 kg et sa taille d’environ 1,50m, Miss Clarisse SANGO soufflera ses 23 bougies le 8 octobre prochain.
Elle est née à Ouagadougou, dans la capitale burkinabè est surtout connue au pays dans le milieu du Hip-Hop.
Miss Burkina USA 2013 a en effet participé à la compilation «La part des ténèbres  vol 2", avec le nom d’artiste LOLITA.
C’est en juillet 2010 que Clarisse Sango débarque aux Etats-Unis où elle obtient le diplôme de GED (équivalent au baccalauréat français).
Au-delà des cours qu’elle suit, elle travaille dans la pâtisserie.

Plus d'articles...